lundi 1 février 2010

Cowboy ou équilibre sur 2 roues de draisienne

Nous n’étions pas d’accord ! Des fois, il est vrai, je vais beaucoup trop loin en matière de volontés éducatives (quant à l’éducation réellement faite, il y a toujours un pas, petit ou de géant). Des fois… enfin encore et encore, voire toujours, je cherche des éléments sur la pédagogie ou sur certains apprentissages qui ne sont pas à l’ordre du jour : apprentissage pour un enfant de 8/10 ans quand il n’a que 3 ans, apprentissage et adaptations pour les déficits divers et variés et souvent je pioche allègrement dans tous les superbes apprentissages et éveils faits par les écoles à la maison (j’ai failli dire mamans prodiguant) et les parents d’enfants autistes.

J’argumente souvent que les premiers apprentissages sont les principaux, ceux avec lesquels l’enfant se construit, forme son cerveau, édifie sa logique et les moyens d’utilisations de son intelligence. En suivant la pensée de Montessori, je continue en marquant qu’il est nécessaire de trouver le matériel adéquat pour que l’enfant apprenne seul. Le notre bien-sûr, et uniquement depuis que ce passage à l’éducation Montessori institutionnalisée n’est plus de mise à la maison !
Alors oui, j’ai porté mon dévolu sur la draisienne, vous savez ce vélo sans pédale. Si vous ne voyez pas ce dont il est question, n’hésitez pas à aller chez la Poule pondeuse lire cela. C’est en fait un remplacement de tous les tricycles et vélo à petites roues.
Le postulat est simple : proposer à l’enfant, dès l’âge de ses premières courses (donc des premiers équilibres en mouvement, soit entre 18 mois et 2 ans 1/2), de trouver son équilibre porté par le « vélo ». Il ne s’agit pas d’un vélo sans petites roues. La structure n’est pas la même : la selle est plus basse, le pied devant être bien à plat au sol, le guidon a une butée et permet de ne tourner que très légèrement.

Notre loupiot a plus de 3 ans. Et au final, nous avons décidé d’acheter une draisienne, il a fallu 6 mois pour trouver les avantages de ce « vélo » avant le vélo. Alors après l’achat et la pratique quels sont les avantages ? Et bien un émerveillement !

La draisienne avance à l’aide des pieds de l’enfant, la propulsion est volontaire… le frein étant aussi les pieds, il n’y a pas d’intermédiaire, l’enfant choisit son allure et les réflexes sont plus vite découverts… sauf en descente bien-sûr ! Le fait de « bloquer » le guidon aussi permet de ne pas perdre l’équilibre par déséquilibre de l’engin. Et ce n’était pas trop tard pour le lutin, il va à une allure folle et se demande pourquoi je cours à côté de lui. Il freine aussi de manière très maîtrisée, il n’y a pas cet effet de déséquilibre vers l’avant du vélo, là tout s’arrête en bloc. Bon, il est vrai qu’il aime à aller jusqu’à quelques centimètres des promeneurs… comme par goût d’un certain défi.
Il a par contre une certaine inconscience du danger. La draisienne se fait accompagnée, toujours, et avec un casque c’est encore mieux. Les pentes sont montées avec énergie et les descentes en flèche aux désarrois d’une maman courant et d’un papa transi derrière. Il y a aussi cette allure de dos, de cowboy aux jambes arquées… mais au fur et à mesure cela s’efface pour augmenter la vitesse.
Dernier petit mot : si vous voulez acheter une draisienne, attention à la sécurité (l’affolement n’est pas loin dans les tests de consommation), à la durée de vie et à la taille de l’entrejambe. Pour notre part, le choix s’est fait sur la référence haut de gamme et nous ne regrettons pas, même pour un enfant qui a passé 3 ans (modèle classique avec une selle rehaussée en option, cela permettra à un autre enfant de s’en servir et à notre loupiot de bien se dépenser en apprenant à trouver son équilibre).

7 commentaires:

Katell a dit…

Voilà un porteur que les enfants adorent!! Les élèves de l'école se ruent sur la draisienne lors des récréations ;-)
Un très investissement pour le loupiot!!!

Aline a dit…

Je suis pour aussi!!!

Vanessa a dit…

Katell: les enfants aux parcs se ruent aussi sur la draisienne quand elle est inoccuppée... ;))

Aline: ah j'étais sûr! ;)

Lyjazz a dit…

Les 2 miens ont utilisé et utilisent encore la draisienne.
Ils adorent.
Et c'est le début pour les parents des promenades au pas rapide.
Alors on prend parfois la trottinette pour suivre plus vite, voire le vélo, en roulant sur le trottoir avec lui.
Le passage au vélo à pédales est ensuite très rapide et facile.

Vanessa a dit…

Lyjazz: oh oui, je cours à côté de lui, mes genoux sont très mécontents mais mon cœur crie hourra. Merci de me confirmer cet achat, je suis persuadé que l'équilibre se fera plus facilement vers le vélo. N'avais-je pas vu des photos de tes loupiots sur une draisienne d'ailleurs?

Daisy a dit…

merci pour cet article si clair et intéressant!je suis conquise pour mon bébé!

Vanessa a dit…

Daisy: de rien, et puis après la pratique, je ne peux que te la recommander ;))