vendredi 24 octobre 2014

Diwali

C'était hier mais nous avions fêté mon petit neveu M et ma dernière année de trentenaire. Nous n'avons pas relu ensemble le Ramayana mais cette semaine a pourtant été bien indienne dans mes lectures. Voici un rappel de ce que nous avions fait pour fêter Diwali.

Voici de quoi revenir tout de même à ce magnifique mythe indien, un film d'animation de Nina PALEY, "Sita sings the blues" (vous trouverez les sous-titres en français en bas de la vidéo).
Le mélange cartoonesque, de découpages d'illustrations plus traditionnelles et d'ombres de marionnettes de style javanais est très réussi.




© Nina PALEY "Sita sings the blues"


jeudi 23 octobre 2014

Se faire une place dans la vie

Hier mon frère est devenu papa. Un magnifique petit loup bien-sûr. Aujourd'hui je rentre dans ma quarantième année.


Est-ce parce que les vacances sont là et que mon chenapan m'accompagne toute la journée, qu'il souhaite limiter les activités et se reposer? Est-ce parce que les autres ont eu besoin de moi récemment? Est-ce parce que je ne prends plus de temps à juste être présente à moi? Je suis floue! Je suis devenue une adulte sur une voie qui me plait et pourtant...

Je bois un thé avec plein de petites gourmandises réconfort: les balles seront pour les parents du premier (bah oui, vu son papa!) et le reste pour moi et le loupiot en vacances. Des calissons de Saint-Rémy (un peu moins sucrés que ceux d'Aix), des loukoums turcs aux pistaches (si minis-minis)...
Un bon petit kabusecha genmaicha pris dans une tasse coréenne. J'aime ce thé vert japonais, entre sencha et matcha avec un peu de riz soufflé. Le mélange est très doux, pas trop proche du matcha et le côté torréfié apparait très légèrement.

... je vais continuer à lire, je reprendrais goût au silence plus tard.

jeudi 16 octobre 2014

Continent indien et thé de Ceylan

Je m'octroie une petite pause avant de démarrer en cuisine. Ce soir, mon frère et sa femme enceinte de la dernière semaine viennent à la maison. Nous allons les inviter en voyage (enfin limité le voyage... un peu dans les papilles c'est tout!)


Je prépare très souvent du carné avec eux, la douce belle-sœur (et c'est vrai qu'elle est jolie!) aime particulièrement. Et comme je ne sais pas cuisiner la viande à la française (et surtout parce qu'elle si prends bien mieux que moi!), je bifurque toujours vers les cuisines du monde. Ce sera raïta de concombre, poulet khorma, son riz et halva de dattes. Je piocherais le raïta et le poulet dans le livre de Beena PARADIN.

En attendant, un temps pour moi, des livres ouverts toujours. Parce que oui, je les ouvre à chaque fois pour apercevoir avec le lutin où nous allons... L'Inde est à nouveau à l'honneur, nous l'avions abordée avec la fête de Diwali une autre année.
" Mon premier atlas à reconstituer" et son livre, "Mon premier Larousse du monde" nous aideront à revoir à nouveau cette portion de continent.
Le sous continent indien contient ainsi le Népal, le Bhoutan, le Pakistan, l'Inde, le Bangladesh, les îles Maldives, le Sri Lanka et... pour certains la Birmanie (appelé le Myanmar juste sur le focus de l'atlas à manipuler ?!).


J'en ai profité pour boire un thé noir du Sri Lanka, la petite île en bas à droite de l'Inde. Ce pays qui m'a tellement abasourdie quand j'y suis allée.
Un Sam Bodhi F.O.P. infusé dans ma black noiraude. L'odeur des feuilles sèches est sucrée et fruitée. La liqueur a une couleur ambrée acajou, elle est douce et ample en bouche avec un arôme bien boisé.


Nous nous rappellerons aussi rapidement de la légende de Ramayana, enfin juste la partie où Hanuman, le Singe blanc, apporta l'île de Sri Lanka, la montagne médicinale, à Rama avant de la replacer au sud de l'Inde. Nous relirons la légende complète, issue de "Ramayana, La divine ruse" de Sanjay PATEL, dont je parlais là, avec la fête de Diwali, le 23 octobre. Une autre légende indienne viendra l'accompagner. A suivre.

En attendant au boulot, cela prends du temps d'écrire un billet, en fait.

mercredi 8 octobre 2014

Un peu de sciences

Il nous arrive souvent de "patauger" dans les sciences. Moi avec très souvent des films documentaires, le lutin me suivant plus volontiers dans les livres documentaires (dont nous avons un beau panel, un aperçu là). Mais quand il s'agit d'expérimenter, c'est encore un enthousiasme plus vif. Le chenapan adore!!! Je suis obligée de restreindre par manque de matériel et d'idées.


Alors j'ai sauté sur l'occasion avec cette parution de "Je comprends les sciences avec Léonard" de Milan presse. Ce magazine est parfait. Sur un thème clair, il pose des questions et propose une dizaine d'expériences pour expliquer le réel. Peu de matériel est demandé et le reste est même fourni dans ce kit trimestriel (par exemple ce squelette avec le dernier numéro ou la fusée de la vidéo).

Une fiche par expérience,

une manipulation et des observations à noter,


video

une explication scientifique


et à chaque numéro un exposé encore plus clair.


Nous avons ainsi abordé la chimie, le corps humain, l'eau, l'espace, les couleurs et la vie. A chaque arrivée du kit, c'est une agitation sans retenue qui le tient!
Juste une retenue: aucun abonnement possible, il faut se tenir prêt avec le revendeur de presse.

jeudi 2 octobre 2014

Le retour d'un sachet de thé ?! Et oui mais pas n'importe lequel

La première fois, mon compagnon avait sonné à leur porte. Il me voyait depuis si longtemps scotchée devant leur vitrine... à chaque fois que nous passions dans cette rue. Je pensais plus y entrer avec Francine, ma si talentueuse passeuse de dégustations, lors d'une de ses pérégrinations parisiennes. Mais non, la première fois je suis entrée avec ma belle-maman, laissant le compagnon et le fiston à l'entrée.


Que dire devant tant de choix, d'envies... à côté d'une femme qui ne connait que le thé parfumé. J'avais tout de même décidé de prendre quelques propositions de Jugetsudo (voir actualisation de ma théothèque). Ma belle-maman regardait sans comprendre... surtout les prix.
La seconde fois, parce que plus de stock, nous y sommes rentrés avec le loupiot. Révérence à nouveau de notre hôtesse, puis dégustation d'un sablé au matcha (un délice - Mais c'est incroyable que cela soit si bon? dixit le petit d'homme). J'avais choisi le thé aux magnifiques guimauves de Gérard Mulot juste à côté.

Cet été, nous avons été trois à boire leurs thés verts. Leur matcha, sencha et mecha. Et justement c'est ce Yuki mecha qui revient en force, en sachet. Ce mélange de 80% de jeunes pousses, sencha et matchas est une merveille. Je l'avais acheté au départ car il pouvait être bu froid et le compagnon se met de plus en plus aux thés (oolongs parfumés, Top fancy ou Oriental beauty). Mais ce fut un plaisir à trois. Le chenapan commençant à boire clairement une tasse entière maintenant.
Ce thé japonais a donc été de toutes les tasses. Avec la rentrée, je suis maintenant plus solitaire dans mon plaisir. Une infusion à 100°C pour la première tasse, puis une nouvelle infusion avec l'eau de la bouilloire qui reste et ainsi de suite jusqu'à bien 5 ou 6 infusions.
Ce mecha est un thé vert extrêmement doux. A chaque infusion, d'un magnifique vert presque fluo, vient se poser au fond un dépot de matcha si délicat.


De quoi reprendre pied, offrir tout mon courage en partage pour l'expatriation de la gazelle, penser à la première lettre d'amour de notre grand de presque 8 ans '(avec une maman encore confidente), soutenir la vie difficile et vicelarde de A, imaginer des doses d'amour à perfusionnner au compagnon, préparer les devoirs, jouer avec le papier et le stylo grâce à elle et continuer à lire encore et encore...


dimanche 28 septembre 2014

La chronologie, centaines, milliers, années et siècles

Le lutin continue à ne pas intégrer les équivalences numériques du temps. Après les mois, les trimestres et les semestres dans une année, nous voici abordant le siècle.

J'aurais adoré faire cette démonstration avec les perles dorées Montessori mais par manque d'autant de matériel, j'ai dû trouver d'autres possibilités. Pour plus de facilité, j'ai pré-séparé de 10 en 10 et pré-découpé par 50.


1 année = 1 carreau

Le voici mettant les bandelettes, chaque ligne marquant un siècle. Il devait m'amener à l'année 2014 après JC bien-sûr.


Puis nous les avons renseigné... il a fait quelques bandes et moi le reste. Il a dû tout de même découper la dernière pour arriver à 2014 (et l'écrire sans erreur!).


Puis il a compté à quel siècle l'année présente appartenait. Puis au choix d'autres années, 1480? 630? etc...

vendredi 26 septembre 2014

Soustraire des centaines à un ou plusieurs milliers

La Méthode de Singapour continue de m’épater en offrant toujours des manières différentes de calculs simples pour arriver à un calcul mental.

Le loupiot a ainsi repris les soustractions en utilisant le tableau des décimales. La résolution d'une opération semble toujours très fastidieuse, au début.
6 000 - 257 = ?


Puis peu à peu, en tournant autour le calcul se fait plus rapide.
- s'il faut retirer 1 unité à 1 000, il est nécessaire de reprendre la démarche des échanges.


1 000 = 900 + 90 + 10
avec cette équivalence tout change
7 000 - 573 = ?
7 000 - 573 = (1 000 + 6 000) - 573

 ce qui fait qu'il a réclamé encore un calcul et encore un et encore...



jeudi 25 septembre 2014

Du temps passé avec les autres

Des pensées pour les uns, des soutiens pour les autres. De la présence... enfin j'espère.

Des cadeaux, pour une petite fille (de quoi peut-être lui préparer une maison de poupée avec des animaux duveteux comme habitants), des fleurs, du thé (aromatisé avant de les amener doucement au nature), des livres, des mots.
Des cadeaux plus spéciaux où une notice est essentielle en prévision des frimas.



Des livres lus, des livres attendus à la librairie (et qui ne sont pas encore sortis en poche, argh!!!)
Des jeux qui reprennent et des devoirs du soir. 
Des moments de partage avec de la musique en live, beaucoup, et en famille. Cela fait tellement de bien... Feu! Chatterton par exemple... avec ce slam des mots, cette littérature des paroles, ce rythme aussi.



lundi 15 septembre 2014

Le poteau méditatif: la respiration

La rentrée m'est boudeuse et bourrue. Le moral est pourtant bof, chez moi et pourtant bof, des moments de partage (et puis là, pas bof tout de même).


Un je ne sais quoi d'insatisfaction permanente, un pointe de frustration. Je sais maintenant ce qui m'a manqué. Les zones de confort intellectuel que m'offre la méditation. Mais avant, je passe encore par l'intellect... pfiou encore une fois. Oui mais c'est pour la bonne cause: le troisième livre sur la méditation avec les enfants qui arrive dans notre bibliothèque.
Après "Calme et attentif comme une grenouille" d'Eline SNEL dont je vous parlais un peu là, "Tout est là, juste là" de Jeanne SIAUD-FACCHIN dont je n'ai pas encore parlé mais qui est le plus complet des trois à bien d'un titre, voici le petit dernier "Un cœur tranquille et sage, La méditation, un art de vivre pour les enfants" de Susan KAISER GREENLAND.

Prendre le temps du respiration, une pause.
Reprendre goût aux petits riens...


 une patine sur une théière,


un chardon carder.


Une respiration encore, reprendre la méditation par elle:

"On peut comparer l'esprit non entrainé à un éléphant sauvage qui chasse à travers la forêt et détruit tout sur son passage. Un éléphant sauvage possède un énorme potentiel pour faire le bien, mais le défi consiste à le discipliner. L'image classique, quand il s'agit de discipliner un éléphant, est de l'attacher à un poteau. Au début, l'éléphant tire et tente de se libérer, mais la corde le retient. Finalement, il comprend que l'effort est vain et il attend patiemment. Lorsqu'il découvre la pleine conscience de la respiration, l'esprit non entrainé vagabonde d'une pensée à l'autre, d'un récit à l'autre, tout comme l'éléphant sauvage tente de s'éloigner du poteau. Dans la pratique de la conscience de la respiration, le poteau est l'acte physique de respirer et la corde est la pleine conscience, qui ramène doucement notre attention à la respiration. Comme un éléphant attaché à un poteau, notre esprit et notre corps s'installent paisiblement quand nous pratiquons la respiration consciente, si nous sommes patients et si nous accordons le temps et l'esprit nécessaires à ce calme."
(extrait de "Un cœur tranquille et sage, La méditation, un art de vivre pour les enfants" de Susan KAISER GREENLAND)

mercredi 10 septembre 2014

L'échelle du temps

Vous pensez que les notions sont acquises et puis non. En effet, le lutin arrive à connaitre les jours de la semaine, les mois dans l'ordre mais après il s'agit de par cœur avec toutes les limites que cela amène. Il a peu d'équivalence numérique sur le temps.

Pour remédier doucement à cela et mieux intégrer des notions de contenant et de contenu, il a associé des papiers entre eux (chaque notion a une couleur différente, malgré la photo le mois n'a pas la même couleur que l'année). La prochaine fois je referais avec des post-it qui gardent bien la position.
exemples contenant/ contenu:
1 année = 12 mois
1 année = 2 semestres
1 année = 4 trimestres


Je voulais qu'il trouve de lui-même de manière logique. Après avoir associé les termes par ordre croissant et décroissant de durée, il a manipulé.


Combien de mois dans un trimestre?
Combien de trimestres dans un semestre?
...


Jusqu'à l'empilage des notions: année, semestre, puis trimestre et enfin mois.
Cela n'a l'air de rien mais à faire de manipuler, les réponses se font plus rapide: la moitié du année en mois? en semestre? etc...

Nous le ferons aussi sur les notions de secondes, heures et jours; puis d'années et de siècles.

mardi 9 septembre 2014

Reprendre les bases du français

Rien n'est évident... pour le chenapan non plus. J'avais, il y a quelques temps, chercher des alternatives pour lui simplifier la vie de petit apprenant.


J'avais regardé, un peu, la méthode d'Anne-Marie GAIGNARD: "Hugo et les rois Être et Avoir".





Ce qui m'arrêtait justement était d'amener les choses sous la forme d'un roman, d'un conte de fée. J'avais bien-sûr envie d'astuces, de petites et grandes pistes mais ce n'était pas assez "pratique" pour moi. Quelle ne fut pas ma surprise (et ma joie) de découvrir justement le premier cahier pratique cet été, "Hugo et les rois, je sais conjuguer les verbes".

Ce format souple est parfait à plus d'un titre.
Il permet à l’aide de 6 séances d'entrer dans le vif du sujet à l'aide d'une méthode incluant intégralement les parents, non en tant que transmetteur de savoirs mais vraiment en soutien et en acteur (nous avons les premiers exercices de chaque séance à faire à 4 mains!). Soit une méthode en trois points: voir et lire, faire ensemble et autonomie. L'enfant, quelque soit son niveau scolaire, pourra ainsi ré-appréhender facilement l'orthographe, ici:
- reconnaitre les pronoms personnels et les associer au singulier ou au pluriel
- reconnaitre les verbes, et en particulier être et avoir
Ce premier tome est assez simple mais il a le mérite de permettre aux enfants de partir sur une bonne base.

J'ai particulièrement aimé ce parti-pris de jouer sur la mémoire auditive, visuelle et kinésique. J'ai, entre autre, un faible pour la première séance proposant de vérifier, soutenir et exercer la coordination. Cela me rappelle les bienfaits des gestes comme le jonglage ou l'édukinésiologie
Quatre mouvements à faire alliant la main ou le coude à un membre de l'autre côté du corps.


Ce cahier comprend un livret pour les parents aidant à la mise en place des ateliers et à chaque page d'exercices des gommettes pour offrir un travail plus "ludique". J'aime aussi le fait de fabriquer soi-même ses référents de conjugaison.
A suivre donc aussi par chez nous, en images d'ici peu.



samedi 6 septembre 2014

L'objectif de beauté humaine

La beauté est une notion tellement subjective. J'aimerais ne pas oublier ce qui fait notre humanité, même si elle passe par des défauts physiques... surtout si elle passe par des défauts.

Qu'elle serait la plus belle des Vénus?

*source Musée archéologique, Eburomagus

Une préhistorique, qu'elle soit grosse, maigre, grande, petite; une moderne mais si possible pas une charcutée.
ATTENTION: ces images peuvent heurter autant qu'elles peuvent laisser à réfléchir... clic ici pour voir la vidéo en intégralité
"SuperVénus" de Frédéric DOAZAN


A la rentrée, c'est aussi le retour des jeux éducatifs

Après l'école, ce sont les devoirs. Un peu de temps consacré à ceux de la maîtresse et un peu plus à ceux de la maman. Comme les deux années précédentes, j'ajoute l'appréhension des mathématiques par la Méthode de Singapour. Le lutin apprécie beaucoup cette manière de faire et toute sa partie manipulation. Elle propose aussi très souvent des entrainements pour abstraire de manière ludique les opérations. Cela donne des jeux mathématiques, joués pour le "cours" et qui reviennent à sa demande encore et encore.


Par exemple, ce jeu du système décimal (connaitre de l'unité au millier(M), retirer une centaine(C), une dizaine(D) ou une unité(U) ):
- chacun avec son tableau de système décimal et 5 jetons de mille
- 2 dés: 1 normal et 1 avec 2 faces -1, 2 faces -10 et 2 faces -100


A chaque lancé de dés, nous retirons tant (le chiffre du dé normal) d'unité(s) (-1) ou de dizaine(s) (-10) ou de centaine(s) (-100).
Chacun doit remettre dans la boite le nombre de jetons demandé ou, s'il n'a pas assez dans la colonne concernée, échanger 1M contre 10C ou 1C contre 10D ou 1D contre 10U.
L'objectif est de rendre tous ses jetons.

Déjà trois fois depuis hier... et le papa joue avec nous aussi... Pour savoir qui semble gagner la partie, le nombre de jetons verts à gauche est important (encore 3 pour moi et 1 seul pour le crapouillot).


... jusqu'au prochain jeu de manipulation...

mardi 2 septembre 2014

La rentrée (et les oreilles si attentives à la clarinette)

... de petites organisations, des rituels retrouvés... et encore un peu de brouillard sur mes envies et enjeux de vie... je lis toujours
... et j'écoute en boucle cette clarinette, si proche de la voix humaine. Ce klezmer revisité me touche tellement. Je n'ai aucune origine par là-bas mais mes tripes pourraient y baigner longtemps...

Yom







... des airs à la "note bleue", à la "seconde augmentée", comme celle d'Ibrahim MAALOUF...

jeudi 28 août 2014

Vous prendrez bien une tasse de thé?

Je pourrais le proposer à nos hôtes quand ils viennent à la maison.
Mais, comment dire... ils ne sont pas aussi nombreux que cela à venir chez nous. Notre "chez-nous" est tout petit, il demande un effort de promiscuité donc un lien fort préexistant à la visite. En plus, je vis (et fais vivre ma maisonnée) dans un bazar étudié, fait d'une multitude de livres, de petits tas en cours, de quelques moutons de poussière et d'une petite couche de blanc au dessus des meubles de bibliothèque (là-haut, tout la-haut). Je ne suis pas une fée du logis, je cuisine, je lis, je réfléchis, j'écris, je (re)dessine, je lis, je prépare des apprentissages, je mets en place du matériel, je lis, je réfléchis, je cuisine. Il faut une certaine affection pour rentrer chez nous sans que je me sente gênée... trop peur d'être jaugée, évaluée, critiquée. Ceux qui entrent sont nos proches, nos amis, et pas nos connaissances.
Plus tard, nous aurons plus grand, je serais peut-être moins sauvage (ou plus "rangée", si tant est je reste moi-même tout de même), moi qui rêve de grandes tablées.
Et puis il y a boire du thé et boire du thé. La plupart de nos amis boivent du café et ceux qui boivent du thé se contentent souvent de sachets (pas vraiment présents à la maison). Je suis alors un peu en panne. Pas de café à la maison (et pourtant j'ai une belle petite cafetière italienne). Et puis pour les consommateurs de thé invités ce n'est pas non plus une évidence: pas de sachets, pas beaucoup de thés à l'occidental (noirs ou parfumés)... la vie d'hôtesse est dure quelques fois ;)
Et je n'ai pas de service à thé! Aussi incroyable que cela paraisse, je n'ai pas non plus de tasses à thé.


***
Un thé offert par ma grand-mère maternelle. C'est rare. Le thé est un excitant, le thé est fait pour les adultes, les femmes et non les jeunes filles. Le thé est aussi un breuvage de convivialité, le tea time de l'hôtesse avec un cake. Mais cela fait bien longtemps qu'il n'y a plus d'invitation au tea time. Je n'y ai jamais été conviée autrement que comme spectatrice (je n'avais pas 15 ans).
Ce thé noir avec son nuage de lait ou de gouttes de citron offert dans un service théière et tasses assorties... blanches au liserai doré. Des tasses sur leurs soucoupes. Important les détails dans les souvenirs.
Un thé offert par ma grand-mère maternelle. C'est rare, avec une tasse et une soucoupe (mais pas encore de théière de tea time, seule celle de tous les jours). Une tasse et sa soucoupe assortie aux motifs asiatiques. Chinoise ou japonaise? Rien est écrit en dessous. Des fleurs et des papillons. Une tasse qu'elle me dit ne pas se rappeler.
Une tasse sans souvenir!
Pour moi, elle a pourtant une saveur particulière.
Elle a la saveur piquante d'une vie qui défile. Je suis maintenant une femme.
Elle a la saveur aigre d'une fin de vie. Les objets de cette grand-mère partent comme peau de chagrin, perdus, transmis, vendus, jetés pour faire le vide. Cette maison est encore la sienne mais tout se délite autour d'elle par le passage des enfants et petits enfants. Il est question là de mesquinerie de transmission et d'héritage. Il lui reste encore un décor mais tellement peu par rapport à avant.
J'ai souri aussi parce que cette tasse m'est familière, apparemment bien plus que pour ma grand-mère. Elle vient d'une autre maison. Elle appartenait à ma tante, sa fille. Elle faisait partie de sa collection de tasses à thé. Une collection par deux de tasses à porcelaine fine. Des tasses rangées en vitrine, qui ne servaient que dans de très rares occasions.
Une tante qui me servait du thé, en tasses ordinaires ou précieuses avec soucoupe, en tasses mug. Sur le coin de la table de la cuisine comme sur la table basse du salon. De la convivialité. Une tante aux murmures de contes de fée, merveilleux livres illustrés que je lisais chez elle.
Sa magnifique tasse et soucoupe devant moi. Un thé noir parfumé, un earl grey. Oui c'est parfait, sans sucre et sans lait, merci. Une tasse et sa soucoupe et un partage de génération. Une grand-mère qui offre de son temps, de sa proximité. Une grand-mère qui oublie d'être la sérieuse image de l'éducation austère et hygiéniste. Juste dans la présence.

***

Pas de tasse ou de soucoupe à la maison. Juste des mugs fins et de plus en plus de tasses sans anse. Pas de service, tout est dépareillé (ou presque). Et la porcelaine blanche est minoritaire par rapport aux tasses asiatiques en céramique.
Pas de soucoupe mais souvent un plateau pour moi. Un mini pour mettre la théière et la tasse, le zhong et la tasse, la tasse.
Peu de thé offert. Pas beaucoup d'hôtes, peu de buveurs de thé. Mais au fur et à mesure, plus de place surement pour notre chez-nous, plus d'invités. Du thé ou du café servi.

Et puis du partage autour de ces boissons. Du partage d'adulte, du partage inter-générationnel. Des moments d'écoute et d'attention. C'est aussi l'art de boire autour d'un propos. Le liquide qui satisfait la bouche sèche d'avoir trop refait le monde.
Du thé ou du café. Pas seulement pour le tea time.
Du thé ou du café pour tous. Le lutin aussi, j'en reparlerais.

***

Un petit partage anglais.
Un thé noir, sans sucre, sans lait. Une tasse de porcelaine fine. Ma petite théière anglaise, Black noiraude. Des biscuits anglais.
Au petit déjeuner...


mercredi 27 août 2014

Révisions des tables de multiplication

La rentrée approche et le chenapan rentre en CE2. Nous avons fait un peu de travail pendant les vacances mais peu, en fait, de manière scolaire.
Nous profitons de cette semaine pour réviser un peu plus précisément. Je vous présente la séance de révision des tables de multiplication x2 et x3 (en sachant que x4 et x5 seront revus de la même manière).
Je pars du comptage, un à un; puis je vais vers l'abstrait et le calcul mental.

Le loupiot a d'abord repris la planche de multiplication concrète Montessori et répondait à mes demandes aléatoires.
ici 3x7


Puis nous avons repris les barres de perles colorées pour retrouver l'égalité 2 x 3 = 2 + 2 + 2 et remettre une idée de comptage plus rapide.
Ici avec le multiplicateur 3 (barre de 3 utilisée)


Après, il a dû remettre en tête les calculs, doucement avec le tableau dans l'ordre


puis avec un autre tableau de calcul mental, dans le désordre.


****
Restera, après avoir revu les tables de multiplication x2, x3, x4 et x5, de refaire des calculs mentaux de plus en plus rapidement.
L'objectif n'est toujours pas d'apprendre par coeur comme cela mais de lui donner les moyens de les apprendre, par nécessité ou par efficacité ;))
- connaitre celui d'avant ou celui d'après aide
- doubler la somme
- etc...