vendredi 25 septembre 2009

Des fèces, encore: comment, où et après

Mais bien sûr ! Le petit loup ne déroge pas à la règle : les excréments sont du plus grand intérêt pour lui. Oui, nous avions commencé il y a bien 6 mois. L’approche du corps humain et le passage de la pomme avait fait son effet : « compote, passe dans la bouche, le ventre, le pissou et les fesses ! » Oui c’est ça mon amour. Au fur et à mesure, le système digestif était encore plus explicite mais l’intérêt était encore grandissant.

Qu’à cela ne tienne ! Le pop up « De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête » de Werner HOLZWARTH et Wolf ERLBRUCH est arrivé jusqu’à nous.


Katell m’avait inspirée. La petite taupe fait le tour de ses voisins animaux pour savoir à qui appartient la grosse crotte qu’elle a sur la tête… la chèvre, la vache, le lièvre, le pigeon etc…
Les déjections se suivent et ne se ressemblent pas : couleurs, textures, tailles et même nom.

Crotte de chèvre, de lièvre
Crottin de chevaux ou d’éléphants
Bouse de bovins
Fiente d’oiseaux
Chiure d’insectes
Laissée de porcins
Fumée d’antilopes
Guano des oiseaux marins et chauve-souris
« Les Touaregs distinguent différents types d'excréments animaux en fonction de leur consistance et de leur forme: taferkit, la bouse de vache, agharrag (plur. irgharragen) la crotte moulée du chameau ou de la chèvre, idifi la fiente, excrément liquide (notamment des moutons et brebis), amezzur, le crottin d'âne ou de cheval. » (source de l’extrait)

Soit des traces et indices (lire ici aussi les détails de l’éditeur)

Mais c’est vrai que pour l’instant le mot caca revient très souvent et les languettes à tirer font la plus grande joie du loupiot, en attendant de trouver intéressante l’idée de repérer les animaux sauvages à la trace, les excréments étant des indices forts concluants. Et ne parlons pas de l’utilisation des déjections… le lombricomposteur sera peut-être le premier mais peut-être aussi le dernier.

Et puis parce que le caca humain est aussi des plus intéressants, « Le grand voyage de monsieur caca » et « Le nouveau voyage de monsieur caca » de Angèle DELAUNOIS et Marie LAFRANCE sont arrivés.


Le premier repend le parcours interne d’une pomme vers la fabrication du caca. Je trouve ce petit livre explicite et très bien fait. Toutes les étapes sont là : la salive et le travail des dents, les enzymes et acides dans l’estomac, le supermarché dans l’intestin grêle pour les globules rouges et l’amalgame ainsi formé : œsophage, estomac, foie, intestin grêle, colon et rectum sont présents. Et plouf !


Le second part de la brasse coulée dans les toilettes, va dans les égouts, dans l’usine de traitement des déchets et vers sa nouvelle vie… de compost. Katell en parle très bien . Les différentes étapes pour assainir les eaux usées sont présentées, avec différents bacs de dépôts. Elles sont claires et aident à mieux saisir le processus. Et ce qui est encore plus amusant et instructif c’est l’utilisation finale : monsieur caca encore présent sans être vu, le cycle de la matière nutritive.
Et si nous étions Touaregs avec les taferkit, idifi et autres, de nombreuses possibilités s’offriraient à nous : les quelques exemples que vous trouverez sur ce lien « montrent les multiples usages que font les pasteurs touaregs des excréments de leurs animaux, que l'ont peut considérer comme un des sous-produits utile de leur élevage. »

3 commentaires:

lily a dit…

Très très chouette billet, Vanessa !
Cette petite taupe décidément me tente beaucoup dans sa version animée, et le prolongement que tu apportes à cette lecture (traces et indices) me semble très pertinent (j'en connais deux que ça devrait bigrement intéresser :)

arlette a dit…

Les gamins adorent la petite taupe , c'est un des livres le plus emprunté à l'école .

Gros bisous

Vanessa a dit…

Lily: hi, hi, merci infiniment de me donner encore envie.

Arlette: cela ne m'étonne pas... et puis avec un sujet très réclamé, non?!