mercredi 14 novembre 2012

La Méthode de Singapour pour les mathématiques du primaire

J'ai choisi de proposer, aussi, en plus de la scolarité normale, une nouvelle méthode d'apprentissage des mathématiques au lutin.
Encore, trop?! Alors oui, les avis n'étaient pas identiques: une manière de désorienter encore plus le loupiot, encore une autre source d’écœurement potentiel... une alternative nouvelle, une autre manière de réfléchir qui ne se substituera pas, ni ne détériorera l'enseignement reçu mais fortifiera plutôt les acquis.
Je me suis bien-sûr ranger au dernier avis. Oui le lutin suit le programme de l'éducation nationale dans une école normale. Oui je lui propose des activités Montessori (et d'autres) et non, elles n'ont pas encore déséquilibrer ses apprentissages.

Mais qu'est-ce donc que cette Méthode de Singapour et pourquoi la proposer en plus de celle Montessori?

Cet apport est venu après une réflexion d'une amie. Mère de deux fils au Collège, elle m'indiquait que le CP n'était pas tant une étape charnière de lecture, comme je le pensais, qu'une année "fondement" de la conscience mathématique. Alors convaincue de la manipulation pour rendre compte de l'abstrait je cherchais encore (et toujours) des pratiques, des exercices Montessori et le matériel adéquat. Je n'avais malheureusement aucune idée de la progression des acquis du petit d'homme, je voulais aussi l'aider à conceptualiser par écrit.
Alors oui en maternelle, nous avons ciblé les "jeux" Attrimath et cuisenaires, suivis par d'autres plus ludiques encore, mais il fallait aller plus loin et de manière plus visible.
C'est le blog sur l'apprentissage d'Augustin qui m'a apporté ce que je cherchais. Sa maman le fait travailler à la maison sur certaines matières plus difficilement appréhendables par lui, atteint d'une forme d'autisme. Ainsi, par l'exemple, nous étaient montrés les étapes, les bienfaits des propositions Montessori, les apports de la méthode des frères Lyons dont je vous ai parlé là et ceux de la Méthode de Singapour.


La Méthode de Singapour est un programme complet de mathématiques concernant toutes les classes de primaire (CP, CE1, CM1, CM2) et aussi 6ième.
Elle part de la manipulation (1) comme Montessori, puis une visualisation (2) utilisée dans l'enseignement courant, une modélisation du problème mathématique par un schéma (3), une présentation concrète en une phrase mathématique (4) et enfin une verbalisation (5).
Voilà ce que cela donne pour l'addition:
1/ manipulation de jetons (ou de crackers apéritifs ou des châtaignes par chez nous) 3 d'un côté et 4 de l'autre
2/ deux cercles dans lesquels les jetons sont disposés: 3 dans l'un, 4 dans l'autre, jetons substitués après par les chiffres seuls
3/ le concept de partie et de tout (number bond)
4/ 3 + 4 = 7
5/ 3 et 4 font 7


Dans les années 1980, les élèves de l’État de Singapour ont les pires résultats en mathématiques sur le plan international. Relevé le niveau devient un défi national. Un groupe de didacticiens en mathématiques sous la direction du Docteur Kho Tek Hong met alors en place cette méthode, qui depuis a été validée comme une des meilleures au monde, en rapport avec les résultats obtenus par les enfants de primaire. Elle a de plus l'aval de Laurent LAFFORGUE médaille Fields 2002 (la plus prestigieuse reconnaissance des travaux en mathématiques).

Alors oui, j'ai acheté le guide pédagogique, le manuel de cours et les deux cahiers d'exercices. D'autres, comme Ecole et cabrioles, ont choisi de n'investir que dans les cahiers d'exercice, privilégiant ainsi la manipulation Montessori et ne mettant qu'en forme après avec cette méthode. Pour ma part, je ne maitrise pas encore l'enseignement à apporter et loin de n'avoir que les exercices, je voulais surtout comprendre la démarche.

Le manuel de cours l'indique mais le guide apporte l'enseignement clef en main, parfait pour une instruction en famille: il signale le passage entre le visuel et l'abstrait, ici simple pour l'addition mais cela va se compliquer par la suite, indique les exercices dans le manuel de cours, dans les cahiers avec les résultats

mais aussi apporte beaucoup de jeux révisions qui ont l'art de faire des mathématiques encore plus ludiques.

Ainsi pendant les vacances nous avons repris la numérotation et l'addition.

Ici avec des cartes, nous manipulons le lien entre les nombres pour introduire le schéma de "tout et parties"... dans l'arbre 10 "pommes", une tombe, il reste 9 pommes dans l'arbre. J'ai préparé le schéma vierge et lui complète.
La manipulation est proche de la soustraction mais dans la méthode Singapour l'addition est un pendant de la soustraction, la multiplication de la division... mais chaque calcul est vu un par un.


Ici nous nous entrainons à l'addition jusqu'à 5: dans un jeu de cartes (de 1 à 4), 6 cartes retournées, chacun pioche une carte et tente de faire une paire égale à 5, celui qui en a le plus est le gagnant. Une partie de paires de 5 fut vite suivie par de très nombreuses autres de 10 (cartes de 1 à 9, 12 cartes dévoilées...). Ce jeu ressemble un peu au solitaire proposé par les frères Lyons sous le nom de "Pyramide".

Ici nous reprenons une marche de carré en carré... en additionnant les faces de deux dés papier (de 2 à 10).

Et maintenant nous allons prendre les figurines pour un jeu beaucoup plus conventionnel (et impulsif)... sur un petit socle-volcan... famille feu, air, terre, magie, vie, mort, eau etc...

4 commentaires:

Apres21h a dit…

J'ai entendu parler de cette méthode, j'ai même vu une vidéo qui en expliquait les grandes lignes.
Pour le moment, je n'ai pas pris le temps de décortiquer tout ça et de voir comment je pourrais m'en servir pour aider ma fripouille. Mais cet article me donne bien envie de m'y remettre...

Vanessa a dit…

Après21h: cette méthode est supposée inscrire en l'enfant une logique. Avec le lutin, nous avons vu l'addition et la soustraction et c'est vrai que l'on accentue énormément les schémas et la verbalisation, c'est aussi très complet sur les entraînements.
Je compte en reparler, à suivre donc ;)

ingrid-vp a dit…

bonjour,
je suis tomber sur votre blog totalement hasard ! ma fille de 9 ans a une dyscalculie ,et de ce que j'ai été interpeller par " méthode d’éducation trop abstraite" pour nos enfants .Je suis totalement d'accord avec vous ...je vais tester votre manuel ( après tout je ne risque rien à essayer ^_^) merci encore !

Vanessa a dit…

Ingrid-vp: bienvenue entre mes billets. Cette méthode a l'air de fonctionner en tout cas sur de nombreux handicaps, comme celui de difficulté d'abstraction (ou de mise en concret) liée à une forme d'autisme par exemple.