jeudi 11 mai 2017

Les campagnes Napoléoniennes

Les apprentissages continuent, encore, sans forcément de billets rédigés.
Voici une leçon d'histoire retravaillée. C'est comme cela que le chenapan retient: mettre du visuel, toucher, recomposer les informations, multiplier les supports.


Le lutin doit apprendre quelques batailles de Napoléon Ier, nous les avons réinscrites sur une carte et compris visuellement les "Cent jours" grâce à cette carte du retour de l’île d'Elbe (issue d'un livre de 1983, "Les soldats de Napoléon" des éditions Hatier).


Utiliser les magnifiques documentaires à disposition, mettre un lien entre histoire et géographie, remettre de l'humain aussi avec une histoire dans la grande histoire... et la maman se regardait les différentes campagnes Napoléoniennes (série de Fabrice Hourlier) sur Arte, de Russie ou d'Egypte... tout en lisant le chapitre consacré à l'homme du livre "Nos ancêtres les gaulois et autres fadaises" du journaliste François Reynaert (de quoi déconstruire le récit national et reconstruire une idée de la France).

2 commentaires:

Holly Golightly a dit…

François Reynaert n'a absolument aucune légitimité... Et c'est à la mode de déconstruire le roman national pour coller à de nouvelles idéologies...

Vanessa V a dit…

Holly golightly: tu as raison, il n'est pas historien, seulement journaliste et passionné. Et oui j'aime comprendre pourquoi l'histoire se raconte de telle ou telle manière selon ce que nous voulons lui faire dire. Je ne suis pas contre enseigner les grands personnages, les grands mouvements, les guerres, la beauté de notre France. J'ai juste besoin en ce moment de resituer les éléments et de faire des liens entre eux, par les livres en question et d'autres.