vendredi 19 décembre 2014

Tai Ping Hou Kui et fêtes de fin d'année

Le mois de décembre n'est pas forcément le plus doux à vivre par chez nous. Pour moi, juste pour moi. Cette année, tout fut différent, le temps file. Des rendez-vous de santé pour les uns, les autres, de petits bobos pas bien gros mais à prendre en main... des yeux de caméléons à amadouer, un dos à alléger, une brioche à chocolater... en fait, pas grand chose.

Pas de préparations festives si ce n'est se préparer à l'accueillir elle, la douce, la sublime fumée, la tigresse, pleine de folie de sa jeune existence de félin.
Nous avons reçus quelques uns de nos chers pour des repas doucement tournés vers Saint-Nicolas, pour profiter d'eux surtout, d'eux qui vont nous manquer en partant de l'autre côté de la mer. D'elle qui va tellement me manquer parce que bon, oui c'est elle. Mais ce n'est qu'un temps, une magnifique parenthèse pour eux.


Des décorations de Noël posées en vrac parce que le sapin n'est encore qu'un "arbre à chat", une petite majesté des forêts (enfin ne soyons pas trop dupe) qui embaume, trésaille et frémit sous les premiers assauts de la panthère. Beaucoup de lectures mais aussi d'épuisement (d'où des livres qui tombent des mains, des genoux et une écharpe douce et chaude qui apparait comme par miracle, voir en bas). Des lectures jeunesse avec la fin de deux séries dont celle-ci qui m'emporte en forêt et dans l'enchantement animal. Une merveille que j'aurais adoré enfant, moi lectrice passionnée des univers où l'enfant était aux prises avec l'animalité.


Un Tai Ping Hou Kui majestique s'est tout de même profilé pendant ce début de mois. Le seul thé pris en photo. Comme j'aurais aimé suivre ce calendrier de l'Avent impressionniste venu du Canada: une sensation, un ajout, une pensée, une recette, une méthode, à chaque jour une pause donnée au temps, une pause pour soi.
Parce que ma lapsang préférée (petite féline) est encore toute jeune, une tasse ne l'intrigue plus mais les autres ustensiles de thé si. Pour le moment j'évite.

Le thé se prend dehors, à la volée. Il y a eu cet autre thé, un bubble pour me remettre d'une émotion, de bb.Tea juste à côté de la rue Montorgueil, oolong Alishan glacé aux perles de tapioca.


En tous cas, le thé se fait plus discret et pour l'instant, la lapsang ne prend pas le chemin de cette autre panthère amatrice de thé. Elle aussi ne sera pas loin de la table, presque plus proche... un peu trop certaines fois.... comme sur la souris et le clavier...


vendredi 12 décembre 2014

Division posée et avec retenue selon le Méthode de Singapour

Le temps passe et je ne poste pas forcément de billets. Ce n'est pas pour cela que nous n'avançons pas. Entre autre, le programme de mathématiques continue et devance celui scolaire. Après avoir passé beaucoup de temps sur la modélisation des problèmes incluant une addition, une soustraction ou une multiplication avec des barres, nous entamons les divisions posées.
Le lutin démarre les divisions avec reste. Comme à chaque fois avec la Méthode de Singapour, il manipule les jetons pour les diviser, puis il visualise l'opération et enfin pose l'abstraction.

Il compose son 53 avec des jetons "10" (dizaine) et des jetons "1" (unité).


Puis divise les dizaines en 2 parts égales: il reste 1 dizaine que nous ne pouvons diviser.
5 diz. /2 = 2 diz. reste 1 diz. non divisable (2 diz. est le quotient des diz., 1 diz. est le reste des diz.)
Soit 2 diz. (quotient des diz.) x 2 = 4 diz.
et 5 diz. - 4 diz. = 1 diz. (le reste)


Combien doit-on encore diviser? 3 unités et 1 dizaine (le reste des dizaines).
Le lutin remplace donc le jeton "10" non divisable par 10 jetons "1".
Reste à diviser 13.
13 unit. / 2 = 6 unit. reste 1 unit. non divisable (6 unit. est le quotient des unités et 1 est le reste des unit.)
Soit 6 unit. (quotient des unit.) x 2 = 12 unit.
et 13 unit. - 12 unit. = 1 unit. (le reste des unit.)
Soit 53 / 2 = 26 reste 1 (26 est le quotient final de la division et 1 le reste final)

Ce n'est pas très clair. Le processus complet avec un autre exemple sans la manipulation est présenté ainsi dans le "Manuel de mathématique CE2" des éditions Librairie des Écoles.


Et voici le chenapan s'exerçant:
97 / 2 = 48 R 1



jeudi 11 décembre 2014

Mon quartier

J'aime cette photo, nous ne voyons pas ma rue de ce point de vue mais tous les matins je passe en bas, sous cette tour, sous ce jardin atlantique...


*photo extraite du journal gratuit du quartier

lundi 8 décembre 2014

Une tasse de thé s'il vous plait

... quoique en ce moment, un chocolat chaud (chocolat en poudre, eau bouillante et un nuage de lait)

 *Yelena Bryksenkova


... lectures, repos après ses journées d'accueil... lecture un peu... câlinage beaucoup... du Beaupain dans les oreilles...


Allez, un petit chocolat chaud avec un soupçon de chartreuse verte (green chaud)...

dimanche 7 décembre 2014

Une nouvelle venue

*"Le Petit Prince" de Saint-Exupéry et illustré par Joann Sfar
 
de quoi apprendre à apprivoiser l'animal:
"Bien sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde."
(extrait du "Petit Prince" de Saint-Exupéry)

... qui tient du lynx: des pattes poilues même entre les coussinets pour faire raquette dans la neige, des plumets aux oreilles
... qui tient du lion avec sa crinière
... bleue, parait-il un peu tabby sur les bords
... tornade, se choutant aux cheveux, câline aussi