jeudi 28 septembre 2017

Si la petite mort est une enfant...

... comme le suggérait Kitty Crowther, alors ce matin elle est partie avec une grand-mère, arrière-grand-mère...
j'espère qu'elles jouent ensemble maintenant.

mercredi 20 septembre 2017

Multiplication sur le soroban d'un nombre de deux chiffres par un nombre de deux chiffres (et révision Waldorf/Steiner) ... où ne pas le couper dans son élan

Le lutin est au collège classique, le seul public de la ville (le seul tout court d'ailleurs). Il reste dans sa période paradoxale: je ne veux pas d'apprentissages différents et j'en réclame à la moindre occasion.
Dans cette logique toute personnelle, il a demandé à sa maîtresse de mathématiques s'il pouvait présenter l'outil de calcul japonais, le boulier Soroban.


En rentrant, il me précise que pour vendredi, il me faut le faire réviser sa pratique du soroban et me demande si je suis contrariée. Comment dire! Contrariée?! Bien-sûr que non, bien au contraire, fière de constater qu'il prend autant de plaisir que moi à découvrir des méthodes alternatives.

Après cette joie non dissimulée, il faut se rendre à l'évidence: nous n'avons pas touché le soroban depuis presque deux ans. Nous avions arrêté aux multiplications d'un nombre (multiplicande) par un nombre à un chiffre (multiplicateur). La difficulté revenait aussi à respecter une mise en place (pattern) sur le soroban. J'avais bien, seule, présenté la division, nous l'avions testée et laissée de côté devant cette autre difficulté. Et puis ses opérations en colonne par l'école primaire l'avait retenu.
Mais voilà, il veut présenter une suite d'additions, un peu d'additions et de soustractions dans un calcul mais aussi la division. Je me suis replongée dans "Le boulier facile en 10 leçons" de Jean-Eric PACAUD. Et grand bien m'a pris, après m'être coltinée la leçon 6 présentant la multiplication posée à la japonaise (pattern japonais), la leçon 8 présente le pattern français.
Voici ma méthode simplifiée à l’extrême pour une multiplication d'un nombre à deux chiffres par un nombre à deux chiffres et là le code couleurs montre les étapes de calcul et l'emplacement sur le boulier et non le multiplicande, le multiplicateur et le produit.


Ici le soroban est mis sur son emplacement et les étapes de calcul sont notés au dessus. Il suffit de renseigner le calcul et de faire opération par opération en notant sur le soroban en suivant le code couleur.
La colonne renseignée 1 correspond à la colonne des unités du calcul de l'étape 1: tant de dizaine x tant de dizaine = tant de centaine soit la troisième colonne en partant de la droite du boulier.
La colonne renseignée 2 correspond à la colonne des unités du calcul de l'étape 2: tant d'unité x tant de dizaine = tant de dizaine etc...
et oui l'étape 2 et 3 arrivent sur la même colonne d'unités.

***
soit 36 x 74 = ?
revient à faire les multiplications comme pour une multiplication posée:

          3 6
x        7 4
________
           2 4     6 unités x 4
+      1 2  .     3 dizaines x 4
+      4 2  .     6 unités x 7 dizaines
+  2  1  .  .     3 dizaines x 7 dizaines
________
    2  6 6 4


mais ici dans cet ordre:
étape 1: 3 x 7 = 21
étape 2: 6 x 7 = 42
étape 3: 3 x 4 = 12
étape 4: 6 x 4 = 24
et ce en additionnant directement le résultat sur la même colonne, je vous laisse revoir les additions en suivant le lien soroban.


soit 45 x 26 = 1 170

***
Et le voilà reprenant ses supports Waldorf/Steiner de révision des tables de multiplication et se Table de Pythagore vierge. Je me suis servie du billet de Montessori mais pas que et de ses documents joints. Cela semble simpliste et sans grand intérêt si son enfant connait déjà assez bien ses tables de multiplication et bien non! C'est un travail (relier les unités du résultat dans l'ordre x1, x2, x3 etc jusqu'à x10) qui permet vraiment une rapidité et de connaître les résultats après x10.
Ici la table de 6

là la table de 3


vendredi 15 septembre 2017

Humeur préautomnale

La bronchite ne me laisse pas encore en paix... serait-elle accompagnée d'un autre maux? Peut-être. Je suis encore toussotante, faible, moins courageuse et les balades sont un effort.


En attendant, quelques petits sourires, passer 2 heures au téléphone avec la même personne (voire 4 heures) et se sentir bien, un fils partant à l'école qui revient aussitôt pour m'apporter une feuille de ginkgo, croiser un écureuil avant des examens médicaux, prendre le temps de récolter une écorce surmontée de lichens ou une nèfle pas encore blette... se faire un thé.

Se laisser aller autour d'un plum (mini baba au rhum), préparer des lits, penser à des frises chronologiques, à la prononciation anglaise ou au système solaire...

Puis préparer le menu d'un repas...
une thématique: oui, familiale (et belle-). poulet - grenade - aubergine - pois chiches - citron - thym - coing - etc....

vendredi 8 septembre 2017

Puissances et racines carrées (... et théorème de Pythagore)

Pour la séance de nombres à la puissance, nous avions dû prendre du temps pour construire le matériel manquant... des perles à repasser partout, partout. Et une fois que tout fut bien rangé, le chenapan a eu envie d'une séance. C'était avant la rentrée!!

Nous avons vu qu'élever à la puissance équivaut à multiplier le nombre par lui-même le nombre de fois précisé par l'exposant.
Avec les règles cuisenaires, le lutin a mis au carré chaque chiffre:
Mettre au carré, l'exposant est 2,
soit par exemple 5² = 5 x 5


Élever à la puissance 3, soit l'exposant 3, soit mettre au cube, équivaut à multiplier 3 fois le chiffre par lui-même.
3puissance3 = 3 x 3 x 3
Il a donc monté à la puissance 3 tant qu'il a pu.


Puis en reprenant les perles Montessori, nous avons revu les nombres au carré. La bande de perles indiquant le nombre puis le carré de perles matérialisant le nombre au carré.
Et comme il souhaitait découvrir la racine carrée, nous avons continué. Le carré indique la mise en puissance 2, la bande de perles associée représente le chiffre au départ, sa racine carrée.


De la manipulation, un peu de multiplication...


Je me suis aidée de vidéos. Il s'agit d'une maman qui apprend à sa fille les mathématiques avec les règles cuisenaires et elles abordent très vite les concepts, ici les racines carrées et compagnie.

 
Prise au jeu, nous avons nous aussi abordé le Théorème de Pythagore. Pour l'instant le nom n'est pas donné, juste une approche pratique.
Reconstruire les cotés d'un triangle avec les barres cuisenaires, (les mesures du triangle ne sont pas prises au hasard : 5 x 3 x 4)


et découvrir ce que nous pouvons faire avec les barres pour avoir un effet réussi...


oui, et encore

il y est presque... les barres vertes (3) et roses (4) se placent sur les barres jaunes (5), soit les carrés de 3 et de 4 sont égaux au carré de 5.

Alors voici avec avec les vérifications mathématiques, 
5² = 25
3² + 4² = 9 + 16 = 25
5² = 3² + 4²


La suite sera pour plus tard...

mardi 5 septembre 2017

Programme après le CM2 de la Méthode de Singapour

Nous pourrions croire qu'il s'agit du programme de 6ème et bien non pas tout à fait. La Méthode de Singapour proposée par la Librairie des écoles pour le CM2 inclue en partie ce qui sera vu dans cette première année du collège.


Petit point donc de notre programme grade 6 (6ème Singapour mais presque 5ème France) prévu dans nos manuels anglophones Shaping Maths des éditions Marshall Cavendish Education.
Je le mettrais à jour dans les détails au fur et à mesure de notre avancée:

Chapitre 1 : Algèbre
- expressions algébriques (exemple ici)
- simplification et évaluation
- résolution de problèmes
- jeux
- exercices pratiques
Chapitre 2 : Fractions
- histoire
- division d'un nombre entier par une fraction
- division d'une fraction par une fraction
- résolution de problèmes
- jeux
- exercices pratique
Chapitre 3 : Pourcentages
-
Chapitre 4 : Rapports
-
Chapitre 5 : Vitesse
-
Chapitre 6 : Solides
-
Chapitre 7 : Cercles
- exemple ici Pi et le cercle
Chapitre 8 : Graphiques
-
Chapitre 9 : Volumes
-
Chapitre 10 : Triangles et quadrilatères
-
Chapitres 11, 12 et 13 : Problèmes
-

Cela fait 6 manuels en tout, 2 de chaque).
Je ne sais pas si nous le verrons en complet cette année, ce sera en fonction de son travail scolaire et de sa demande réelle.

lundi 4 septembre 2017

Ce n'est pas la rentrée que pour le lutin

... bon oui, il sera le seul noté.
Dans ses déclarations changeantes, continuer les séances supplémentaires de la Méthode de Singapour en suivant le déroulement du livre ou juste en faire lors de difficultés, le résultat reste le même: je prépare des séances. Et me voici en peine depuis quelques minutes (dizaine de minutes peut-être, non, non, ne riez pas!).


Un problème d'algèbre simple, avec une solution facile: trouver le nombre de cure-dents pour dessiner le patron des maisons, en sachant qu'elles sont mitoyennes.
Pour une maison, 4 cure-dents plus le mur du début : 4 + 1
Pour n (nombre de maisons), 4 cure-dents x n (nombre de maisons) + 1


Mais d'autres méthodes sont à présenter. La première, détachant chaque élément, est compréhensible. Mais la seconde! Je sais, je sais: je n'ai aucune logique.
L'équation 4n - 4 est un mystère.
Rajout quelques minutes plus tard: presque compris! Retirer les 4 cure-dents d'une des maisons.

Allez on va dire que c'est parce que je lis une langue étrangère. Monsieur Al-Khwarizmi, d'où vous êtes, compatissez un peu!

samedi 2 septembre 2017

La vie ne vaut rien...

ou les émotions qui le submergent. Le crapouillot est amoureux. Le sens de ce mot, sa permanence, sa réciprocité... tout cela le regarde mais, quelques fois, des larmes trahissent la violence de ses sentiments.
J'ai ressorti sur la table quelques livres, sans rien dire, il m'a demandé de lui en lire un ces derniers soirs. Et puis la parole s'est déliée. Entre la peur du ridicule, d'une trahison parentale sous une taquinerie, il met des mots, souvent les mêmes que Ninon, selon le déroulement des chapitres. Pas à pas.


"L'amour selon Ninon" d'Oscar Brenifier et illustré par Delphine Perret a été dévoré, relu même parce qu'il avait peur de s'être endormi avant la fin du chapitre. Je parlais du livre.
"Les sentiments, c'est quoi?" de Brenifier (encore) et illustré par Serge Bloch s'ouvre dès ce soir. Une proposition de la même collection que ceux-là, c'est vous dire la qualité.
Et puis parce qu'il déclare son amour... "Les mains d'Elsa" d'Aragon tombaient à pic dans "Le un 1" n°166, le génie de la main" de ces dernières semaines.
Et puis il avait lu sur l'amour cet été avec cette lecture commune, une version de "Tristan et Yseult" en bande dessinée d'Agnès Maupré et Singeon. Une bande dessinée adulte (mais pas pornographique ni érotique), quelques scènes d'amour, de ce désir des corps. Je trouve pourtant le rendu plus décent que le moindre film contemporain actuel, nu sans être graveleux. Oui il l'a lu, je l'ai laissé faire, car ce désir fait aussi parti de l'amour (et là, il s'agit justement de ce que le philtre d'amour gâche la vie des protagonistes, la non liberté de l'amour les perd).

La vie ne vaut rien, rien...
Avec les trois versions s'il vous plait: Alain Souchon bien-sûr mais aussi la fabuleuse version de Benjamin Biolay puis celle de Tim Dup (pétillante comme un début de vie), un talent à suivre...





... rien ne vaut la vie.

vendredi 1 septembre 2017

Juste une impression

... je crois que la rentrée arrive. Et me voilà avec les étiquettes obligatoires, voici un indice:


Il faut suivre l'ordre des colonnes, en haut à droite, juste en dessous, on passe à la colonne juste à côté de haut en bas, puis la suivante. Et de droite à gauche pour les crayons.

Pas forcément son nom mais bien le code couleurs, le chenapan est daltonien. Merci encore ColorAdd (suivre le lien daltonisme pour notre expérience).
Un code couleur: chaque couleur un symbole, le mélange physique des pigments inclue ici le nouveau symbole : le bleu + le jaune = du vert
Bon vous aurez peut-être remarqué la difficulté sur les bleus turquoises, les violets francs mais aussi les parmes (ou toute la gamme de violet aux teintes de rouge ou de rose) et la gamme des verts (avec plus de jaune). Sans compter qu'il me faut rajouter un point à chaque fois pour que le petit d'homme sache dans quel sens lire le symbole (même si avec la pratique il sait mais quand il est en plein devoir, il lui arrive encore de buter).
Pour les clairs et les foncés, ColorAdd a une méthode mais elle est un peu bancale pour ceux qui n’achètent pas les étiquettes toutes prêtes ou les produits déjà étiquetés. Soit avec un cadre pour plus clair (avec la formule symbole couleur + symbole du blanc étant le carré blanc) et le symbole en blanc sur fond foncé pour les foncés (carré noir + symbole de l'autre couleur).





Moi je dois dire que j'entoure en me trompant soit pour foncer soit pour éclaircir. Cette année nouvelle tentative (en cours) je ne remplis pas le symbole s'il est clair.
Et puis les nuances dans une même couleur, comme celles indiquées au-dessus: les gammes de bleus, de violets, de marrons etc... Je tente de dessiner plus grand le symbole le plus marqué dans le mélange.



Et la question, vais-je fournir à l'enseignant principal de son collège la notice? Soit ce que voit un daltonien? Confusion rouge/vert entrainant 4 visions différentes possibles. Et je me dis que le diagnostique complet (avec toutes les nuances) doit être fait (il fallait attendre ses 10 ans!)... au moins je saurais laquelle des 4!

Parce que même moi, des fois, j'oublie qu'il ne les vois pas... du style ma marguerite Dewey, sur nos étagères pour aider le lutin à trouver les livres, qui va devoir être associée aux numéros et aux codes ColorAdd (voir le code ColorAdd pour bibliothèque). Parce là, je comptais ne faire que peu d'étiquettes: - Dis moi, trésor, quelles sont les couleurs que tu vois sans te poser de question? ... jaune, bleu, noir, chouette et... - Euh là j'ai un doute, là aussi... - Bon, je les fais toutes, qu'est-ce que tu en penses? - Ouais!