jeudi 22 novembre 2018

Une Athéna des enfants, contre le harcèlement à l'école

Juste un passage, rapide, trop, pour parler d'un sujet si épineux: le harcèlement scolaire.

Comme l'intervenante, j'avais eu envie d'être avocate pour enfants, le métier n'existe pas dans les dimensions que je souhaitais. Je me rêve comme elle d'être celle qui propose les flèches aux harcelés.
Comment éviter la guerre par la pensée et la sagesse, Athéna des cours de récréation mais pas que.

Emmanuelle Piquet: "Mieux armer les enfants contre le harcèlement scolaire"

mercredi 17 octobre 2018

Je serai moins présente sur ce média

... pendant un certain temps.
Bien-sûr je reviendrais pour quelques focus pédagogiques mais sûrement moins de billets d'humeur.


Je suis toute occupée, avec des feuilles, des stabilo fluos, des souris blanches de toutes les couleurs.
Je m'accompagne de petits grigris et bois du café et du thé (oui, oui, aussi noir mais là il s'agissait d'un pu'er), froisse les feuilles de mes herbes aromatiques le plus souvent possible.


Et j'écris, je reprends les textes, je m'exerce, je créé, je m'enthousiasme et m'exaspère d'heure en heure.
J'écoute en boucle Dany Elfman, Ennio Morricone, Z Vilain, Hugh Coltman... pour me concentrer

Jacques Brel ou Barcella - écoutez donc "Améthyste"- quand je peux suivre les paroles



A bientôt,

vendredi 21 septembre 2018

Les nombres relatifs

Oui, oui, le lutin est scolarisé dans le collège communal. Il n'empêche je suis toujours là pour soutenir les apprentissages et pérenniser une méthode qui a fait ses preuves sur lui, l'apprentissage explicité. Je tente, à chaque fois de l'imager et d'en faire du concrêt. En Mathématiques, la Méthode de Singapour a été parfaite, suivie du CP au CM2 avec la version française proposée par la Librairie des écoles, puis la 6ème avec une version anglaise. Mais plus moyen de communiquer avec cette maison d'édition américaine. Nous avons aussi utilisé la pédagogie Montessori, incroyablement aussi pour la 6ème.
Le manuel de mathématiques du chenapan me stupéfait encore, les premiers cours notés sur son cahier sont eux aussi très ses, il me fallait trouver d'autres pistes, même si, encore, cela ressemblera pour le petit d'homme à une école inversée (dans cette matière, il a régulièrement vu les leçons avant la présentation "officielle"). Alors oui, le risque est de ne pas donner la bonne méthode, les bons mots et en cela suivre fidèlement un processus donné était rassurant.


Après plusieurs recherches, voici comment nous avons abordé les nombres relatifs et oh grande joie, j'ai suivi des vidéos anglaises d'une méthode très proche de la Méthode de Singapour (ou totalement inspirée) en cela qu'elle est très visuelle, offrant étape par étape avec peu de difficulté à chaque fois, je vous mets le lien ci-dessous.

Le nombre relatif est:
- un signe "-" ou "+"
- une valeur absolue (l'écart avec le zéro)

Nous avons repéré les nombres positifs et négatifs sur une ligne abscisses, avec le zéro en frontière, vers la droite, les nombres devenant plus grand, vers la gauche plus petit. Puis les opposés.
En prenant le parti-pris de mettre des parenthèses au nombres pour bien conserver leur signe, nous avons commencé additions et soustractions simples.

Les premières additions simples se sont imagées par un saut de puce sur la ligne horizontale (nombre positif la puce va vers la droite, négatif vers la gauche).
(-2) + (+3) = ?
la puce part de zéro et fait 2 sauts vers la gauche puis 3 sauts vers la droite

Mais c'est en suivant JoAnn's School que ce fut encore plus simple. Une image bien concrête sur une ligne verticale d'un arbre avec une partie aérienne, le tronc et les feuilles, le positif, la frontière le sol et une partie souterraine, les racines, le négatif. L'addition étant là aussi un mouvement vers le haut (ajout d'un nombre positif) ou vers le bas (ajout d'un nombre négatif).


(-5) + (+3) = ?
la ligne horizontale est renseignée puis le mouvement verticale. Le résultat se lit tranquillement sur l'une des deux lignes.


Puis une autre manière d'appréhender les nombres relatifs sur la ligne horizontale:
(-5) + (+6)= ?

En partant de zéro, il marque l'écart de 5 vers la gauche, puis l'écart de 6 en partant de ce nombre obtenu, cette fois-ci vers la droite. Le résultat se lit sur la ligne.
 
Les nombres sont aussi pris en valeur absolue:
(-5) équivaut à 5 jetons négatifs (ici verts)
(+6) équivaut à 6 jetons positifs (ici bleus)
Les jetons s'annulent un à un, il n'en reste plus qu'un: un bleu positif


Nous avons confirmé avec les équipes de la Méthode des Frères Lyons, tirant sur une corde, chacune de son côté, les forces sont équivalentes s'il y a le même nombre de partenaires dans l'équipe "+" que dans l'équipe "-", le partenaire/jeton d'une équipe s'annule avec le partenaire/jeton de l'équipe adverse.

Voici les vidéos JoAnn's School, n'hésitez pas à regarder les autres!


mardi 11 septembre 2018

Les liens entre mythologie grecque et les cnidaires (Méduse quoi)... oui oui encore

 *source, loin de la représentation iconographique que j'en avais, Syracuse

Une petite vidéo de "C'est une autre histoire" reprend le mythe grec et invite d'autres intervenants pour parler d'histoire contemporaine (situation des femmes aujourd'hui), de zoologie (Aristote et les cnidaires), de musique (du XVIIème siècle avec sujets mythologiques), de psychanalyse (méduse comme métaphore du sexe féminin), cinéma (Méduse devenue belle, une autre forme d'adaptation), de biologie (corail, Carl von Linné, immortalité et notre méduse Chrysaure de cet été, cf Chrysaor) avec une petite parenthèse sur le cheval ailé de Corée du nord (cf Pégase).




Chrysaor, guerrier sanglier, et Pégase, cheval ailé (capturé par Bellérophon pour tuer la chimère) étant les enfants nés du sang de la tête coupée de Méduse.

 *source Edward Burne-Jones, naissance de Chrysaor et de Pégase

Et si vous voulez d'autres pistes de réflexion, ici une lecture philosophique de Méduse.


Et merci Kris pour ces coraux du Canada et ta sensibilité pour aider ma vraie vie.

mercredi 5 septembre 2018

Devoirs de vacances d'un fiston et d'une maman

Le crapouillot a fait quelques devoirs cet été. Ce ne fut pas le remplissage de cahiers de vacances commercialisés, que je n'apprécient que peu malheureusement, mais des révisions et la fin des exercices de cahiers de l'année dernière.


En français, quelques dictées, des exercices de vocabulaire.


En mathématiques, des exercices appuyant la Méthode de Singapour issus du cahier "Maths Builder 6" que j'avais gardé de côté justement pour ça: le manuel "Shaping Maths 6" suffisant pour l'année.


Ici un exercice sur les rapports et la proportionnalité. Et des révisions de multiplications et divisions. En anglais, le lutin a lu un petit roman que nous découvrions ensemble mais ce fut trop laborieux, nous avons laissé tomber.
 
Et une proportion importante donnée au latin, avec la méthode de Barbara Bell: les deux tomes d’initiation aux enfants de 7 à 11 ans "Minimus" et "Minimus secundus".

La rentrée est là. Nous allons donc reprendre l'aide aux devoirs beaucoup plus centrée sur les cours de la journée. Il n'empêche avec l'arrivée en 5eme du fiston, je me retrouve à mettre au propre certains travaux du petit d'homme faits l'année précédente.
Mais pourquoi donc? Pourquoi garder ces documents et pire les présenter au mieux? D'une part parce que le brevet des collèges en 3ème reprendra les notions vues aussi en 6ème. Et que c'est vers cela que j'accompagne le chenapan, vers une méthodologie. Nous faisons ensemble. Je lui libère le temps de la mise en forme sur ordinateur trop chronophage pour qu'il n'ai à se concentrer que sur la réflexion.


Me voilà alors pendant les vacances et ce retour à la maison à finir les frises chronologiques d'histoire, les cartes mentales des thèmes vus en français, les points de grammaire et de vocabulaire vus...


***
De quoi me donner des envies de reconversion professionnelle...


"le un 1" voyait juste la semaine dernière.

dimanche 26 août 2018

Un aquarium admiré pour ses fonds, son paysage: les cnidaires

C'est le dernier jour de nos vacances. Près de la mer. Hier, le dernier jour de baignade. Il fait froid aujourd'hui, il pleuvra peut-être aussi. Nous avons fait presque tout ce que nous voulions. J'aurais pu partir pour une dernière marche nordique sur cette si longue plage mais j'ai froid. Pas d'étude quasi sociologique de ses passants ce matin, je préfère profiter encore un peu de la couette et je fais un billet zoologique.


Il s'agit d'une visite de l'aquarium local, l'Océarium du Croisic. Je le connais depuis sa création, de l’extérieur.

J'ai eu envie d'y entrer petite. Je passais devant pour aller sur la digue ou dans les couloirs de l'établissement bleu plein de chaises roulantes, de têtes penchées et de bouches trop ouvertes pour la norme. J'ai dû attendre. Attendre d'être une maman, de revenir dans la région avec le lutin et de l'y emmener. Depuis, nous le visitons régulièrement. Et à chaque passage, nos héros ne sont pas les mêmes et je me félicite de trouver un fil conducteur différent.

Cette fois-ci, ce fut, bien-sûr, les cnidaires... oui, oui avec les limules, les requins, le cœlacanthe qui change de place, les manchots et les raies. Et aussi la bouche protractile du Saint-Pierre. Je n'ai eu aucun mal à prendre mon temps face à mes sujets de photographies: ce ne sont pas les éléments attractifs des aquariums pour bon nombre de visiteurs quoique.

Oui quoique.
Nous nous arrêtons devant le poisson clown et son anémone, merci Némo.


Et puis certains sur les coraux, morts et en vitrine, pour ce côté pierre semi-précieuse que pourrait avoir un beau coquillage ou une sculpture.


Mais les autres alors.
Alors oui, je m'arrêtais partout pour prendre différentes cnidaires. Et pendant que je baratinais le papa et le fiston sur le sujet, mais oui polype, état larvaire, méduse (voir billet précédent), un homme nous suivait toutes oreilles ouvertes (merci monsieur, je me suis crue intéressante deux minutes) et ce fut un pré-ado plus tard quand il s'est agit de la gorgone.
Des anémones au polype bien apparent: tube large ou fin, long ou court,



pied bien accroché à la roche (ou à la vitre),


tentacules autour de la cavité buccale/anale.


C'était intéressant aussi de voir le polype là où il n'apparait pas de premier abord, à l'intérieur de la méduse ou tout au bord des coraux... là, tous petits mais aux tentacules bien vivantes.



Et maintenant comment choper l'attention d'un garçon de 7 à 13 ans: la gorgone avec sa forme d'éventail, de ramifications, n'est que la partie figée d'un fluide. Il s'agit du sang coulant de la tête de Méduse, coupée par Persée, voir ici).
Et puis après un brin de scientifique: - Mais tu vois, son sang est encore bien vivant, regarde de plus près, des petites tentacules en sortent... - ;)