samedi 9 mai 2009

Moments de partage

Les vacances ne sont pas synonymes de temps serein, de temps accordé à soi, d’espace à part comme nous le fait rêver Miss Caroline avec sa chambre avec vue. C’est un temps familial, un temps pour être ensemble, pour continuer à se connaître, pour apprendre à être parent. Tout est dirigé vers le petit d’homme avec plus ou moins de spontanéité.
Les animaux en cage, avec ma pensée, à chaque fois, les remercier d’être là pour être vus, reconnus par notre loupiot et mieux connus par les chercheurs pour le bien de leurs congénères en liberté… le kitschissime et mièvre rêve américain mais qui a mis dans un état d’excitation le trésor (sans même connaître les personnages)…

des sorties de boites pour les animaux et les insectes...

… et des moments de partage : un thé ensemble. Enfin à chacun son breuvage… un lacté pour l’homme, un thé de garçon pour le petit d’homme, un thé parfumé pour moi ce jour-là.

Chacun prépare, mélange du lait et de la poudre cacaotée pour l’un (à défaut d’un chocolat plus corsé au « lait végétal de noisette » que je lui propose quelque fois : une cuillère de purée de noisettes complètes, de la poudre de cacao plus ou moins industrielle mais peu sucrée, de l’eau frémissante), une cuillère de thé pris d'une main malhabile de petit de 2 an 1/2 mise dans la boule/cuillère à thé, l’eau frémissante mise par un parent dans la tasse d’adulte, la sortie de la boule/cuillère à thé sans se brûler de la même petite main sur le support en forme de théière… et moi qui reproduit le schéma.



Voici donc le moment favori du petit d’homme depuis mon retour, chargée, de mes journées de thé ici et . Le petit d’homme m’avait demandé ce que j’avais dans mes paquets « - Du thé ! – Pour maman ? – Oui mon chéri ! – Pour zazel ? – Oui ! » Il s’était retourné précipitamment pour savoir s’il n’avait pas mal entendu, lui dans la poussette du retour et moi, derrière. Et oui, j’avais aussi ramené du thé pour lui, un thé de petit garçon.


Avant, les narines en éveil, nous avons humé le contenu de nos boites à trésor respectives, puis chacun a pris plaisir à la dégustation.
Une boite à trésors bleue au contenu magique, « Théodore ». Un thé sans thé bien sûr : du Rooïbos (faussement appelé thé rouge), morceaux de cynorrhodon, groseilles noires, bois de réglisse, écorce de citron, fleur d’oranger et citronnelle. Une tisane, vrai thé de petit garçon, bue avec le sérieux de maman pendant ses dégustations…

bue dans une vraie tasse (pour les premières gorgées) après il a réclamé sa tasse en plastique pour boire moins cérémonieusement.

6 commentaires:

mirontaine a dit…

J'aimerais partager ce plaisir aussi avec mon petit korrigan mais pour l'instant,il n'aime pas.

les chéchés a dit…

le thé-chocolt-noisette l'air délicieusement savoureux... je le garde pour les soirs d'orage...
c'est un joli partage, le nez dans les boîtes à parfum...

Béatrix a dit…

Des petits moment de plaisir de la vie qui passe, doucement mais sûrement...

Vanessa a dit…

Mirontaine: en fait le loupiot est plus tisane et ce thé théodore en est bien une en fait alors tout va bien... les thés restent inhalés uniquement ;))

Les chéchés: oui le chocolat au lait de noisette st ce qu'il faut pour un grand réconfort!

Béatrix: oui, pas à pas

Lyjazz a dit…

Je reprends juste ta phrase : "les vacances sont un temps familial, pour être ensemble, pour apprendre à être parents".
Et ça m'embête, cette société qui considère que les enfants doivent être la plupart du temps avec des personnes qui ont profession de s'en occuper, et qui ne donne aux parents que des laps de temps courts, surtout de la vie quotidienne, et pas davantage.
Comprends que ce n'est pas à toi que je parle, mais en général. Parce que chacun pense de cette manière, sans réfléchir plus avant.
Moi, il me semble qu'un enfant, surtout si jeune, doit être avec ses parents, pas ailleurs. Et que ses parents sont les seuls qualifiés pour savoir s'il va bien, s'il évolue, s'il est équilibré dans sa tête et son corps.
On laisse trop de latitude aux professionnels de tous ordres (médecins, enseignants, etc) pour nous dire ce qu'il faut faire de notre vie.
Je milite un peu pour un retour à ce bon sens, à cette prise en main de nos vies personnelles.

Vanessa a dit…

Lyjazz: et si je te disais que, en gros, je suis tout à fait d'accord avec toi. Je crois cependant que certains ne sont pas prêts à être parent, que cela s'apprend et pour tout te dire je l'ai gardé avec moi deux ans et il m'a fallu un petit temps pour reprendre pied (lui gardé ailleurs!) pour ne plus me sentir exclue de notre relation... je reprend des force pour mieux être avec lui.
J'aurais aimé faire l'école à la maison aussi, mais le papa n'est pas d'accord. Quand aux spécialistes, je suis assez sceptiques, pas sur tous les points cependant, j'ai énormément appris d'une haptothérapeute, d'une pédagogie à la Dolto (au début), d'une approche en profondeur à la Montessori... je me forme à être une maman pendant son absence, j'essaye de me calmer, de gérer mes frustrations, de me canaliser pour lui offrir du temps de qualité... mais je te rejoins, je suis chamboulée de l'avoir mis en garde auprès d'une femme qui n'est pas "qualifiante".
Et puis pas de souci pour tes prises de position sous mes billets, apposés ou opposés aux miennes: mes billets se veulent de partage et j'essayerais à chaque fois de te répondre le plus humblement et honnêtement... et si je n'y arrive pas c'est que tu toucheras un point sensible ;))