vendredi 26 juin 2009

Mnémotechnique physique au jardin

Lire « Petites leçons de physique dans les jardins de Paris » de Hans Christian VON BAEYER est de l’ordre d’un masochisme constructif. J’ai toujours pris beaucoup de plaisir à suivre les vulgarisations scientifiques et suis très friande des livres de logique en étant moi-même une piètre scientifique, alors je suis entrée avec douceur (et une certaine appréhension) dans la lecture.

Ici ce professeur de physique mêle histoire des parcs de Paris, anecdotes familiales et expériences quotidiennes, regard aiguisé sur un détail, déformé et explicité comme loi universelle. Et c’est bien là la valeur de ce livre. Permettre à tout un chacun (même si je dois bien l’avouer une seconde ou énième lecture me sera profitable) de comprendre ce qui est explicable. Le livre suit le chemin mnémotechnique d’un parc avec une ou deux notions. Nous y retrouvons les lois sans les formules mais bien le départ du mystère jusqu’à la question scientifique.


Je pourrais reprendre ici toutes les lois indiquées, vous montrez aussi en quoi cette approche est lumineuse de détails sur les observations et l’évolution des approches. En effet, le principe de résonnance et la loi du levier seront alors plus des concepts de force et d’énergie. Vous pourriez aussi suivre l’approche de l’atome, d’une description en ellipse à celle en tableau de nombres ou en probabilités ramenant à la théorie quantique. Je pourrais aussi vous parler de métamorphose physique, loin de toute magie, d’onde, de gravité et de relativité du temps, de mécanique quantique, de cosmologie ou de champ. Mais bien sûr pour cela il aurait fallu que je comprenne encore mieux. Ce n’est que partie remise avec fiche et schéma à l’appui.
Ce qui m’a le plus intéressée, sachant que je reprendrais cette lecture comme pédagogie scientifique pour notre lutin, ce sont ces observations du quotidien : un enfant sur la balançoire, l’angle d’onde liquide derrière un canard ou un navire, la Tour Eiffel, le parcours de jogging, les bateaux en bois guidés à la branche dans le Jardin du Luxembourg et les voitures télécommandées au Parc Georges Brassens, les serres et cette déformation professionnelle avec des images très claires par exemple un Mickey d’atome.

C’est aussi ce parcours dans Paris comme une visite, un bonheur, que j’éprouve aussi, avec des croquis pas physique mais bien très agréable comme un journal intime ouvert.

Et il y a aussi des réflexions très alertes et pertinentes sur l’environnement. L’effet de serre comme un jeu de balles avec un joker qui les double en cours de route (il me faudra revenir sur ce sujet) et aussi ce ciel bleu qui a lui seul peu être un de nos informateurs sur notre vie future. Une très belle proposition.

Merci à l’opération Masse Critique de Babélio et aux éditions DUNOD de m’avoir offert la possibilité de me perdre dans cette lecture et de suivre des chemins détournés.
livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

2 commentaires:

Virginie Gervais-Marchal a dit…

Je te crois sur parole et me contenterai de ces agréables lignes, j'aime ta description mais serai incapable d'entrer dans le vif du sujet, manque de courage sans doute...

Vanessa a dit…

Virginie: je vais devoir trouver d'autres sources avec des schémas avant de reprendre cette lecture. Mais je pense vraiment que quand j'aurais mieux compris je prendrais ces exemples pour simplifier l'approche.