lundi 15 janvier 2018

Simplifier les apprentissages (exemple frise chronologique en histoire et carte mentale en français)

Je suis beaucoup derrière le lutin pour le scolaire. Est-il capable d'être autonome, sûrement, peut-être, oui. Il a préparé plusieurs fois ses devoirs seul mais (mal habitué) il aime que je sois avec lui pour reprendre, pour donner une méthode. Il s'agit beaucoup de cela en ce moment, de la méthodologie tous les soirs, en en essayant différentes, et aussi énormément de travail de documentation, je n'en finis pas d'actualiser notre support de documentaires enfouis dans nos bibliothèques personnelles.
Pour l'instant je lui présente du matériel et nous y voyons l'intérêt, il attend de les créer seul mais le temps manque encore.


Voici par exemple une frise chronologique que j'ai préparée pour les temps préhistoriques. Elle n'a pas tous les éléments de celle créée pour la Grande Leçon Montessori sur la naissance de l'homme mais est une première approche et le résumé de son cours.
La frise est en noir et blanc mais je la voulais au propre. Elle sera complétée (et/ou) modifiée en prévision du Brevet des Collèges, il s'agit pour moi d'un support parfait pour les révisions (à entrevoir avec les Chronicards dont je vous parlais ici).
 
(clic pour la taille originale)

Je me suis servie du logiciel gratuit frisechronos.fr, des tutos expliquent tout très clairement.

Le chenapan doit aussi préparer ses premières fiches de lecture. Il est lecteur mais pas avec frénésie et l'exercice lui est encore difficile. Je voulais absolument lui proposer clef en main un support pour ne pas avoir à tous trouver au dernier moment. La carte mentale me parait être parfaite, elle est visuelle, permet d'écrire dessus un peu et de repérer encore mieux les différents éléments la constituant.


Voici la moulure 6ème, mixte de son cours et du manuel Terre des lettres dont je vous parlais là.

(clic pour la taille originale)

 

Cela vous arrive de regarder la télé?

Nous oui, bien-sûr. Alors juste pour le plaisir des replay, en vrac, et oui, je m'amuse avec ce que je veux (documentaires surtout):



- la génialissime série "Tu mourras moins bête" du Professeur Moustache, de Marion Montaigne avec la voix fabuleuse de circonstance de François Morel, sur Arte: de la pédagogie scientifique désopilante

- la nouvelle venue "A musée vous, A musée moi" de Fabrice Maruca, sur Arte ou une manière décalée de parler de certains tableaux
- "River monsters" de Jeremy Wade, surtout quand il s'agit des monstres préhistoriques ou du Loch Ness: sous ses airs de pêcheur de l'impossible quelques données biologiques sont distillées sur la faune marine.

Et oui, lutin et moi, le mercredi...

mercredi 10 janvier 2018

Très belle année 2018




Je nous souhaite:
- de gros nuages noirs, rapides, suivis par de petits gris et des ciels bleus, azurés, blancs même certains jours ou encore roses, rouges ou parsemés d'aurores boréales
- des lignes blanches dans ces ciels, pour nous montrer toutes les voies possibles, celles que nous ne prenons pas mais aussi celles qui sont encore accessibles
- des tâches de rousseur sur les joues des plus effrontés
- des paillettes d'or et d'argent dans les yeux
- des feux d'artifice multicolores dans les coeurs
- des bleus sur les genoux d'avoir trop crapahuté en montagne, en forêt ou sur les dunes de sable
- des mains blanches d'avoir joué dans la neige ou dans l'eau
- des traces vertes sur les jupes, les shorts ou les pantalons d'avoir trop roulé dans l'herbe par amour
- du rouge, rouge, rouge sur les pommettes pour les fous rires et les mondes refaits avec les amis

*source image: détails, de g à d, miss wanderixg, mister Y. et Klimt

jeudi 4 janvier 2018

Une fois dans l'année

*source

Commencer l'année, le premier jour, le matin même, par une incartade au téléphone qui me prend une heure, une heure pour amadouer une hystérique, une heure pour permettre au quotidien de continuer, une heure pour que les autres, ceux que j'aime, puissent supporter l'année. Une heure de don, une heure... enfin plus, une journée à la traiter de tous les noms une fois le téléphone coupé et un lendemain avec une migraine comme j'en ai peu connue. Mon quota de respect pour elle est au niveau zéro, pour l'année qui vient. Il lui faudra accumuler des bons points. Oui, le respect se mérite!

Commencer l'année avec de la malveillance qui vous arrive en pleine face, de la mauvaise fois et comme une onde de choc encore pire, savoir que je serais seule sur le front. Au moins les choses sont claires dès le début: les défis sont de toute une vie! Je n'ai pas de bonnes résolutions. Je vais faire avec ce que je suis, avec ma patience et mes crises d'intolérance, avec ma sympathie et mon manque de lâcher prise, avec ma bonne volonté et mon insolence. Je ne peux pas, je n'arrive toujours pas à me dévaluer même pour la bonne cause. Elle me pollue la vie. Je veux du temps pour ceux que j'aime, pour moi. Je veux ne me remettre en cause que pour eux, pas pour de la racaille sans âge. J'en ai marre de sortir de ces moments-ci que par orgueil déplacé - Voyez ce que j'ai encore fait pour nous, pour vous, pour elle! - Je ne mérite pas non plus cette aigreur d'après-coup.

Mes souhaits commencent par moi:
Je me souhaite une seule tirade hystérique, à sens unique, ou je ne peux même pas remettre en place la personne parce que les déflagrations n'atteignent pas que moi. Et, bonheur, elle a déjà eu lieu.

Et je mets mes autres vœux dans un billet séparé, à relire avec plaisir sans cette réminiscence.

....