mardi 12 juin 2018

Suivre la voix, les voix, se prendre pour un enfant... parce qu'après 2 ans, tout est fichu, nous savons trop de chose pour rêver

... Lecture à voix haute, pour le crapouillot mais aussi pour moi, sa mère, suivre un texte et des mots dits par d'autres. Fabuleux mis en scène, en voix, en intention par des comédiens (et auteurs, compositeurs).
Écouter, rêver avec ce concert fiction "Peter Pan ou le garçon qui ne voulait pas grandir" de James Matthew Barrie, adaptation de Andrew Birkin, traduction de Céline-Albin Faivre.

*illustration de Jan Ormerod



Le texte est magnifiquement accompagné par un orchestre et un chœur d'enfants (le même que lors de notre concert "Carmina Burana" de Carl Orff).
....
....
....
Ne pas bouder son plaisir de l'écoute... régulièrement Guillaume Gallienne, "Ça peut pas faire de mal".

mardi 8 mai 2018

Monstres asiatiques au détour d'une promenade dans la capitale

Revenir vers la grande, prendre du jazz dans les oreilles avec une version Duke ELLINGTON(ienne) de Mary Poppins (cf plus bas).


Puis prendre le chemin des pavés au bord de la Seine, slalomer entre les touristes venus voir la dame de fer, continuer un peu... 
se perdre avec beaucoup de monde dans le musée, "Enfers et fantômes d'Asie" au Musée du quai Branly.


Se faire quelques frayeurs, admirer les peintures, les masques, les marionnettes, aimer moins les films et les mannequins pour ces films. Découvrir le bouddhisme sous ses représentations.


.... prendre trop peu de photos parce que pas de batterie au téléphone (bah oui visite non prévue).
ici d'autres photos de l'exposition.
 
Repartir en grimpant aux arbres ou en choisissant les escaliers juste à côté. Oui presque, le mur escalier et rentrer chez soi.


Et se dire que la bibliothèque des monstres japonais s'agrandit.


Je n'ai pas pris le livre de l'exposition parce que je comptais bien acheter le "Yokai, fantastique art japonais" de Brigitte KOYAMA-RICHARD et que le premier n'offrait de plus que les monstres et fantomes des autres pays (qui m'intéressent moins pour l'instant) avec une très grande part offerte au cinéma de genre (dont je ne suis ni experte, ni adepte). Il me manque toujours énormément en sortant d'une exposition. J'espère le retrouver dans le cahier de l'expo et non! Pas de détail point par point, ou si peu. Mais pas déçue par le second...
 

Une présentation douce avec "Yokai, le monde étrange des monstres japonais" de Fleur DAUGEY et illustré par Sandrine THOMMEN, acheté il y a peu.


Et nos anciens.
Quelques mangas de Shigeru MIZUKI: des exemplaires de Kitaro le repoussant, un de mon ami le Kappa, le Nononba fabuleux et ici son "Dictionnaire des Yokai".
Ici de simples papillons... mais cela fait peur... (et parce que je suis si déçue de ne pas avoir pris en photo la vitrine avec les insectes de l'expo). 

Rajout de la nuit: les voilà pris par un autre, juste au dessous de ces masque-ci pris par encore un autre...


La manga originelle de Katsushika HOKUSAI, quelques pages tout du moins.


Le livre concernant l'oeuvre d'Utagawa KUNIYOSHI


Une certaine fascination comme j'aurais pu l'avoir pour les créatures de Jérôme BOSCH, l'hybride et le monstrueux, bouddhisme et non chrétienté...
Se dire que je vous en reparlerais, c'est sûr!

***
Jazzy Poppins lors de l'émission "la 42e rue" de France Inter.




jeudi 3 mai 2018

Langues morte et vivante

De quoi titiller l'envie du lutin en latin.


Une relecture extra-rapide de "Minimus" de Barbara Bell, tome 1: juste la petite histoire en bande dessinée, le focus grammatical et l'exercice étymologique (Rhha ma prise de note - sur la photo- : étymologie sans le h)... mais pas le reportage sur la vie romaine, ni l'histoire mythologique. Je vous en parlais ici et .
Et ceci avec des supports grammaticaux plus synthétiques (avec symboles Montessori, parce que décidément, cela lui parle beaucoup mieux).


Nous pratiquerons aussi le second tome, "Minimus Secundus".
Cette fois, tout est prêt: mes traductions même de l'anglais de base (parce que certaines fois, dans le vif de la lecture, je perd le fil - et parce que cette méthode en deux tomes, faite pour les enfants de 7 à 11 ans environ, est en anglais). J'ai aussi lu en amont les reportages et les légendes.
Et là aussi, je prépare des supports visuels clairs pour les notions en grammaire.

Je tenterais de tout mettre au propre.

***
Et quelques dessins à la va-vite pour les adjectifs des émotions et de la maladie, en allemand.


Des émoticônes allemands... parce que décidément, là aussi, cela passe mieux qu'une multitude de dessins explicatifs.


Attention, les Minimus coûtent aux alentours de 20 euros maxi.

dimanche 29 avril 2018

Vocabulaire et lexique

Toujours dans l'idée de partir de bonnes bases, j'étoffe le cours de Français reçu par le lutin en 6ème, en particulier pour la rédaction. Après recherche sur le net (aussi sur des forums de professeurs), la difficulté rencontrée par les élèves est plurielle: syntaxique, structurelle et lexicale.


Alors oui, nous avons entamé des séances maison basées sur le lexique des thèmes abordés en 6ème, le tout autour de quelques mots. Mais le procédé était long, moi farfouillant dans plusieurs manuels et lui écrivant (précautionneusement et, toujours exigeant, avec application). Ce fut assez laborieux et surtout très lent. Alors même si le chenapan réclamait d'autres séances, je voulais des exercices clefs en main, permettant de capitaliser le temps et d'aller plus loin encore.
J'ai trouvé mon bonheur dans le cahier d'activités "Le Vocabulaire par les exercices 6ème" de Bordas. Il est parfait!

Le manuel "Terre des lettres" avec lequel nous travaillons depuis le début d'année propose des exercices de vocabulaire associé à des thématiques de base. La cahier d'activités "Apprendre à rédiger pas à pas" de Nathan apporte lui la syntaxe. Alors quoi de plus ici. 


Les parties du cahier Bordas sont constituées de chapitres. Chacun commence par une leçon et des exercices à la difficulté croissante, chaque fois une petite question, chaque fois une autre manière d'appréhender. Puis ce sont quelques révision et de l'interaction: l'élève est invité à se constituer une mâle aux trésors, des trésors de mots, pour les utiliser de suite sans attendre un devoir de français. Et chaque chapitre se termine par deux formes de réinvestissement: un jeu à l'oral et une mini rédaction écrite.
 
Des éléments vus avec "Terre des lettres" sont effectivement présents ici: les situations courantes comme écrire sur l'espace, le lieu, le temps, la durée, le paysage et les premiers éléments pour un décrire l'humain (qualités, défauts et émotions). Deux autres parties présentent les compétences littéraires (le vocabulaire littéraire et artistiques comme la versification, l'analyse d'une œuvre, les genres) et la méthodologie (consignes, mots polysémiques).


Mais l'apport de ce nouveau support est l'étude plus approfondie du lexique (radicaux, préfixes, suffixes, antonymes, paronymes, champs lexicaux et racines par exemple) ainsi qu'une exploitation du vocabulaire par thèmes abordés en 6ème (Métamorphoses, récits de création, Homère etc...).

mardi 3 avril 2018

Anglais

Je pensais, à tort, que mon matériel Montessori était derrière nous: le fiston est au collège et mes utilitaires concernent le primaire. Mais non! Le cours d'Anglais me confirme que le passage à la grammaire avec les symboles Montessori est toujours une très bonne idée.
N'hésitez pas à suivre les liens qui vous amènerons vers des supports pour l'anglais intégrant l'idée de construire par la grammaire, symboles Montessori, iconographie des Rois Être et Avoir d'Anne-Marie GAIGNARD (j'en parle ici) et encore plus, ici SDP et troubles neurovisuels et là Fantadys.


De notre côté, le lutin manipule le present simple et le present progressive, avec l'aide des symboles de grammaire Montessori, verbes et auxiliaires. Je n'ai pas encore inclus le symbole du participle (ici indiqué verbe + ing).



*source symboles des verbes (en cliquant vous aurez aussi les autres)

En cliquant, des récapitulatifs en cartes mentales sur le present simple et le present progressive.

Marcher

... encore, toujours...


trouver n'importe quel prétexte pour allonger le pas, reprendre le souffle, relever la tête.


Toujours être fascinée par ces effets de lumière: premier et dernier plans sombres, l'entre deux lumineux, éblouissant.


Même si nous sommes le plus souvent dos à la grande dame de fer et que la petite restée en France nous tourne son dos.


jeudi 29 mars 2018

Analyse grammaticale: tel (que)

Autant j'adhère aux supports de rédaction choisis par la maîtresse du lutin, le manuel et le cahier d'activités (qu'elle utilise aussi sporadiquement), autant je bougonne sur le manque de rappels ou de cours de grammaire et de conjugaison. Alors, nous continuons seuls, à la maison... une dictée ou un point de grammaire ou de conjugaison. Pas trop par semaine, une à deux fois, si le chenapan a beaucoup de travail.


Alors je pioche dans les exercices des éditions Clairval. Et, ce n'est pas la première fois, je peine autant que le fiston. Il me faut lui reprendre la leçon et là, découvrir qu'elle n'est pas au programme.


Me voilà préparant des supports...


Je me suis inspirée des cartes très bien faites du site Troubles neurovisuels (entre autre sur les homophones grammaticaux), en reprenant par exemple le symbole de la proposition subordonnée. J'ai rajouté les symboles de grammaire Montessori.