mercredi 17 février 2010

Mercredi, c'est raviolis... enfin gyôza et pétrissage

Ce n'est plus une surprise: souvent le petit lutin de 3 ans intervient en cuisine. C'est selon la recette, le temps disponible, sa fatigue (et ses envies), soit une étape, soit la totalité.

©Makoto TACHIBANA et Setsuko HASEGAWA/ Ecole des loisirs

Et "Mercredi, c'est raviolis" de Makoto TACHIBANA et Setsuko HASEGAWA qui nous a soufflé le reste. Autant dire qu’il faut s’y prendre à 10h00 pour compter manger juste préparé et chaud (avec le reste du repas prêt) vers midi.


Une fille et son petit frère décident de préparer des gyôza. Le déroulement se fait comme une histoire mettant en avant les sensations et les interrogations enfantines. Les enfants avec leur foulard de corsaire sur la tête et leur tablier sont seuls en action. La grande sœur explique les étapes jusqu’à la cuisson faite par la maman (inexistante à l’image mais pourtant présente dans la pièce).©Makoto TACHIBANA et Setsuko HASEGAWA/ Ecole des loisirs

Les étapes de la recette se suivent en même temps que les commentaires : la farine est toute douce, c’est tout collant, c’est long, cela fait un drôle de bruit, ça a la consistance du sein maternel etc… un vrai régal de lecture. La recette (et ses ingrédients) est vraiment à la fin.

©Makoto TACHIBANA et Setsuko HASEGAWA/ Ecole des loisirs

Alors nous avons touillé, nous nous en sommes mis plein les doigts en attendant désespérément que la pâte soit assez malaxée et pétrie. Nous l’avons laissée reposer et j’ai préparé la farce.

Le temps d’attente est adorablement comblé par la lecture de l’histoire une nouvelle fois en reprenant ce que nous avons déjà fait… et surtout ce que nous allons faire. Et puis aussi un temps pour organiser encore mieux et se détendre...
Le second pétrissage a été le charme de la matinée… farinons, la paume de la main droite sur la moitié de boule de pâte, la main gauche étirant l’autre moitié, la repliant sur elle-même. Aplatissons et tournons la pâte un peu. Recommençons. Ces 5 minutes auraient pu être doublées pour son bon plaisir.
*source pétrissage

Il a fallu après faire des grosses boules, des serpents (c’est encore compliqué) et aplatir les boulettes de la paume et du rouleau… autre moment de joie. J’ai garni de farce et collé les bords comme j’ai pu et nous avons immergé sur eau frémissante (surtout pas bouillante) sortis chaque gyôza à la passoire et dévoré avec du shoyu et un bonzaï (tête de brocoli).

A la fin du repas, il reste de la farine (partout), un très bon goût en bouche malgré la monstruosité de ces premiers gyôza maternels et filiaux et une envie… les refaire mercredi prochains.
Et puis quels points communs avec le pain ! Cela donne envie d'en faire une activité répétitive comme ici. Une petite idée de comment cela se passe ici.

Et dire que des petits bouts de chou de moins de 3 ans font des gyôza assez fréquemment dans les nidos japonais (nido: crèche Montessorienne), regardez donc chez Aline, photos à l'appui.

6 commentaires:

Framboise a dit…

Je te conseille d'écrire un petit livre de tes aventures culinaires du mercredi :
Titre suggéré : LE PETIT LUTIN EST DANS LE PETRIN... Sa maman s'en mêle et tout finit bien.
Pensées sereines de ce mercredi froid et gris qui me voit obligée de rester coincée à la maison, malade !

Vanessa a dit…

Framboise: je refais mon message qui n'a pas tenu. Tu ne crois pas si bien dire. Son titre est "Cuisiner: quelle aventure!", il est écrit, illustré et son héros est un petit Nathan de 7 ans! ;))
Repose toi bien au chaud, avec un thé et une bouilloire et toutes mes chaleureuses pensées.

Vanessa a dit…

... une bouillotte!!!

Framboise a dit…

Oui Vanessa, j'ai aussi la bouillotte à portée de main... Mais bon j'ai loupé la petite virée anversoise avec Francine : musée et expo sur la Chine et déjeuner dans ce petit restaurant japonais qu'on adore : les Saveurs de Yamada.
Je pense que la prose de Francine sera plus explicite !
Douce nuit.

Loula a dit…

Quelle bonne idée de mettre une vraie recette dans un album! Et le résultat semble bien appétissant...

Vanessa a dit…

Loula: c'est sensas pour un partage avec un loupiot!