vendredi 7 octobre 2011

Mes regrêts d'un environnement scolaire non-Montessori

Il est en école publique conventionnelle et je rêvais pour lui de Montessori. J'ai laissé la situation parce que nos moyens financiers ne permettaient pas de se positionner autrement mais aussi pour ne pas perturber le papa qui pense encore qu'il ne pourra plus s'intégrer à un cursus normal (profession normale, vie normale) après.
Quand on me pose la question de savoir ce qui me plait dans la pédagogie Montessori je précise surtout le fait que l'enfant fait seul, que toutes les difficultés sont délimitées, séparées et appréhendées seules. Je montre aussi ce matériel qui permet de ne pas se prendre pour la personne détentrice du savoir mais juste celle qui met à disposition de quoi comprendre seul. Je mets un point d'honneur à marquer aussi cette curiosité de l'enfant, toujours d'actualité, presque stimulée mais tout juste.

Alors oui, je regrette souvent la classe Montessori. J'essaye de me convaincre que les ateliers que je propose à notre petit d'homme, pas tout à fait en libre service et seulement le mercredi et le week-end, sont déjà un beau point pour lui permettre de ne pas se dire suiveur mais bien acteur. Je me dis aussi que les devoirs du soir seront aussi accompagnés, quand difficulté, par la leçon Montessori. Et je me calme. Un peu seulement. Le fait de ne pas avoir succombé aux formations que je voulais pourtant suivre me laisse très triste. Ce que je propose n'est qu'un succédané bien fade où l'esprit n'est pas là.
Quand je vois cette vidéo de Trevor EISSLER, "Montessori, c'est fou!", j'ai encore plus de tristesse. Le matériel ne fait pas tout... les formations non plus: le contact, la communauté en classe, la mixité des âges avec les mentors pour qui l'explication, la prise de parole et la mise en forme du discours devient un acte spontané, les jeunes qui regardent ce qu'ils apprendront plus tard mais aussi le chemin parcouru.

Au début, la pédagogie Montessori m'est apparue un enchantement pour l'angoisse que j'avais: laisser notre lutin n'être qu'un auditeur d'une certaine mise en problème, juste un récepteur de solutions données et non découvertes. Je voulais qu'il sache que le moyen d'y arriver, de comprendre, est aussi (surtout... seulement) à trouver en lui.
Je voulais aussi un respect de ses curiosités, de ses développements.
...


via Famille&co

12 commentaires:

Holly Golightly a dit…

Crois-moi ou pas, Jolie Demoiselle, mais je suis CERTAINE que le lutin a trouvé mieux qu'une école Montessori : il a une maman exceptionnelle. Tu fais pour lui ce que 99 pour 100 des mères ne font pas pour leurs enfants.
Alors, ne sois pas triste et n'aie pas d'inquiétude. Je n'aime pas l'école publique pour 1000 raisons, mais je pense que l'éducation donnée à la maison est un atout incomparable et a beaucoup plus d'impact sur un enfant ; et, lorsque je vois, grâce à ton journal, tout ce que tu fais avec et pour lui, je suis sur le cul.

MamanFramboise a dit…

Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis... Ma fille de 4 ans et demi est en moyenne section d'une école conventionnelle et j'aurai tant aimé la mettre dans une école Montessori mais elle est un peu loin et malheureusement trop chère pour notre budget. Et son papa a les mêmes peurs que le papa de ton lutin... En attendant, elle va à des ateliers le mercredi matin dans cette école Montessori et j'essaye à la maison de lui offrir quelques activités intéressantes et épanouissantes. Mais malheureusement, je manque de temps et quand je vois tout ce que tu fais, je me sens un peu petite... alors, pas de regrets, ton lutin gardera cette étincelle grâce à sa maman !

Francine a dit…

Avec une maman comme il en a une, ni la pédagogie de la carotte, ni celle de l'entonnoir n'auront de prise sur lui, tu y veilleras! Ne t'en fais surtout pas...

Vanessa a dit…

Holly golightly: merci pour ta confiance. Si tu savais (mais tu le sais tellement bien) quelles exigences je me mets à être mère! Ne pas être juste primipare par les organes mais bien dans la présence, l'attention, l'effort de remise en cause perpétuelle.
L'école conventionnelle met tellement à part les enfants "différents", plus lents, aux demandes d'attention différentes, aux raisonnements différents, aux attitudes différentes... j'ai tellement envie qu'il se sache doué de vie, de curiosité et d'intelligence (et pas forcément celles encensées par l'école...).

MamanFramboise: merci pour ton soutien. Oui je me dis que les activités à la maison seront épanouissantes, au moins... et pas de Montessori en dehors de moi, bah tant pis! Bon courage pour tes filles et ces activités maison qui demandent tant d'investissement. Et merci pour le mien, d'investissement (des fois c'est bien de ne pas travailler de manière conventionnelle, je peux prendre ce temps-là, le choisir à d'autres).

Francine: merci ni entonnoir, ni carotte, oui, oui, j'y veillerais et même si je me trompe, je me reprendrais de suite!

Mamanlullaby a dit…

Oh, ce billet me touche beaucoup, j'ai les mêmes regrets...
Mon petit homme sera scolarisé dans un an, en école publique. Je crains que le formatage, le cloisonnement, le tout le monde se tait et écoute n'abîment son envie d'apprendre...
Espérons que nos lutins sauront s'adapter sans y perdre cette étincelle...

Vanessa a dit…

Mamanlullaby: gageons que ce que nous leur proposons en plus et le fait de donner des réponses à leurs questions leur apportent aussi.

Daisy a dit…

en ce moment mon plus grand s'éteint... il a été puni car il a fait un exercice de trop à l'école! je ressens qu'on le freine, qu'on lui coupe ses ailes... il m'a dit qu'il n'aimait plus les calculs alors qu'il adorait cela!
je me sens si triste de ne pas avoir d'école Montessori près de la maison ou ni le budget pour... le problème c'est que les enfants sont bien souvent fatigués en rentrant à la maison alors les activités à la maison sont réduites!!
merci pour ce partage qui me parle tellement!

Vanessa a dit…

Daisy: oui les activités sont réduites avec leur fatigue. Je comptais sur les vacances pour reprendre un rythme et en fait, non! Je suis en plein blues et je dois bien l'avouer mes propositions dépendent bien de mon attention. Notre matériel Montessori n'étant pas aussi disponible (et à vue) qu'il le faudrait.
J'espère que ton fils se réanimera (et j'en suis persuadée). Des fois j'ai l'impression que le mien ne s'est pas encore laissé le droit à être "animé".

Malice a dit…

Comme, je te comprends Vannessa, surtout quand tu dis cela : "L'école conventionnelle met tellement à part les enfants "différents". Car pour moi cela a été le cas dès le CP (cela remonte aux années 70) la méthode pour apprendre à lire me convenait pas du tout, en plus de cela dyslexique. C'est ma Maman (femme au foyer) qui m'a aider à lire. Maman a une tendresse pour la méthode Montessori. Car elle a travaillé en Italie dans un jardin d'enfant (équivalent chez nous à la maternelle) chez des sœurs avec la Méthode Motessori pendant une année. Par contre elle n'a pas développé comme tu le fais avec ton lutin. De l'école que cela soit du primaire au secondaire je n'ai pas de très bon souvenir, j'aurai adoré d'être dans une école non conventionnelle qui soit plus à l'image de mon tempérament, cela dépend tellement de nombreux paramètres. Aujourd'hui, je travaille en milieu scolaire, j'ai le sentiment que l'on demande beaucoup aux enfants dès la fin de CP/CE1, les classes sont de plus en plus chargées et à plusieurs niveaux (c'est peut-être le côté positif). Quoiqu'il en soit je trouve aussi comme le dit Holly que l'attention que l'on porte à son enfant est important voir primordiale et je dirai même vitale. Oui, surtout quand je vois de nombreux enfants qui passent quasiment leur temps à l'école, au centre et puis il faut qu'ils aient de nombreuses activités extra scolaire pour qu'il ne s'ennuie pas etc ... Ne te décourage pas même si cela n'est pas facile tous les jours ;-)

Vanessa a dit…

Malice: merci pour ce soutien, ce partage aussi (et surtout). Encore heureux que ta maman était là pour t'accompagner dans ce chemin scolaire. J'ai aussi un passif avec l'école et j'aimerais que le lutin n'est jamais à pâtir d'une déficience de l'éducation nationale mais plutôt à y trouver les plus-values qu'elle doit bien avoir.
La pédagogie Montessori n'est pas arrivée dans mes pensées de manière si évidente. Toi qui connait ce blog depuis presque le début, tu as pu t'en rendre compte. C'est le résultat de réflexions, de prises de position, d'envies de mettre en pratique avant de transvaser un savoir...
Je le voudrais plus sur de lui que moi, je voudrais qu'il se trouve plus rapidement que ce que je fais. Je voudrais qu'il se reconnaisse, s'assume et trouve sa voie, même décalée de la convention.

ecole-vivante a dit…

Bonne nouvelle : le livre de Trevor est paru en français. On le trouve en téléchargement immédiat sur le site de l'Ecole Vivante, ici : http://ecole-vivante.com/montessori-c-est-fou.html

Vanessa a dit…

Ecole-vivante: merci pour l'information, il semble très intéressant pour les parents.