mercredi 23 décembre 2009

Des cris et des mouvements d'animaux

Allez, après hier et ses cris, spontanés mais peu constructifs, nous avons fait une séance d’imitation animale.

Le petit d’homme a sorti quelques figurines (non, non, elles n’y sont pas toutes) et à chaque fois nous avons écouté son cri, imité si possible le dit cri et ensuite, de mémoire maternelle, imité ses mouvements ou autres caractéristiques physiques. Cela nous a changés du loto des cris d’animaux.

Le cheval et son hennissement (rappelez-vous le petit livre des cris ou celui-ci), son trot et sa crinière au vent. L’ours polaire, le paon léonnant avec sa queue devenue roue pour faire le beau. Le cerf. Le lion (et même s’il a sorti la lionne et le lionceau… on a fait la même chose, non mais je ne suis pas une experte, non !?). La baleine, le dauphin, le suricate.
Le chameau (à deux bosses bien-sûr, une seule et c’est un dromadaire).
Le crocodile, à plat ventre pour se trainer comme eux, le chat, le panda, le tigre (et ses petits), le zèbre, la chèvre, la hyène.

* source

L’éléphant. Pour différencier l’éléphant d’Afrique à son copain d’Asie, il suffit de regarder les grandes oreilles, le dos creux, l’absence de bosse sur le front (et les ongles), pour plus de détails lisez donc )
Le lutin a aussi sorti la girafe, la pieuvre géante, le requin, le flamand rose et le macareux… nous sommes restés silencieux. Je suis sûr que les oiseaux chantent ou crient, les marins pas si sûr… mais la girafe n’a pas de corde vocale… nous avons donc relu « Comment les girafes disent-elles maman » de Gérard STEHR et Willi GLASAUER.
Nous avons trouvés les cris des animaux et oiseaux ici, là des autres cris d’animaux, ici et des chants d’oiseaux. Pour les imitations des mouvements, je vous laisse imaginer nos caricatures.

Pour aller plus loin, plus tard, nous ferons aussi le yoga des animaux… mais plus tard. Plus tard aussi, nous ferons la faune marine, avec pourquoi pas ce très beau jeu à faire soi-même, un crabe de gages ou la chasse à l’ouïe avec le jeu Brouhaha.
De notre côté, nous avons fini par une chorégraphie (ou presque) en musique. Le loupiot avait sorti aussi Oogi Boggie Man, le méchant de « L’étrange Noël de Monsieur Jack » de Tim BURTON… un début de caricature d’insectes. Ben oui c’est tout de même un sac de pommes de terre rempli d’insectes...



De quoi se défouler, coordonner ses mouvements, émettre des sons plus ou moins forts mais contrôlés et rire, rire...

3 commentaires:

Philippe de Bordeaux . a dit…

Chère VANESSA,

Rire et surtout Rire.

C'est vraiment le Rire qui signe la spontanéité...le naturel.

L'un de mes plus gros cauchemars serait de me "forcer" de Rire!

Forcer quelqu'un ,se forcer c'est deja terrible,dur mais alors si cela concerne le rire:on est foutu!

j'exagère le trait à peine mais tu me connais deja un peu...

Ainsi donc je me permets de te souhaiter avant l'heure Tout le Meilleur à TOI et à Ton p'tit Bonhomme.

Et que vive la spontanéité du rire comme des pleurs:on pleure de rire parfois...

MERCI VANESSA.

Amitiés.

PHILIPPE.

Lung Ta Zen a dit…

Je te souhaite des fêtes de fin d'année dans la joie partagée

frédéric ☻

Vanessa a dit…

Philippe: merci infiniment... ne pas se forcer... et retrouver la spontanéité qui s'enfuit quelque fois. Merci pour ce meilleur, reçu avec toute la chaleur humaine que je peux y mettre.

Lung Ta Zen: merci pour cette joie partagée.

TRES BEAUX MOMENTS DE FIN D'ANNEE A VOUS DEUX... avec tout l'esprit de partage, de joie, de don que vous savez y mettre!