dimanche 11 septembre 2011

Sencha d'exception et musique japonaise

Là, oui, poses-toi Vanessa. Prends ton souffle.
Là, plus de pression. Là...
Respires et tu verras plus tard pour les attentes des uns et des autres. Tu verras à l'envie si tu y succomberas avec plaisir. Tu verras si tu as le temps de tes souhaits.

Là, poses-toi. Reprends du souffle. Allez un temps juste pour la respiration, un Sencha Yamato dans la théière et la fenêtre grande ouverte. "Je me rends sur place pour découvrir un thé exceptionnel, connu seul des Japonais, le thé d’Origine, dit-on, le premier, cadeau offert par les Chinois lors de la fondation de l’empire et que l’on nomme le «Yamato Kabuse Chà»" (extrait du carnet de bord d'un acheteur de thé, cf lien)

J'ai sorti mon thermomètre pour ne pas bruler les feuilles de ce thé d'exception. Elles sont aplaties, bien vertes. Leur odeur est végétale et très légèrement iodée comme une algue avec une note sucrée.
La liqueur après infusion à un tout petit peu plus de 70°C est végétale, de légumes verts, mais avec un soupçon de doux, sucré. Et j'aime encore cette texture sur la langue.

Je me demande pourquoi le sencha doit se boire, si pendant l'absorption d'autres éléments, avec des produits de la mer. Je ne dois pas encore avoir le palais aguerri, moi j'aime les seconde et troisième infusions aussi avec de la poire. Peut-être pour cet apport délicat de sucré et surtout, je pense, pour cette même texture en bouche... poudrée, "texturée".

Inspires, expires. Ne succombes pas à la dépréciation. Tout va bien: être à la hauteur est subjectif.
Être à la hauteur! Être une femme indépendante, une mère attentionnée, une sœur aimante et inspirée, une marraine fidèle, une amie retrouvée.

J'ai bu mes infusions en écoutant en boucle la bande originale de "Kiki la petite sorcière" de Hayao MIYAZAKI. Le dessin animé n'est pas un des préférés du lutin mais je l'aime beaucoup, il pourrait paraitre plus simple que les autres mais parle de la prise d'indépendance à l’adolescence.
Le livre d'origine, "Majo no Takkyuubin" écrit par Eiko KADONO marque l'indépendance financière de cette toute jeune sorcière. Ce que j'aime aussi, peut-être même plus c'est justement la mise en valeur des compétences et affinités de l'enfant, Hayao MIYAZAKI en parle bien là : c'est aussi une indépendance, une voie, spirituelle.
Les musiques des films d'animation de Hayao MIYAZAKI nous accompagnent de plus en plus. J'aime beaucoup les compositions de Joe HISAISHI. Elles ont une ampleur presque classique tout en gardant une thématique très ancré à un récit. Il y a aussi avec des touches plus typées, presque ethniques.


Kiki la petite sorcière Bande annonce par PlacedeCinema

3 commentaires:

Francine a dit…

Merci pour ce superbe billet, je l'ai savouré comme le meilleur des Sencha... Bonne fête de la Lune, chère Vanessa!

marie a dit…

oh j'adore les chansons de Kiki !! Comme j'adore les autres musiques des films de Miyazaki et Ghibli en général.
Avez-vous déjà regardé Arrietty ensemble? Un bijou... avec une musique particulièrement inspirée (bien qu'à sonorité + celte que japonaise), réalisée entièrement par une francaise !

Ici on est fans de Ghibli, et Hanaé me tanne même pour avoir "les chaussures de Kiki !!"
Ce n'est pas le + connu, mais je l'aime bp...

Je travaille dur à faire connaître les films de Ghibli pour les enfants autour de nous.. tant de parents et d'enfants gagneraient tellement à découvrir les mondes merveilleux de Totoro, Kiki, Arrietty... (ou même Pompoko !)

Vanessa a dit…

Francine: merci

Marie: oui nous avons regardé Arrietty (et revu Kiki depuis le billet) et c'est superbe. Question Arrietty je n'avais pas fait attention à la musique, je prendrais garde la prochaine fois.
Oui c'est vrai que les films d'animation japonais ne sont pas encore bien visionnés par les copains du lutin aussi. Ce sont pourtant des propositions tellement riches de sens.
Et je ne connais pas Pompoko!!!!! Oh là là, va falloir que je comble cette lacune ;))