jeudi 26 mars 2009

Livres pour apprendre seul, Balthazar et Montessori

Je suis intéressée par la pédagogie Montessori. Mes billets à ce sujet viendront, peut-être quand j’aurais réussi à relier mes différentes lectures, sur la théorie avec les livres de ce docteur Maria MONTESSORI, et sur la pratique avec les activités proposées à l’école ou à la maison. Je n'avais pu que vous proposer deux extraits, sur la construction de l'adulte par l'enfant et la timidité.



Observatrice d’une déviance de notre loupiot, un déficit de la concentration, et consciente d’un de mes manquements selon MONTESSORI, adulte à l’esprit trop fictif et pas assez organisé (j’en reparlerais), je tente d’offrir à notre petit d’homme des ressources papier ou réelles qui lui permettent d’apprendre, de comprendre et de découvrir seul. Des premières approches de la vie pratique et de la vie sensorielle dont je vous ferais part mais aussi des livres, support adoré par la maman et réclamé avec force énergie tous les soirs. Sachant que la période « sensible », absorbante, période de découvertes et d’apprentissages est à son paroxysme vers 2/3 ans, j’inclue dès maintenant des lectures plus ciblées. Je ne veux pas dire par là que je souhaite l’acquisition (encore moins en avance) mais que j’ai envie de proposer des lectures structurantes d’un apprentissage et de me laisser guider par sa demande.
Je voulais faire un billet précis sur les techniques et le matériel MONTESSORI (hors de prix). Avant, et en suivant un schéma plus normal, j’ai acheté la collection « Aide-moi à faire seul » des éditions HATIER. Elle reprend, avec un minimum de matériel (si ce n’est le livre), des activités de lecture et de mathématique.

Alors commençons par ça, par ces livres que je voulais et dont je vous parlais . Voici les titres que nous avons, tous écrits (à vérifier) par Marie-Hélène PLACE et Caroline FONTAINE-RIQUIER


Ceux-ci sont déjà à l’ordre du jour…
« Balthazar et les odeurs ». Le parcours du héros à travers des odeurs quotidiennes. Des cartes odorantes sont proposées pour suivre l’histoire et, par paire, servent de carte de d’apprentissage olfactif : après il pourra seul retrouver l’autre carte odorante menthe par exemple.
« Balthazar et le temps qui passe ». Les saisons, le temps d’une année, demain, hier, dans deux heures, les générations sont présentés. Le sablier, l’horloge, la poutre du temps (représentation visuelle d’une année éclatée par saisons, mois, semaines et jours avec la possibilité de mettre un élément pour se rappeler le temps : une visite dans 2 jours par exemple) mais aussi l’arbre généalogique et l’explication solaire du jour et de la nuit. L’histoire permet une attention continue et la poutre du temps proposée à la fin va faire des merveilles.
« Balthazar et l’espace ». La géographie autour du héros prend corps, à travers l’histoire, nous avons une coupe transversale d’une maison, proposant ainsi une vision des pièces les unes par rapport aux autres, une orientation visuelle dans un quartier en passant par tel marchant, tel coin de rue, une planisphère aux terres rugueuses, être un explorateur ou un dauphin, la faune selon le milieu et à la fin un plan de ville… de plus en plus abstrait. L’intérêt de notre loupiot de 2 ans ½ est encor dans l’histoire, la concentration reste et les mises en application, interactions, arrivent d’elles-mêmes.
« Les chiffres de Balthazar ». Les chiffres sont dessinés en surface rugueuse, avec le sens du mouvement que je décris pour les lettres à toucher. Il va jusqu’à 10 et intéresse énormément notre loupiot… ce livre est extrêmement gestuel : le chiffre est dessiné mais remis dans le contexte d’une main : « Voici ma main, elle a cinq doigts, en voilà trois » effectué par l’accompagnant et l’énonciation du chiffres et de l’illustration (3 = rois) qui permet d’avoir la bonne phonétique amuse et interpelle… au point de devoir aller plus que de 3 en 3 pages.



Ceux-là ont été ouverts mais la concentration n’a pas été au rendez-vous.
« Balthazar et les lettres à toucher » Des lettres en minuscule en épaisseur rugueuses permettent de suivre le tracé de la lettre, un point de départ et une flèche aide au mouvement. L’accompagnant prononce la lettre en phonétique et l’enfant retrouve l’objet commençant par cette lettre sur l’illustration.
« L’Abécédaire imaginaire de Balthazar ». Des lettres en majuscule à la surface lisse mais résistante, même fonctionnement que les lettres à toucher. Une affiche permettra de redécouvrir cela par l'enfant seul.
La disponibilité d’attention doit être à son comble. Pour ces livres-ci, il est nécessaire de ne pas brouiller les pistes et de ne pas donner toutes informations non-nécessaires. Alors je patiente car le loupiot n’est pas encore actif. Après, nous recommencerons, 3 pages par 3 pages.


Ceux-ci sont pour plus tard !
« Balthazar découvre les phonèmes » permet de tracer les phonèmes en minuscule selon la même méthode, d’y ajouter le son en phonétique avec illustrations et d’associer seul les phonèmes aux illustrations par des cartes à « jouer ».
« Les premiers calculs de Balthazar » D’abord une présentation de l’esprit mathématique en classant par ordre de grandeur, de quantité, de poids, initiation au calcul quotidien. Une initiation aux chiffres. L’utilisation de matériels spécifiques : les barres concrétisant un nombre par une grandeur, les chiffres et les jetons pour découvrir les unités dans un chiffre.


Il est évident que notre loupiot de 2 ans ½ n’utilise pas tout le potentiel de ce matériel. Devrais-je dire que le fait que les livres se trouvent avec les livres de fiction jeunesse est aussi un signe d’un manque de discipline… de l’enfant mais avant tout de l’accompagnant, qui, même s’il respecte le choix d’un moment calme et de disponibilité conjoint, ne met pas à profit la concentration et l’énergie d’apprentissage de l’enfant. Alors en attendant, je lis les histoires en intégrant la méthode comme un plus. Par contre un livre a un succès fou, il s’agit du « Livre à compter de Balthazar, à la poursuite du lapin brun ». Une histoire complète où les chiffres sont dessinés et à reproduire qui marche à tous les coups en terme de réactivité, autant pour l’envie de compter sur l’illustration que sur le mouvement des doigts de l’enfant (après ceux de la maman bien sûr !).

11 commentaires:

kimoki a dit…

une expérience sur l'apprentissage "cumulatif" via les expériences de vie des jeunes enfants qui devrait t'intéresser : http://childwild.com/2009/03/26/interstitial-learning-multiplied/

Flo Makanai a dit…

C'est très intéressant. On n'a qu'un livre de Bathazar chez nous, tu me donnes envie.
Dis, "déviance", c'est pas drôlement fort comme terme?

Vanessa a dit…

Kimoki: oh oh une traduction s'impose, j'y retounne dès que mon loupiot me laisse me concentrer un peu. Merci

Flo Makanai: c'est un terme aussi fort qui est employé par Maria MONTESSORI, je mettrais l'extrait un de ses 4 parce qu'effectivement il m'a choqué et que je me suis sacrément remise en cause sur mon envie de donner beaucoup d'histoires fictives à mon loupiot.

lily a dit…

Hello Vanessa,
je ne connais que le temps, l'espace, les lettres et les chiffres à toucher qui ont surtout plu à thomas (plus le gros cahier d'activités qu'il faisait tout seul). Matthieu a eu la chance d'avoir une instit qui avait suivi la méthode Montessori (quand il était en GS). Et je dois dire que cet enseignement s'il est excellent pour les enfants dits "normaux" et vraiment super pour les enfants autistes, justement parce qu'il utilise tous les sens. L'apprentissage n'est pas uniquement "intelectuel" mais "sensoriel". Les cartes de France et du monde à toucher (sous forme de puzzle etc), idem pour le globe... Compter aussi avec des suuports (des petites barres etc..).
Ma grand-mère qui était institutrice utilisait beaucoup cette méthode, elle faisait elle-même les lettres à toucher avec de la toile émeri (très bien pour les enfants qui ont tendance à écrire à l'envers...).
La poutre du temps nous l'avons utilisée pour MAtthieu quand il n'arrivait pas à savoir comment se déroulait une journée. Mais c'était pour commencer une "poutre journée" :) Le matin, je me lève, petit déjeuner, petit pipi, école, accompagné par maman, etc... jusqu'' au goûter, bain, dessin animé, lecture, et coucher.Tout était détaillé jusqu'au moindre évènement et les choses qui changent mis en gros en gras. Bien sûr uniquement avec des logos et des photos puisqu'il ne savait pas encore lire. Mais je pense que cette technique est très utile aussi pour les tous petits un peu anxieux, ils ont besoin de mémoriser la journée et de la matérialiser dans l'espace...
Pour le côté trop fictif des histoires, je comprends ce que tu veux dire... A partir de quel âge maria montessori recommandait-elle les histoires imaginaires ??
(Je sais que pour un enfant comme Matthieu il était très important de lui faire savoir ce qui était "faux" et "vrai", sinon, il aurait eu tendance à vivre dans un monde totalement imaginaire...

Vanessa a dit…

Lily: merci de m'indiquer les apports que tu y as trouvé (et que tes deux fils ont trouvé)... je pense effectivement que la pédagogie Montessori va me suivre, nous suivre, de plus en plus. Quand au rapport au fictif, je ne sais plus mais je voulais en faire un billet donc je te dirais.

Ribambins a dit…

Bonjour Vanessa,

Pas encore lu ton billet, je m'y attèle ;-) dès la fin du commentaire. Pendant que j'y pense, ce très joli blog et ses liens intéressants sur Montessori.
http://petitpetitmontessori.blogspot.com/
a bientôt!

Virginie Gervais-Marchal a dit…

Une fois de plus je découvre, et je crois que je vais mettre à profits tout cela pour combler les lacunes de l'année scolaire de ma fille devant le manque de professeurs remplaçants suite à un congé maternité.

Vanessa a dit…

Ribambins: je ne connaissais pas ce lien, très beau blog que je vais visiter... entre d'autres dont je parlerais avec la pédagogie Montessori.

Virginie: ils sont très agréables à utiliser, les enfants peuvent faire seuls à un certain âge et par l'interaction en redemandent. Tu es tentée par lequel?

code d'einstein a dit…

Blog(fermaton.over-blog.com).No-30. THÉORÈME BALTASSAR.--DÉSORDRE SOCIAL ??

ClairetteB a dit…

Bonjour, je recherche plusieurs tome de Balthazar, les aimants pour les mêmes raisons que vous ... Souhaiteriez-vous les céder à tout hasard ?

Vanessa a dit…

ClairetteB: malheureusement non, je les garde pour l'instant, le lutin n'étant que l'ainé de cette génération. Mais les éditions Hatier sont en train de tous les reprendre et de les rééditer corrigés et agrémentés.
Bonne recherche