jeudi 3 juillet 2008

Le corps et l'esprit...après un chagrin

Je suis de ces personnes qui réfléchissent et s’enferment dans cette sur-activité du cerveau à défaut de celui du corps (et pourtant j’ai envie de partir marcher pendant deux jours entiers !). Je souhaite laisser « couler » le chagrin, comme les frustrations du quotidien. Mon corps me l’a dit, la migraine a pris le dessus jusqu’à ce que je pense à m’occuper de mon corps en même temps que de mon esprit.

Ne connaissant pas de remède au chagrin, j’ai eu envie d’un traitement du corps (pour recouvrer la santé, le bien-être). Alors je me suis délassée le cuir chevelu avec mon araignée masseuse de tête, de quoi perdre une partie des tensions…

huit pattes entourent la tête et, par massage en vague et en douceur, marquent des lignes de toucher du cuir chevelu. Les tsubo (points d’acupuncture, creux où l’énergie Ki se concentre sur un méridien) étant alors sensibilisés par cet effleurage, je les ai massés par un auto-shiatsu de la tête, façon MASUNAGA, en prenant soin de la pression de mes doigts…Le shiatsu étant un massage thérapeutique et non de plaisir. Vous retrouverez l’enchaînement ici.

*source pour le voir en grand

Il y a des jours, des étapes de vie, où la prise de conscience est plus importante. Nous sommes tous des demi-malades. Il ne tient plus qu’à moi de choisir un traitement du corps, plus qu’une prévention vu sa petite forme, plutôt qu’un remède à un symptôme. Alors je lis, relis, annote l'autre livre en ma possesion de Shizuto MASUNAGA, « Zen Shiatsu, Comment équilibrer le yin et le yang pour une meilleure santé ». Bien entendu, le shiatsu demande un praticien et un patient, je ne suis pas praticienne sauf sur moi. Alors j’ingère la théorie mais aussi une nouvelle vision de la maladie et de la santé, corps et esprit et me focalise pour l’instant sur l’auto-shiatsu… et les makko-oh pris de son autre livre bien sûr. Après, qui sait, j’aurais peut-être des cobayes… en attendant une formation professionnelle me tenterait bien : une nouvelle vie, une ouverture des possibles… l’adolescence s’en va, les témoins de l’intérieur ne sont plus là, alors… « En écrivant ce livre, j’ai voulu expliquer les techniques non seulement d’un point de vue mécanique mais également d’un point de vue philosophique ce qui permettra de comprendre l’essence de ce que vous faites. Je crois qu’il n’est pas de notre droit mais de notre devoir d’être en bonne santé. »

Et enfin, je me suis dégusté au zhong un Long Jing (Lung Ching) de la région chinoise du Zhejiand. De quoi libérer l’esprit…plus tard je pourrais aussi libérer l’esprit par la création : de la calligraphie, du sumi-e…patience. Le principal a été de démarrer l’action sans plus cogiter. Feuilles coupées vertes et jaunes à l’odeur d’herbe ou de foin. Une odeur très verte, très fraiche d’herbe sur le couvercle. Un breuvage d’un jaune intense au goût plein d’amertume si le temps d’infusion est trop long (juste le temps à la feuille de tomber de l’arbre dans le zhong). Une dégustation un peu âpre, comme un temps nuageux, cotonneux…


2 commentaires:

Chrixcel a dit…

Je me souviens d'avoir été massée de cette manière (tout le corps), le massage shiatsu est en effet très tonique et même s'il détend après coup sur le moment ça fait quand même un peu mal ! Quant à ton araignée de tête, j'en ai une ! c'est divin mais perso je ne l'appellerais "araignée" - qui sais, j'en ai sûrement déjà une au plafond;) - mais "stimulation du cuir" qui n'est pas spécialement une pratique SM comme on pourrait le supposer mais un véritable massage cérébral ! seul hic, cela provoque un excès de sébum, pas bon pour les cheveux gras...

Vanessa a dit…

Chrixcel: je confirme pour le shiatsu (même le visage), ma maman est praticienne et je dois dire qu'à chaque fois je ne suis pas à la fête... Et puis oui stimulation du cuir chevelu, mais pas complet.