vendredi 18 mai 2012

Et à l'intérieur de la terre... solide ou liquide, vide ou gaz?

Nous avons repris la terre, notre globe. Après avoir utiliser le globe rugueux Montessori, en voici un nouveau dans la maison. Tout petit mais bien précis, il n'a qu'un seul défaut (qui devient par moment une qualité), il est tenu par un axe non conforme à l'inclinaison de la terre.


La première chose a été de reprendre cette forme la sphère et retrouver pourquoi la planisphère, elle, est plate.
J'aurais aimé faire la même chose avec une orange mais là le résultat est trop beau et prend en compte des éléments importants de découpe.

Nous n'avons que pris en compte les découpes avec ce globe à plat de la terre et puis non, nous n'avons pas entouré une balle de tennis (elles servent bien trop à l'oncle du lutin) mais une pomme...


Mais qu'est ce donc que la terre... des mers et des continents.
Et où sont les humains? en le laissant donner son avis, nous accentuons: sur la terre, dedans, largement au-dessus? "- Dans la terre on voit mieux les humains - Alors nous vivons avec les vers de terre et les taupes? - ..." Sur la terre...


Et si nous la découpons il y a quoi à l'intérieur de la terre? du solide, du liquide ou du gaz (état de la matière que nous avons vu la dernière fois).

Nous avons aussi commencé à regarder l'intérieur via l'exemple de cartes de nomenclature avec un modèle solide.


Ces cartes de présentation sont faites maison, j'ai repris des images du net et ai traduit ces layers-là.
A "l'intérieur de la terre", j'ai ainsi renseigné une première présentation des 4 couches, la croûte, le(s) noyau(s), le manteau et les discontinuités de densité.
J'y ai rajouté "autour de la terre" l'atmosphère. Derrière chaque définition mais jusqu'à présent nous n'avons regardé que la disposition des couches grâce aussi à cette petite vidéo:

*source Brain pop

Juste considérer les couleurs: le jaune et le rouge les noyaux (dont le jaune, le centre, la graine), l'orange le manteau, le bleu et vert la croûte terrestre. Je lui ai expliqué que la partie la plus importante, à l'inverse de mon modèle est le manteau.


Nous avons reconstruit le modèle que j'avais fait en pâte fimo cuite l'été dernier.
Une première version en pâte à modeler faite par le lutin... une fierté... il nous faut maintenant la laisser sécher pour la montrer en classe!


Ensuite nous avons introduit les matières: à l'intérieur il y a des couches solides et des couches plus liquides. La matière est arrivée avec aussi des exemples comestibles...
une petite terre blanche, dure à l'extérieur, liquide à l'entre-deux et extrêmement dure au centre avec la noisette.


J'aime beaucoup cette idée de fabriquer une terre à manger, voici un exemple gourmand et sucré, , là une version glacée, une version salée ici.


De notre côté, nous avons testé à notre manière:


- une noisette pour le noyau
- une guimauve pour le manteau


- du chocolat pour la croûte terrestre et des granules pour marquer les continents (et la population humaine de toutes les couleurs)

En coupant: le résultat n'était pas impeccable mais l'idée était là.


 De quoi aussi expliquer deux choses:
- le choix de la guimauve (autre état de la matière, ni solide, ni liquide, ni gazeux mais "souple" du manteau)
- que la seule couche que nous avions explorer, nous les hommes, que ce soit en chair et en os ou avec des machines, était ce qui collait aux lèvres: le chocolat et les granules, soit la croûte terrestre!

Pour continuer dans cette impression de matière, j'ai repris une expérience de MissBarbara: montrer les forces à l'ordre à l'intérieur de la terre grâce à trois liquides de poids différents.
eau colorée + miel + huile
Dans l'eau colorée, regardez tomber le miel... puis nager en surface l'huile. Les trois liquides ne se retrouvent pas à la même place... le plus lourd tombe, le plus léger reste au dessus.

Fouettez le mélange pour émulsionner le tout le mieux possible et laisser reposer. Les trois liquides reprennent leur place (oui, oui, le miel est la toute petite couche dorée au fond... mais j'ai l'habitude d'acheter du miel artisanal et j'ai dû mal à l'utiliser sans le consommer...).

A l'intérieur de la terre, les forces font que le plus lourd est au centre, le plus léger à la surface.

Nous n'avons abordé là que le nom des couches, la proportion du manteau et une approche très succincte des matières. La prochaine fois nous reprendrons les couches terrestres en "leçon 3 temps" et aussi les matières en elles-même.
Mais le vrai moment de plaisir, ce fut d'engloutir la terre entière et de mettre du chocolat partout sur les doigts et la bouche...

et d'en refaire une pour le papa!


4 commentaires:

Alma a dit…

Dis, tu veux pas écrire un bouquin de tous ces posts si utiles et si chouettes ?

Vanessa a dit…

Alma: merci, merci, merci... mes heures de recherches, de mise en place, de plastifieuse, de découpage, sont ainsi satisfaites.
Le lutin était concerné et fier, le papa stupéfait... et moi aux anges
alors si en plus cela sert!!! ;))

Chi va piano a dit…

quel bonheur votre blog, je me régale! Terre au nutella au programme de nos vacances grâce à vous. Merci

Vanessa V a dit…

Chi va piano: merci infiniment! Bonne dégustation éclairée!