vendredi 7 novembre 2008

Thé Mû, avec un ginseng qui yanguise

Mon colis Swap Thé est arrivé auprès de ma swappée, Francine. Il n’y a pas de hasard, je suis tombée sur la passionnée parmi nous-toutes. Et pour répondre à la demande du contenu du colis, offrir une infusion, je lui ai proposé une petite facétie : un thé Mû. Bien entendu ce mélange n’a rien à voir avec le thé, comme le roobois, appelé thé rouge, ce « thé » a une appellation frauduleuse. Il s’agit d’une composition créée par Georges OHSAWA, le fondateur de la macrobiotique. Je n’ai pas encore les moyens de vous faire un billet sur ce concept thérapeutique et alimentaire. En attendant je vais tout de même vous proposer un thé Mû.
Les ingrédients sont plus ou moins nombreux, 9 ou 16 plantes dont plusieurs récoltées en haute montagne. Celui offert à Francine est composé d’extraits de pivoine, de racine de persil, de chardon, d’écorce d’orange 23.7%, de réglisse, de cyprès, de cannelle, de hoelen, d’amande de pêche, de clou de girofle, de racine de pivoine, de ginseng 0.3% et de coptis japonica… Le thé Mû n° 16 est moins puissant que le n°9, il sert de tonique général.

photo de mon paquet de thé Mû, avec sa théière argentée (pour le nom) sur le devant et son gingembre qui n'a pas grand chose à faire là.

Mais qu’est ce que cette infusion a de spécial ? Appelée « Harmonie de l’homme avec l’univers », elle représente une des seules boissons acceptées par les macrobiotes avec le Kukicha (thé vert japonais, dit de 3 ans), le bancha (thé vert japonais) le « café » (ou plutôt céréales torréfiées) yannoh et les « thés » de kombu (algue), d’umébosis (prunes lactofermentées japonaise) et de céréales torréfiées. Pour la macrobiotique, boire se fait avec parcimonie, de l’ordre de 3 verres par jour pour ne pas surcharger les reins. Les boissons quotidiennes aident à maintenir et améliorer l’état de santé et le bien-être physique et mental, au goût agréable mais n’excitant pas le goût !

*source du Jing shen, « Essence Esprit », ginseng … très humain ici

De plus, ce savant mélange permet de profiter des bienfaits du ginseng considéré comme une panacée en pharmacopée.
« Le Ginseng, la racine de ginseng, les potions à base de ginseng sont donc censées « restaurer l'essence (Jing), favoriser l'énergie (Qi), éveiller l'esprit (Shen) et ont toujours été considérées, en Chine et dans tout l'Extrême-Orient, comme favorables à la santé, à la vitalité et à la sexualité.
En effet, le Jing (principe essentiel) se manifeste dans le sperme, le Qi (énergie vitale) puissant facilite l'érection et l'esprit (Shen) éveillé motive l'imagination et la créativité. En médecine chinoise classique, le ginseng est donc classé au tout premier rang des « Neuf Plantes Royales » depuis le Bencao (Pen Tsao) (Pharmacopée) attribué à Sheng Nong et datant, suivant Needham, du second siècle avant notre ère. Suivant cet ouvrage magistral : « Il répare les Cinq viscères, rééquilibre le corps (Xing) et l'esprit (Shen), prolonge la vie (Sheng), renforce l'énergie (Qi), accroît l'essence (Jing) et facilite la reproduction ». »
extrait du site à aller visiter

Le thé Mû permet de yanguiser la personne, voir ici. Pour comprendre la macrobiotique, il faudrait expliquer la yin-yiologie et le principe du yin et du yang. Très maladroitement on pourrait dire que nous avons suivi, avec la richesse des pays surdéveloppés, une erreur d’alimentation considérable. Moins de produits sains ou les plus bruts possibles, trop de produits d’origine animale et trop de sucre… trop de yin. Le thé Mu sert alors au quotidien et renforce les organes féminins, règle la faiblesse de l’estomac. Il est destiné aux personnes de type yin, affectées par le froid, en surconsommation de sucre ou en sampaku yin (jargon macrobiotique pour dire visage dilaté et blanc apparent en dessous de l’iris quand ce dernier devrait être centré).

Mais encore faut-il prendre les principes macrobiotiques avec toute la rigueur et la critique possible, j’en reparlerais.
Sinon, pour employer cette infusion tonique pour toute la famille, c’est comme ça :

« Faites bouillir une dose de 6g durant 4 minutes dans un litre d’eau. Filtrez et servez. Si vous ne voulez rien perdre des précieuses qualités du Thé Mû, vous pouvez faire une seconde infusion avec le marc en le faisant bouillir 30 minutes dans un litre d’eau. » (extrait de « Livre de la cuisine naturiste et macrobiotique », de Elza VAN DER SEELEN et Annette GEVAERT )

9 commentaires:

Mirontaine a dit…

Le thé Mû...J'en consomme depuis quelques mois pour calmer "la vilaine orpheline" et ce thé m'apporte beaucoup de réconfort.Il ne soignera pas ma maladie mais il m'apporte une sérénité,c'est certain.Ton billet(comme bien souvent;)) est fort intéressant.Merci.

Francine a dit…

J'attendais avec impatience ce message si complet, je vais maintenant pouvoir préparer ce breuvage inconnu et un donc mystérieux, j'ai besoin d'être "yanguisée", la suite sur mon blog et encore merci pour cette découverte

Chrixcel a dit…

Hé bien, quand je viens ici, j'ai l'impression souvent de revenir à l'époque très lointaine où les femmes possédaient les secrets des simples et concoctaient des mixtures étranges;) j'aime bien ces voyages culinaires et gustatifs !

Vanessa a dit…

Mirontaine: il ne peut que te faire du bien, il donne de l'energie et normalement permet à notre immunité de reprendre des forces....

Francine: de rien, de rien... en plus si j'avais sû que tu le mangerais ;))

Chrixcel: :)))
ce que tu dis là me fait sourir, c'est vrai j'aime bien ce qui ne rentre pas forcément dans une optique du tout venant, une petite prise en compte de ce que nous nous offrons en mangeant, buvant et en prenant soin de nous. Une petite impression d'être sorcière et de savoir préparer les simples, oui. Et quelque fois ces confidences privées deviennent publiques... pour le pire et le meilleur ;)

Harvey Teikel a dit…

Ah le thé Mu, une découverte au Bol en bois rue Pascal dans le 13e à Paris il y a trente ans. Un délice.

Vanessa a dit…

Harvey Teikel: mais nous avons une discussion en attente, toutes mes excuses, en plus je suis allée voir le livre dont tu me parlais sur ce peintre fantastique... je te maillerais pour en parler.
Oui une belle découverte et en plus je ne connais pas l'adresse que tu m'indiques.

Vanessa a dit…

Harvey Teikel: au fait, ce restaurant végétarien est-il encore ouvert?

Harvey Teikel a dit…

Non, Le bol en bois a fermé il y a plus d'une dizaine d'années maintenant je crois. La "partie" boutique a survécu quelques temps avant de disparaitre aussi.

Vanessa a dit…

Harvey Teikel: il faut que nous en trouvions d'autres....