vendredi 30 juillet 2010

Insectes et philosophie de vie

Après l'identification des insectes, nous avons pu aussi les mettre en catégorie et en lien:
- la chaîne alimentaire par exemple avec des coccinelles ou des chrysopes que nous amenons sur les tiges d'onagre pleines de pucerons.
- leur intérêt pour le jardin grand-maternel

Les insectes auxiliaires du jardin sont alors mis en avant. "Ces petits animaux qui aident le jardinier, guide du jardinier amateur" est une vraie merveille pour la pédagogie.
Les nécrophages (décomposition matières organiques) que nous avons laissé de côté, ou saprophages (décomposition des matières végétales) visibles qu'il a pu voir dans le compost ou sous les feuilles comme le verre de terre ou le cloporte.
Les prédateurs: la chrysope, la coccinelle ou le syrphe (tous plus voraces à l'état larvaire) pour les pucerons, les araignées aux toiles géométriques et verticales pour les insectes volants
Les parasitoïdes des ravageurs, sortes de guêpes minuscules que nous avons vues ici et là.
Les pollinisateurs très présents dans le jardin: volucelles, bourdons, abeilles.
Alors la boite à insectes sert tous les jours, continuellement, entre les insectes vivants et ceux morts retrouvés à terre après leur montée vers le ciel comme Icare (véranda pointue à la toile jaune d'or et à la température fatale).
Mais voila, le lutin démontre une envie de pouvoir démoniaque...
Se sont sûrement les effets d'une période de vie (d'éducation) très difficile où je crie beaucoup et où je n'arrive que très, très, rarement à des compromis de vie sans heurts et avec satisfaction des deux parties! Il capture, kidnappe quelques fois jusqu'à ce que mort s'ensuive sans le vouloir, stresse une pauvre chenille de machaon,(au point qu'elle a fait une multitude d'excréments quand elle devrait manger le double de son poids en préparation du cocon) et libère à contrecœur. En fait du papillon du céleri, regardez donc les métamorphoses d'une autre chez Claudia. Mais il passe aussi au stade au-dessus: à décortiquer les insectes vivants.

Panique!
C'est vrai que certains insectes passent un dernier mauvais quart de seconde avec moi : les pyrales, mythes, moustiques (euh oui oui sans distinction de sexe pauvres mâles!), anthrènes, blatte... et tiques et puces quand j'avais des animaux de compagnie... voir ici pour l'identification des nuisibles et des conseils pour les éliminer.
Mais laissez le petit d'homme jouer au démiurge me renverse le cœur tous les jours. Nous encourageons ses observations mais ses dissections non! Alors des cris, des ordres, des culpabilisations... enfin rien de bon pour l'instant, juste de quoi le pousser dans son comportement qui veut dire sûrement autre chose.

Alors que dire, que montrer par le geste, par la vie, pour qu'il acquière ses mêmes valeurs.
Un discours sur la violence, sur cet échec de la communication mais aussi de l'interaction aux autres: lui dire que même ces minuscules bestioles doivent être respectées pour ce qu'elles sont. Que tuer un animal ou un insecte ne se conçoit que pour manger, même si certains entomologistes les ont collectionnés pour la science. (et puis il n'est pas prêt d'aller en Thaïlande pour l'instant donc pas de grillade d'insectes).
Respecter la nature. J'ai envie de lui dire que les insectes font partie d'un tout, qu'ils sont essentiels. Par la découverte, la mise en connaissance des insectes, de leur utilité pour l'homme, de leur régime alimentaire, de leur utilité pour l'environnement, j'espère arriver à une autre considération. Les livres lus et présentés ici et vont m'aider.
J'aurais aimé lui parler, aussi, de la réincarnation bouddhiste, lui dire que pour certains croyants il se pourrait que nous passions un moment de vie sous cette forme. De cette spiritualité d'un cycle fait du plus grand au plus petit, du plus nuisible au meilleur.
... mais mes mots sont hasardeux, trop rapides aussi sur le moment et quand sortis du contexte presque inexistants.

3 commentaires:

Aude a dit…

Voici un Award pour ton blog que je lis avec toujours beaucoup de plaisir ! ;-)
http://aladouce.blogspot.com/2010/07/awards.html

Féepoussière a dit…

Outch...encore un sujet pointilleux non??? que veux tu faire d'autre que répéter, répéter, répéter encore...pas toujours simple de leur faire entendre raison... je n'ai pas ce problème avec Elisa, si ça arrive c'est vraiment pas fait exprès... c'est toujours le contraire: si on marche sur une fourmis elle pleure...! et là je ne peux pas lui dire que "ce n'est qu'une fourmis" pour la consoler, ça serait justement un peu mal venu après mes grands mots sur les insectes depuis qu'elle est petite :D
Les seuls qu'elle voudrait bien étrangler quand même, ce sont les moustiques!!!!

Vanessa a dit…

Aude: bienvenue entre mes billets! et merci infiniment de prendre plaisir à venir ici...

Féepoussière: et pire: cela ne l'empêche pas de pleurer quand on écrase par mégarde d'autres... mais c'est fluctuant, trois jours plein de sacrifices ritualisés et maintenant libération après observation... c'est peut-être le début d'un amélioration.