vendredi 19 avril 2013

L'orthographe visualisable

Les dictées se succèdent à l'école et même si je reste dubitative par rapport aux phrases proposées, par exemple l'utilisation du passé composé ou de verbes réfléchis (se promener) sans notion de grammaire en CP, le lutin les prépare: un chouilla de par cœur, un autre de grammaire et encore un d'orthographe.

Je m'aide en cela des solutions que je vous présentais avant: "orthographe ansérine", approche d'Alain SOTTO, d'Antoine DE LA GARANDERIE ou de Bruce DEMAUGE-BOST.
 soit en gros résumé et dans un ordre personnel (parce que certains se contredisent) :
- au son du mot que se passe-t-il? (exemple coq-si-n'aile)
- le sens du mot
- lire le mot et le découper en syllabes pour y découvrir toutes les difficultés (sons, accents, consonnes simples ou doubles, lettres muettes), se parler des difficultés
- compter le nombre de lettres
- le prononcer distinctement
- lire les yeux ouverts
- lire les yeux fermés
- l'écrire les yeux fermés, dans sa tête et vérifier
- l'écrire les yeux ouverts syllabes par syllabes
- épeler le mot à l'endroit
- épeler le mot à l'envers
L'important semble aussi de bien visualiser dans sa tête l'orthographe.


Nous avons aussi dessiné l'orthographe.
Le loupiot a tout d'abord écrit un répertoire des phonèmes éphémère et imagé. Certains mots de sa dictée en [è] (ê et è): une forêt et des arêtes ou une forêt d'arêtes, le père et le frère, se promène.
Puis il a noté dans le répertoire des phonèmes Montessori les reprenant tous et sans image.


La visualisation est allée aussi plus loin: pour se rappeler de l'accent circonflexe de forêt, imaginez le sommet d'un sapin, pour celui d'arête, la tête du poisson en haut; pour l'accent grave de frère, père ou mère... une mèche sur le côté. Le tout bien-sûr dessiné par le petit bougre.

Pour accentuer aussi cette pratique de l'orthographe, je compte mettre à profit la pédagogie de la "lecture en couleurs" du mathématicien Caleb GATTEGNO. C'est une approche complète expliquée ici, , ou encore plus précisément ici.
Elle se base sur le principe des sons qui se reproduisent dans la langue, les sons pouvant être représentés par des rectangles de couleurs, le [è] par exemple est vert turquoise. Le mathématicien propose alors de montrer à l'enfant dans le corps du texte où précieusement ce son apparait en notant n'importe laquelle des graphies de cette couleur et en lui lisant aussi tous les orthographes possibles.
Dans le nombreux matériel proposé, qui se base aussi sur l'utilisation des règles cuisenaires, des tableaux sont affichés: de mots mais aussi un qui nous intéresse particulièrement ici, le Fidel (code phonétique ou tableau des orthographes). Grâce au Fidel et à sa clef de code (présente en lien sur cette page), l'enfant a à disposition toutes les possibilités.
Les dictées peuvent ainsi devenir muettes, pas au sens de Montessori mais de GATTEGNO, soit en couleurs, avec la bonne graphie.
Je vous parlerais plus avant de cette méthode pour l'acquisition d'une langue étrangère... à suivre.
Dans cet ordre d'esprit mais plus pour l’aider à la lecture, j'avais aussi imprimé un tableau des sons voyelles proposant les orthographes en couleur, comme vous avez pu le voir sur la seconde photo. Attention, les codes couleurs ne sont pas les mêmes que dans la "lecture en couleurs" de GATTEGNO: vous en trouverez un ici avec les gestes Borel-Maisonny ou un autre .

2 commentaires:

Véronique a dit…

Je viens de survoler mais ça semble plein de références intéressantes: il a de la chance le loupiot d'avoir une maman "chercheuse" qui met en pratique ce qu'elle trouve ! merci encore pour ces partages !

Vanessa a dit…

Véronique: merci ;))