jeudi 23 juillet 2009

Comestibles juste en balade

Lors de nos parcours à vélo sur la côte sauvage, j’avais dans mon sac le livre « Glaner sur les côtes de Bretagne, Vendée, Charente, Gironde » de Bernard BERTRAND… pour aller cueillir ici ou là de nouvelles saveurs.



Pendant que le grand homme photographiait un lézard au soleil, moi je mettais mon focus sur la criste maritime. Superbe petite plante verte aux fleurs vertes et légèrement jaunes. Je n’avais pas pris de sac en toile ni de seau… quelques brins à l’abri des piétinements et des jets d’urine des chiens furent ramenés et mis hachés dans une salade, puis les fleurs dans une autre. Goût anisé mais aussi citronné et iodé… la fleur est plus « agrume » d’ailleurs.


Nous avions délogé un crabe vert juste pour le regarder et le remettre près de son rocher caverne. Il n’était pas la peine de le manger… enfin pas encore.


Et j’avais beaucoup de curiosité pour ces petits flans rougeâtres. En fait ce sont des anémones de mer, orties de mer, actinies ou rastègnes dont les tentacules sont rentrées en attendant le retour de la marée. Elles auraient pu aussi faire partie du livre de glane car elles se mangent dans certaines régions de France. En le sachant, je n’aurais tout de même pas prise celle-là, sûrement trop iodée car à la surface de l’eau. Et puis il faut des gants et de quoi la détacher de son rocher…. Mais plus tard, en regardant quelle est la meilleure saison pour en retirer quelques unes en conservant les autres. Alors je retournerais sur ces liens pour savoir comment préparer à la cuisson ces petits mets au goût de crabe ou d’encornet et très raffiné dit-on : ici avec beaucoup de détails, là en simple beignet corse d’actinie et aussi là très poétiquement suave et plein de saveur, un petit flan d’anémone de mer. Mais est-ce que toutes les actinies sont comestibles ? Cette « tomate de mer » par exemple au même titre que les autres ? A voir
*source actinies peintes par Ernest HAECKEL
Je n’ai qu’une seule envie, repartir sur les côtes sauvages… bientôt, bientôt… mais en y regardant de plus près mes meilleures cueillettes (en quantité) furent dans les jardins familiaux :
herbes plus ou moins sauvages dans ma robe (en limitant le suc blanc de ma salade romaine), fanes de carottes en beignets, onagres et plantain dénervé quasiment quotidien vu sa prolifération dans le jardin « vierge » maternel.

5 commentaires:

colibri a dit…

Coucou, Vanessa, quelle chance d'être encore en vacances... Je suis déjà rentrée, après une bonne cure de plantes... maritimes dans ma Bretagne nord, dont ta criste maritime, j'adore ¨son goût légèrement anisé et de carotte. J'ai fait plein de plats avec, et j'en mangerai tous les jours ! J'ai publié quelques recettes... hier !!! A bientôt, et bonne continuation de détente.
PS : nous avons le même livre de Bernard BERTRAND, je l'aime beaucoup pour son côté paysan écrivain connaissant bien sa matière...

Delphine R2M a dit…

Je ne savais pas du tout que ces anémones de mer se mangeaient...!

Marc de Gondolfo a dit…

superbes anémones :)

Lamousmé a dit…

tu sais que je me demande toujours ou tu vas chercher tout ca!!! :o)

Vanessa a dit…

Colibri: et non je suis rentrée depuis mi-juillet mais je gardais mes billets de là-bas pour les proposer au fur et à mesure... mais c'est vrai que je repars fin de la semaine.
Je n'ai pas senti la carotte dans la criste, va falloir la regoûter. Et oui j'ai lu tes billets, j'y retournes dès que j'ai un moment.... et oui il me faut parler de ce livre qui me vient de toi.

Delphine: eh oui... ;)

Marc: oui!

Lamousmé: oh je ne sais plus ;))))) quel bonheur de te revoir aussi.