samedi 23 mai 2015

Prendre soin de tous


... ils se regardent souvent, se chicanent aussi... l'une empêchant l'autre de travailler, l'autre empêchant l'une de se reposer tranquillement.


... ranger, faire visiter, se faire du bien, cela ne nous empêche pas de penser aux autres, à As. si loin de moi, dont j'ai tellement besoin, à An. qui me manque aussi parce que j'aime qu'elle soit dans mon quotidien... et puis:


Allez petit frère, notre champion!

jeudi 21 mai 2015

Revoir un ami

Jour après jour, préparer au mieux, réparer au mieux, faire du vide avec du trop plein, s'enthousiasmer puis revenir à un état latent.


Pas à pas, je fais, tout de même un peu. Je sais pourtant que d'un coup l'adrénaline viendra et me suffoquera presque car ce ne sera pas forcément l'excitation voulue. Préparer au mieux ce lieu de trop plein.

En ce moment, je prépare, je me prépare et j'attends des bulles d'air. Alors revoir L. après quelques années sans une bonne discussion de visu, c'est à prendre, à déguster jusqu'à la lie. Car je sais son amitié entière, il ne prend pas de pincettes, il remets à flots avec des paroles, déstabilise juste ce qu'il faut. Lui qui me parlait de Camus bien avant que je le lise avec plaisir (mauvais souvenir de la peste), lui qui débattait du premier homme, de Jonas et de Sisyphe. Nous nous retrouvons à côté du dernier.

La vie a besoin de ces moments où l'on remet carte sur table et où l'on découvre que, non, la pierre ne tombera pas de l'autre côté et qu'il y a des paliers pour se reposer, jusqu'à attendre ce projet de vie.

samedi 16 mai 2015

vendredi 15 mai 2015

Toutes les couleurs de l'arc-en-ciel

Je ne sais pas si je montrerais tout de suite cette vidéo à notre pirate daltonien. De toutes façons, il ne les verra pas, toutes ces couleurs de l'arc-en-ciel.




Mais si un jour ces lunettes Enchroma deviennent plus accessibles, je me jetterais dessus pour lui. Voici un lien (en anglais) pour expliquer le processus.

Merci Kris

mercredi 13 mai 2015

Chouette, c'est magnétique

Le lutin manipule depuis quelques mois ces billes de métal, en nickel. Il n'arrête pas, il y a des figures partout et bien-sûr il faut prendre garde à ne pas en approcher une des autres billes du père ou d'un élément métallique conducteur au risque de voir ses belles figures se déformer.


***
et dire que nous avons eu aussi des babouches ou des tête d'ours, des cactus...

ou des ustensiles...


La manipulation aidant, nous avons abordé ce qu'est le magnétisme grâce au livre "Copains des sciences" aux éditions Milan.


Le magnétisme est une force qui traverse certains métaux. Les aimants ont deux pôles, nord (N en rouge) et sud (S en bleu). Les pôles de même nom se repoussent, un nord et un sud s'attirent.

Seules certaines roches comme le magnétite ou le cobalt sont toujours aimantées.Dans chaque autre matière magnétique, les éléments atomes sont seuls et désorganisés. Ils sont appelés les domaines. Et si une force magnétique extérieure apparait, ils se réorganisent et deviennent eux-même magnétiques.


Les domaines sont les billes une à une, le champ magnétique est le serpent de billes et elles se regroupent en s'alignant.


La terre étant faite d'un cœur et d'un manteau de métal, il s'agit de la première force magnétique. Elle est un gigantesque aimant avec elle aussi un pôle nord (N rouge) et un pôle sud (S bleu), magnétiques, désaxés des pôles géographiques et en mouvement.
La boussole fonctionne avec le champ magnétique de la terre, l'aiguille du nord étant attirée par le sud magnétique de la terre (vers notre nord géographique).


Mais l'aimant terre n'est pas très puissant ainsi n'importe quel aimant ou matériau aimanté peu dévier l'aiguille de la boussole.

A suivre et une petite vidéo pour le plaisir avec la voix du lutin:


mardi 12 mai 2015

Avançons (et thés)

... pas à pas.


Normalement, si tout va bien, si je n'ai pas vendu la peau de l'ours avant..., si la bonne étoile me reste fidèle comme elle l'a fait depuis une dizaine d'années (oui, présente, bien, beaucoup plus que ce filament qui m'a tenu enfant), si les si se conjuguent dans le bon ordre, nous sommes pile dans ce changement de vie, pile dans cette parenthèse particulière où l'adrénaline nous aide et ne doit pas nous desservir.

Tous les lourds dossiers sont ouverts.
Toutes nos faiblesses de procrastination sont béantes.
Nous déchirons certaines pages du passé. Pfiou envolés les papiers de ma vie professionnelle d'autrefois (preuves de responsabilité/ou non, attraits/ou non). Pfiou disloqués les magazines que je gardais pour leur choix éditorial et qui ont depuis disparu, ce cher "Topo" par exemple dans lequel je découvre des critiques de Claro (marque si l'en est de sa valeur). Pfiou filaments de conseils santé bancales (ou carrément arriérés comme le dessin maternel ou grand-maternel de la méthode Billings), recettes de cuisine pas adaptées, écrits pas aboutis, étiquettes de loisirs créatifs Knorr Webbild offerts par ma tante (abeille et non soupe).


Pfiou le dossier sur les enfants, premier travail scolaire dont j'ai été fière, premières approches aussi de ces images qui me parlent tant: un regard d'enfant, ce n'est pas si innocent...


et puis ces écoliers chinois qui partent avec un suan pan dans le dos: quel clin d’œil pour ma vie de maman actuelle et en plein apprentissage partagé avec le petit d'homme.


Pfiou certains romans pas assez marquants pour me suivre encore, relégués pour d'autres.

Le thé est là, toujours, je m'offre ce quart d'heure tous les matins, après la marche d'une heure ou à la place si ma compagne de balade a dû arriver au travail plus tôt.

J'ouvre les boites, j'éventre les sacs, je vide. L'homme est devenu un autre, un ours grognon qui jette, lui qui gardait jusque même les billet de théâtre, concert etc...
L'homme s'échappe aussi parfois seul à des concerts pour limiter la pression.


Le thé est là, pour me permettre de me poser, de reprendre souffle parce que la période est synonyme de tensions. Elle nous pousse dans nos retranchements, nous oblige à l'action, me laisse exsangue (enfin pas tout-à-fait, enfin façon de parler, moi toujours aussi "épanouie").
Se rendre compte qu'une boite de thé s'est finie sans même sans apercevoir. Un thé que je bois pour la dernière fois, un Gu Zhang Mao Jian. Ce thé est très apprécié des chinois qui y retrouvent le parfum de la terre mouillée après l'orage. Il est très aromatique, un peu beurré et végétal. Un thé vert de Chine qui nous a désaltéré et revigoré depuis deux mois.


Des discussions à n'en plus finir, des yeux abimés à lire entre les lignes des dossiers, des cris, des larmes, des réconciliations, un grand petit homme un peu pris dans la tourmente. Puis des fous rires.

Avançons, pas à pas...

mercredi 29 avril 2015

Se retrouver chez soi

Nous allons déménager...



La vue ne te plait plus ? Il n'y a pas assez de place pour toi?


Bah oui, pour nous aussi notre chez-nous est devenu trop petit. Nous préparons la vente (et rangeons les bazars, oui, oui... enfin si la boule de poils ne défait pas les rangements pour passer aux endroits où... elle ne peut plus passer: bah oui c'est ça de grandir bébé "chat-foin"), nous faisons le(s) tri(s) et nous partirons...

Et si nous avions notre chez nous sur le dos, comme les escargots. Quel serait notre logis et que serait notre indispensable ? J'avais trouvé très intéressant cet atelier. Le lutin et moi avons répondu à notre manière, plus dans les objets pour moi d'ailleurs.


... du thé, des livres, des pinceaux, quelques cohabitants, vue sur la nature en été comme en hiver, une idée de sérénité... Bon l'homme apporte le reste des bagages parce que les livres sont dans une immense bibliothèque, parce que le matériel des ateliers d'apprentissage est important, parce que les éléments de cuisine le sont aussi (ainsi que les bocaux de rangements des graines, des céréales, des algues, des épices...)

... notre appartement, ses amis, ses jouets, sa chambre, la télé (?) et nous, pour le chenapan

Parce que j'aurais adoré une maison avec un jardin et que nous allons juste vers plus grand. Parce que le "juste" est déjà phénoménal!!! Et que non, nous n'aurons pas une maison escargot, pas celle-ci ni celle de mon ami poète et musicien L.

*la maison escargot de Guy ROTTIER

lundi 27 avril 2015

Se faire les muscles

Y a pas à dire: en ce moment, le lutin se fait un programme intensif de sport. Il veut à tous prix avoir des muscles. Allez savoir pourquoi!


***
Alors oui un stage de judo mais aussi des séances de pompes, de punching-ball, de tractions, de brachiation...

*brachiation des gibbons.

A force d'en parler, et de me fatiguer (bah oui parce que pour moi ce sont plutôt les jambes qui fonctionnent), nous nous sommes intéressés à eux de manière plus détaillée.


Nous avons repris "Le corps humain" d'Usborne, avec ses autocollants, notre petit modèle de corps humain puzzle 4D buki dont je parlais là et son livret et une belle figurine bodybuildée de chevalier animal anthropomorphé.


Retrouver les muscles, formes striées en longueur, les nommer. Comprendre comment ils tiennent aux os (grâce aux tendons), comment ils se contractent alternativement car il fonctionnent en duo.



Se focaliser sur les muscles des bras et les abdominaux, bah oui, il ne pense qu'à ça! Les muscles du bras: les fléchisseurs, biceps, pour plier le bras; les extenseurs, triceps, pour le déplier.


S'émouvoir du couturier, muscle le plus long du corps et qui doit bien fonctionner chez moi. Bon oui j'avoue la flexion de mes jambes est loin d'être totale, juste une marche rapide et sur un dénivelé inexistant (mais cela va changer!).

Liebster Award, Merci! ou quelques petites choses de moi

 La tenue d'un blog (ou de plusieurs) est souvent une activité solitaire. Nous sommes seul(e)s face à notre écran et nous annotons le quotidien, les astuces, les avancées. C'est devenu rare que ce média soit commenté, je ne sais d'ailleurs pas vraiment si celui-ci est suivi. Et pourtant, comme un hasard, une belle pierre blanche dans cet univers quelque fois assez froid, deux bloggeuses me font l'honneur de me dire que mon blog leur parle. Merci!

*Doisneau

Je me rends compte que, aussi, je me mets beaucoup en scène sur ce média. A l'inverse d'autres bloggeurs, vous savez tout de moi... Non? Mais si, vous allez voir que certaines réponses aux questions étaient déjà présentes ici ou là sur ces pages non-déchirables. Alors je commencerais par répondre à cette chaine de sympathie et je vous convierais à des voyages bloggesques dans un prochain billet.

****


1-Pourquoi as-tu créer ce blog?
C'est mon compagnon qui me l'a ouvert un soir vers minuit quelques mois après la naissance de notre fils. J’arrêtais de travailler pour le garder et j'avais envie de continuer les échanges humains... plus de bavardages autour de la machine à café! Déversoir au début, intéressant juste comme catharsis, il est devenu plus constructif après.

2- Quelle est ta fleur préférée?
Le coquelicot qui sait pousser autant dans la nature qu'à côté des voies ferrées.

3- As-tu réalisé un de tes rêves d’enfant?
Je ne sais pas. Je ne me rappelle que d'un: grandir et fuir. J'ai grandi et je reviens.

4- Qui t’a le plus inspiré dans la vie?
... peut-être les enfants sauvages. Le fait que même marqués, les enfants pouvaient devenir des hommes et des hommes biens.

5- Quel est ton repas préféré?
Oh là là gourmande comme je suis. Je dirais un curry thaï en ce moment

6- Quel est l’objet dont tu ne pourrais te passer en cuisine?
Un couteau ou un épluche-légumes.

7- Quels sont tes films « cultes »?
je ne sais pas... "Out of Africa", "American history X", les Myiazaki, des films plus discrets comme "Rock the casbah", "Tu marcheras sur l'eau", "Lunch box"...

8- Quels sont tes auteurs préférés?
... paradoxalement je ne sais pas...
un peu de Milan KUNDERA ou Dorothy PARKER... Fabienne JUHEL, Jean-Philippe BLONDEL, Sonya HARNETT, Victor DIXEN, Alice MUNRO, Patrick NESS, Jeanne BENAMEUR...

9- Es-tu « plage » ou « montagne »?
Montagne mais estivale, pour les randonnées, les cigales et les odeurs de romarin, thym et lavande (et l'hiver pour les raquettes)... et dire que tous les étés nous allons à la plage... mais en mode dans l'eau, tour à tour baleine, phoque, poulpe, dauphin... en mouvement et sous l'eau!

10- Es-tu « citadine » ou « rurale » (dans l’âme) ?
RURALE, j'adorerais avoir un jardin, me promener dans la forêt, toucher les pierres moussues d'un vieux mur plein de nombrils de Vénus et de lézards (mais pas de gendarmes, non, non, je ne les aime pas!)

11- Si tu pouvais partir visiter un pays demain matin, lequel visiterais-tu?
Je dirais le Japon pour sa culture et pour son côté inatteignable.

***


1. Quel livre a le plus marqué ton enfance ?
"Croc blanc" ou livres sur les animaux

2. Quel est ton arbre préféré ?
Le bouleau pour son écorce qui se détache, pour ses tons blancs et noirs, rêches, puis ses toutes petites feuilles d'or.

3. Dis-tu plus souvent "oui" ou "non" ?
Je pense que c'est oui mais j'ai beaucoup dit non, hurler non, alors malheureusement ce petit mot revient encore dans cette vie d'adulte.

4. Comment avez-vous choisi le(s) prénom(s) de votre (vos) enfant(s) ?
Un prénom mixte porté par une belle actrice. Nous la trouvions entière et humble. Et à force de l'imaginer ce prénom, porté par un de nos enfants, il est revenu au bord des lèvres de lui même... pour un garçon (pied de nez aussi culturel!)

5. Une de Proust, que je trouve inspirante : comment aimerais-tu mourir ?
Vieille femme, indépendante et avec encore toute sa tête, assise dans un fauteuil dans une yourte, avec un chat sauvage sur les genoux (sauvage pour qu'il s'échappe et soit heureux libre même sans moi).

6. Si tu avais un animal-totem, lequel serait-ce ?
J'ai longtemps dit l'ornithorynque pour cet aspect inconnu, reconnaissable mais pas étiquetable si facilement.

7. Es-tu plutôt sucré ou salé ?
J'étais un bec sucré jusqu’à mes 30 ans, assurément, jusqu'au bout de la langue. Je suis toujours amatrice d'une friandise mais de moins en moins sucrée ou si petite, et je suis devenue amatrice d'épices, d'herbes, dans des plats non sucrés (mais pas forcément salés d'ailleurs).

8. Y-a-t-il un professeur qui a marqué ta scolarité ? Pourquoi ?
Quelques-uns: un professeur d'allemand pour le soutien et sa perspicacité (j'étais en danger), deux professeurs de français pour l'amour des mots et un de sociologie pour m'avoir décrétée volontaire devant un amphi bondé quand je ne voulais que disparaitre.

9. Que préfères-tu boire ?
du thé!!!!! Nature en feuilles, blanc, jaune, vert, bleu et sombre (peu de noir siou plait)

10. As-tu un leitmotiv dans la vie ?
Continuer à être curieuse.

11. Pourquoi onze ?
oui pourquoi surtout que cela fait plus, en cumulé

****

*Suren Manvelyan

11 choses sur moi:
- j'aime les tatouages éphémères
- j'aurais rêvé faire du "parkour", du style yamakasi
- je suis dépensière... en livres
- je suis tendance désorganisée
- je suis du matin
- j'aurais aimé être éducatrice spécialisée
- j'aurais aimé être libraire
- j'aurais aimé être professeure
- je rêve de faire des cueillettes de plantes sauvages comestibles
- j'aurais adoré continuer à dessiner
- je vais déménager

****

Je ne proposerais pas une suite de cette chaine mais un vagabondage (actualisé) de blogs en blogs d'ici peu...

lundi 20 avril 2015

Le lion combattu par Thésée et son cousin Héraclès

Nous démarrons "Le feuilleton de Thésée, la mythologie grecque en cent épisodes" écrit par Muriel SZAC et illustré par Rémi SAILLARD. Nous avons arrêté les fiches préparées qui mettaient en avant des compétences de français.


Le parti pris ici est de revenir à une lecture offerte sans trop de questions après. Un "travail" plus court. Le lutin commence ainsi sa série de cartes heuristiques.
A chaque épisode, je noterais le titre, lui se concentrera sur son dessin principal au centre (comme le thème principal du chapitre ou tout du moins la partie qui l'a le plus marqué). A partir du centre une arborescence se crée pour reprendre certains éléments. Je prépare avec lui les "branches", si possible au minimum 4. A chaque branche une couleur et une explicitation par d'autres branchettes.
Le petit d'homme adore et dessine de tête mais aussi avec modèle selon l'emplacement.

Je vous parlerais plus de ce travail au fur et à mesure.

"Thésée allait abattre son arme sur le fauve lorsque trois hommes firent irruption dans la salle du banquet. Les cris et les appels au secours des enfants les avaient alertés. Au lieu de se jeter sur l'animal, ils éclatèrent de rire. L'un d'entre eux, un homme immense aux muscles énormes, attrapa la hache de Thésée au vol avant qu'elle ne frappe le lion. " Hé, mon gars, arrête, tu vas abîmer mon manteau!", s'exclama-t-il. Étonné, Thésée laissa retomber son bras. Le grand homme se pencha vers le lion, le saisit par la peau du cou, comme il l'aurait fait avec un petit chat, et le jeta sur ses épaules. La tête du lion retomba comme un capuchon sur celle de l'homme!"

lundi 13 avril 2015

D'un regard je te reconnais (ou la pop culture)

juste parce que, il n'y a pas à dire, cela nous parle...

ici une sélection qui parlera au lutin, il a beaucoup d'autres regards, inquiétants,

 *Jason Edmiston, exposition "Eyes without a face"

Version robots....


*the metapicture

ou stylisés:
D'ailleurs avez-vous bien vu toutes les références?  Il y en a deux par illustration!


mardi 7 avril 2015

Yuzu matcha de Pâques

Juste sortir mon magnifique bol de printemps et un Yuzu matcha.

 
Profiter des sucres compressés et parfumés offerts avec les spéculoos pour sucrer la bouche après la puissance de ce matcha. Une sorte d'hidashi... hi hi.


Bon, c'est pour le plaisir car ce Yuzu matcha de Jugetsudo n'est pas du tout âpre ou amer. Il est bien au contraire très très gourmand, presque sucré avec ses saveurs zestées de yuzu.


Profiter du retour du loupiot pour qu'il puisse boire la première gorgée, profiter avant l'assassinat en règle du chocolat félin (hum hum y aurait-il un message là-dessous, une féline nous taperait sur les nerfs quelquefois, mais non!)
Profiter d'un autre bord intérieur de ce bol, le chien conduisant ses brebis... suivre le bon chemin.
Profiter de la dernière part du gâteau aux oranges entières de Pessah (en la mélangeant avec des hametz mais je ne suis qu'une g.. !).