mardi 29 septembre 2009

Subtilité du trait pour malaise enfantin... pas si enfantin d'ailleurs

Il y a comme ça des univers d’auteurs qui vous troublent, qui vous touchent et dont vous savez, à l’avance, que la lecture va en être délicieuse. Il en est de même pour les livres jeunesse. Kitty CROWTHER trône dans mon palmarès bien-sûr mais elle n’est pas seule. Claude K.DUBOIS est une auteur/illustratrice que je suis avec immensément de plaisir. Ses associations avec d’autres auteurs sont toujours de très forte qualité, avec Carl NORAC, RASCAL entre autres.

J’ai un faible pour les deux livres suivants, où cette auteur est seule à la barre. « Le nuage » et « Pas belle » donc de Claude K.DUBOIS.




« Le nuage » est l’histoire de cet enfant sur qui un nuage de tristesse s’abat tous les jours. Le garçon se fâche, est triste et reste seul. Seule avec ce malaise, ce mal-être. Seul et sans amis, parce que c’est dur de l’oublier ce nuage, parce que cela fait peur aux autres. A tous les autres… peut-être pas.

C’est une histoire très courte, le graphisme en est le langage, accompagné de très peu de texte. Alors si la magie des dessins de K.DUBOIS opère aussi sur vous, vous y verrez de la finesse, de la sensibilité.



« Pas belle » est un vrai coup de cœur ! Beaucoup plus dense, plus écrit, plus complet, plus délicat aussi que « Le nuage ». Stéphanie ne se sait pas belle. Oui, elle y a réfléchit, elle n’est pas aussi jolie que sa copine de classe, pas du tout comme les femmes/filles des magazines. Bien sûr son père dit que si mais c’est un papa, il l’aime et n’est pas objectif. Et les qualités de cœur ? Oui importantes, mais est-ce suffisant ?

Ce petit livre retrace la réflexion de Stéphanie. Le vague à l’âme est constant avec les prises de conscience d’une société tournée vers une norme de beauté, avec les facilités, l’attention que toute personne jolie provoque. Cette déconsidération de soi, de son image par rapports aux canons de la société, de la télévision que peut avoir toute petite fille à la puberté et juste après. Est-ce que ce serait mieux d’échanger ses qualités contre la beauté, plus « visible ». Est-ce que les parents préfèreraient une petite fille jolie ? Est-ce que les amis, la maîtresse et les garçons la prendraient alors en affection ?


Il faut toute la patience d’un père, toute la finesse des propos et quelques petites mises sur la voie pour que Stéphanie retrouve le sourire : un coucher de soleil, une vieille poupée… enfin pour se sentir bien avec soi et le regard des autres. Le graphisme est tout en subtilité, noir et blanc pour les flash back, sépia pour la vie.

L’autre, son apparence comme « un pays à découvrir », pas une plage ouverte aux touristes, un endroit rien qu’à soi où l’on aime revenir. Partout les mots sont justes, pertinents, poétiques. Ce petit livre dégage une philosophie qui me touche énormément, je le recommande à toutes les petites filles, en particulier, aux femmes aussi pour réapprivoiser leurs reflets, aux petits garçons qui vont être aussi pris dans le jeu des images de société et aux hommes, futurs papas ou simples amateurs de femmes pour se conforter, aussi, à leurs dire des mots doux.

Et Lily, j'attend ton billet ;)

4 commentaires:

lily a dit…

Merci pour cette très belle découverte et ce très joli billet,!!
Il devrait arriver chez moi dans quelques jours :)
Quant à "Mitsu" il a beaucoup plu aux garçons ! (j'en parle bientôt)

Anonyme a dit…

Mais tu as toute la bibliothèque pour enfant! En cherchant un petit quelque chose pour ton petit loup, j'avais passé en revue tous ces bouquins. Ouf, j'ai trouvé autre chose...
Astrid

Beatrix a dit…

Que de beaux livres..alors on va se retrouver sur le projet 7...je suis contente que tu te sois inscrite..yess!!

Vanessa a dit…

Lily: avec plaisir

Astrid: ha ouf... et dire que la bibliothèque grandit encore... ;))

Béatrix: oui ensemble autour du projet 7, merci de m'avoir incitée à le faire ;)