mardi 1 juillet 2008

La saveur de l'encre

« Tout ce que le monde extérieur provoquait en moi, je pouvais finalement l’exprimer au moyen de quelque chose à ma portée : l’Encre. En effet, chaque matin j’étais tenu de préparer l’encre pour l’exercice de calligraphie, en tournant longuement le bâton dans la large pierre emplie d’eau jusqu’à ce que cette dernière fût d’un noir onctueux. J’en connaissais la saveur. Une fois le liquide prêt, je ne me lassais jamais de ce moment où, pour tester son épaisseur, je posais librement le pinceau pleinement imbibé sur le papier fin et translucide, lequel résorbait vite l’encre tout en se laissant « irriguer » un peu.


*source calligraphie chinoise de Inès IGELNICK

Puis, durant de longues minutes encore, elle conservait sa fraîcheur lustrée comme pour montrer son contentement de ce que le papier, consentant et réceptif, acceptât de la savourer. Cette magie du papier qui recevait l’encre, les Anciens la comparaient à la peau d’un jeune bambou légèrement poudreuse qui reçoit des gouttes de rosée. Moi, je la comparais volontiers à la langue de quelqu’un en train de goûter un de ces fins gâteaux de farine de riz et qui sentait le morceau fondre sur elle en y laissant une saveur qui ne semblait plus vouloir disparaitre. » (extrait de « Le Dit de Tianyi » de François CHENG )


*source chat de JACQUIER , n'hésitez pas à lire le jeu du chat

2 commentaires:

Emmyne a dit…

Bel extrait, je viens de m'offrir ce livre, un excellent moment de lecture en perspective.

Vanessa a dit…

Emmyne: oui une très belle lecture, François CHENG nous amène au coeur de la calligraphie, des sentiments et de "son" pays la Chine. Mais le billet reste difficile à fournir sans lui nuire.