vendredi 17 septembre 2010

Le moment de thé... vers plus de voyage pour l'esprit

Des thés dans la semaine, entre esprit occupé et esprit concentré:

Un Tung Ting Shan, thé semi-fermenté de Formose. Les feuilles sèches roulées en grosses perles serrées. L'infusion était jaune paille beaucoup plus que sur mes photos qui ne rendent décidément pas bien les couleurs (un jour je me formerais à la photographie) et l'arôme était très "vanillé" et gras. Beaucoup plus doux que cette bogue picotante ;)

Un Tung Ting Shan savoureux bu dans la semi-précipitation, la tête encore embuée de lectures (celle du square ces derniers jours: "Ogrus: histoires à digérer" de Gégroire KOCJAN et illustré par Pauline COMIS dont je parle là), d'envies, de réflexions sur des modes opératoires...

ici pour une amie bipolaire, de quoi la soulager par le shiastu et la relaxation lors des moments où ça ne va pas, mais pas bien du tout... des étirements de méridiens avec une explication la plus sensitive possible, des points particuliers qui s'avèreraient être douloureux dans ces moments-ci et une petite méthode de "méditation".
Un thé dont la dernière infusion a été savourée aussi par le loupiot. Je suis en train de noter les thés qu'il aime, celui-ci en fait partie.

Et puis après quelques rédactions de modes opératoires bloguesques, un Meng Ding Huang Ya (le TT303 de Thés de chine), premier thé jaune chinois bu à la maison. Ces petites aiguilles couvertes de duvet argenté magnifiques qui apportent à l'eau chaude une odeur très forte de torréfaction. Mes papilles ne sont plus aussi sensibilisées... il me faudra déguster à nouveau ce thé d'exception, voir le billet de Francine sur cette exceptionnalité et les autres billets dégustations ici.

et là, un peu plus de soulagement en tête, de petits trésors de saison... glands, bogues ou cucurbitacée... et quelques "gammes" de dessin à la Charlotte, si brèves, si "pénibles" dans leur précipitation mais foncièrement revigorantes tout de même.

Je suis très loin de proposer de vraies mises en scène, tableaux, images ou "mandala" qui reflèteraient infiniment le lien esthétique, artistique, historique et représentatif du plaisir offert. Teamaster nous ouvre la voie, pour nous occidentaux, vers ces Cha Xi, vous retrouverez d'ailleurs l'index de ses propositions superbement expliquées là. Nikosan nous l'explique aussi, le Cha Xi est un choix minutieux des accessoires et un tableau que va former le thé, l'infusion, les accessoires et tout le cadre pour nous mettre dans l'atmosphère.
Très très loin. D'une part parce que je ne peux pas me permettre de choisir mes accessoires, je n'en ai pas tant que cela... ils sont usuels et conviennent à la dégustation amatrice que je fais des petits crus de thés et des plus grands qui trouvent ma route. Les plus grands, d'ailleurs, sont souvent dégustés dans ces "maisons de thé" (boutiques ou salons pour grands amateurs). D'autre part, par mon inculture sur le thé, son origine et même son histoire (si ce n'est ce qu'il y a sur le paquet et sur internet). Bon, ce n'est pas tout à fait vrai, certains "sommeliers" du thé offrent de superbes approches des plantations et exploitants avec lesquels ils travaillent. Ainsi Tamayura, Terre de Chine mais aussi Chajin m'ont offert ce privilège des connaisseurs mais en privé: ici, et . Mais je n'ai pas la chance de m'offrir le thé venant de Teamaster chez qui tous les thés choisis reprennent une âme géographique et humaine, du Sommelier en thé japonais, de la Maison de thé Camellia Sinensis pour qui les "reportages" valent le détour...
Alors ce sont de petits plus, des objets, des traces végétales... de quoi faire apparaître l'humeur du moment ou la saison. D'un certain côté, je trouve que cela s'apparente presque plus à une table de la nature ou des saisons selon la pédagogie Steiner, qui reprend des graines, des feuilles, des tissus, des pierres mais aussi des animaux ou des personnages représentatifs d'une saison. A cela près, qu'il s'agit de ma table et non celle d'un enfant en phase de sensibilisation à la nature, au rythme saisonnier et qu'elle est très éphémère (la durée de 3 à 8 infusions de thé et leur dégustation) et ne reste pas au même endroit... la sensibilisation à la nature est tout de même là... un peu.

3 commentaires:

Francine a dit…

Encore un superbe billet, chère Vanessa, tout en nuance, en sensibilité! Et avec quel thé! Avec ce souci constant de faire des liens pour approfondir ton propos! J'espère un jour pouvoir en faire autant avec les documents que tu as eu la gende gentillesse de me faire parvenir! J'espère que dans ta grande générosité tu n'as pas trop présumé de mes capacités...

Loula a dit…

Tu m'intrigues avec ton Tung Ting Shan, d'où viens-t-il?
Il faudrait qu'on reparle de cette sortie thé maintenant que je suis en congé parental...

Vanessa a dit…

Francine: non, non, je suis sûr que cela marchera à merveilles... et puis question liens, il me faut bien offrir quelque chose au vu de mon inexpertise ;))

Loula: de Thés de Chine (6ème arrondissement Paris) et félicitations pour la petite fripouille arrivée entre temps. Oui une sortie thé !