jeudi 26 février 2009

Motricité fine des mains... plaisir partagé

Il s’agit sûrement d’une déformation (future) professionnelle (ou de sensibilité exacerbée), j’aime proposer des apprentissages quotidiens, ludiques ou pratiques, et découvrir le développement de mon enfant. Je suis une fane inconditionnelle des émerveillements enfantins, des méthodes mises en place par les bouts de chou pour communiquer, se mettre en relation, découvrir ce qu’ils sont ou les procédés pour se faire comprendre de nous, pauvres parents top souvent aveugles et malentendants de leur personne… et même chercher les cadres, les limites pour se sentir valorisés et soutenus.
Le quotidien m’amène souvent une dose de nervosité, un manque de temps… l’éducation reçue et mes manques font ressurgir souvent des conditionnements pervers, des réactions pulsionnelles, douloureuses, violentes ou juste agacées… alors quand je prend le temps de regarder, de partager, d’accompagner, c’est un vrai délice. Avant de proposer quelques billets recadrant mon propos, juste quelques instants de quotidien… et de motricité fine, expérimentée, volontaire ou maîtrisée.

J’ai mis beaucoup de temps à proposer du dessin à notre loupiot. Avant ces 2 ans, il avait du mal à se concentrer… il prenait la feuille, la gratifiait de deux rayures et l’abandonnait là voire même la jetait effrontément par terre.

J’avais réussi un moment intense, de partage et de fous rires en reprenant un ancien de mes dessins d’enfant. J’avais décidé de détruire, ou plutôt redonner une vie, à ce dessin car le lutin avait remarqué ces formes bizarres quand je cherchais pour lui une feuille grand format. Alors en le reprenant, en marquant en rouge certains axes, le loupiot à lui aussi commencé à faire des tracés verticaux et horizontaux avec de très petites courbes mais c’était un début.

La motricité fine de sa petite main a été après mise à rude épreuve… je dessinais un rond et lui devais remplir l’intérieur. Ce fut aussi le plaisir de voir d’autres traits sur les miens !

Je reste une observatrice émerveillée devant toutes ses coordinations de mouvement. La semaine dernière, découverte spontanée de la présence de deux pouces opposés. Pendant le lavage de mains dans l’évier rempli d’eau, le savon qui ne glisse plus autant entre les mains mouillées, le savonnage les mains écartées, les doigts s’entrelaçant (étape 3 de la technique Ayliffe du lavage efficace des mains ) mais surtout l’étape 5 quand il faut bien savonner les pouces, le pouce opposé à sa main dominante était déjà bien distingué mais l’autre vient tout juste de lui être évident (incroyable de considérer que le doigt bien présenté seul devient un élément difficile à retrouver dans une suite logique de mouvements et cette compréhension soudaine que pour l'atteindre il fallait utiliser l'autre main)… grand moment de joie pour le petit bambin. Le plaisir de la vie de parent est aussi dans les yeux des enfants, pétillants d'avoir compris.

2 commentaires:

Astrid a dit…

Ton billet est génial! Touchant...

Vanessa a dit…

Astrid: hi, hi, tu imagines les moments... et les chamailleries ;))