dimanche 17 juin 2007

En mon nom et en celui de Yaël

A toi qui est devenu père lorsque je suis devenue mère.

Je ne suis pas pour les fêtes, autant les saints et celles des parents, grands-parents. Peut-être parce que même à un anniversaire je n’étais pas sûr qu’il y aurait une attention pour moi. Et oui, du côté maternel ces éléments-là n’étaient pas mis en avant. Je ne pense pas que c’était par manque d’amour. Je pense plutôt qu’il y a dans ces gestes, ces attitudes, la pérennité d’une éducation d’un autre temps, une incapacité à dire son amour. Ma maman a dû être et désillusionnée et anéantie par cet état de mère célibataire. Mon père étant décédé avant mes 2 ans, je crois qu’elle a vécu la situation comme insurmontable. Mais le sujet de ce billet n’est pas elle.
Après, je n’aime pas le jour où il est de bon ton de se rappeler quelqu’un, de fêter sa présence. Je préfère les non-anniversaires aux anniversaires…sûrement plus gâtée par la vie quand je m’y attends le moins et désireuse de communiquer par les mots, les gestes…encore les mots… mon affection pour autrui. Je me délie de cette toile d’araignée non-communiquante en cherchant et essayant, testant, approuvant, tous les modes de communication mis à ma portée.

Mais bon, c’est la première fête des pères de mon homme. La première fêtes des pères que je vais fêter. Alors cela mérite bien un billet.


*source photo: ici

Tu es venu vers moi avec dans la voix, le cœur, les gestes, une envie folle d’être papa. Oui, tu avais passé l’âge d’être célibataire, de papillonner, tu voulais, plus qu’être en couple, fonder une famille. Tu recherchais la mère de tes enfants et c’est pour cela que mon amitié t’a été donnée si rapidement : une franchise d’être et ma position claire : « Je ne veux pas être maman ». Je pensais avoir mis une barrière à toute relation de séduction, je t’ai donc laissé être là, en entier, sans arrière pensée, dans ma vie….avant que je sois prise au piège de ton amour et du mien pour toi, naissant et grandissant tranquillement mais indéniablement. Papa, je pense que dès ton plus jeune âge tu as du considérer ce mot comme le rôle le plus important à jouer. Pour s’en persuader, il n’y a qu’à te regarder avec ton fils.

Je voulais rendre hommage, à travers toi, à cette filiation, ce sentiment important d’être présent pour quelqu’un, à vie. Du choix d’être papa…

De père en fils à l’infini comme ces poupées russes gigognes, matriochka, ou plutôt ici dedouchka. : d’arrière-grand-père, en grand-père, en père, en fils et en petit-fils…



*source photo : très belle collection de matriochkas et pour plus de détails sur les pirates cliquez ici

12 commentaires:

BelleSahi a dit…

Noël, mon anniversaire, chez moi ce n'était pas terrible non plus. Mais avec mes enfants et mon mari, nous fêtons les anniversaires et les fêtes, aujourd'hui le papa. Parce que même si nous sommes attentionnés les uns pour les autres toute l'année, ce jour là est un jour spécial pour une personne spéciale. Et je trouve ça très chouette ! Bon dimanche à vous 3 !

Lamousmé a dit…

c'est toujours sympas de se faire des cadeaux alors quand il y a une bonne excuse ;o) Mr Bouch' à offert le dvd de Rabbi Jacob à son papa :o)))

caroline_8 a dit…

C'est pas ta fête à toi, mais c'est tout comme: va voir sur mon blog, je t'ai tagué!

beatrix a dit…

C'est très beau ce que tu as écrit Vanessa et tellement plein de sensibilité ..A travers tes mots je repenssais à la toute première fête ..il y a 18 ans maintenant..c'est important de commencer..ça continue ensuite..

Vanessa a dit…

Bellesahi: merci, nous avons passé un très bon dimanche à fêter le nouveau papa....

Lamousmé: oui c'est vrai... Rabbi Jacob déjà eu (en coffret luxe, SVP) mais le petit "lui a offert" un livre de cuisine spécial papa aux fourneaux...

Caroline: un exercice de style, OK je prends.

Beatrix: oui nous avons bien commencé, moi tout d'abord et lui ensuite...plein d'émotions.

fashion victim a dit…

C'est un très bel hommage que tu rends là à ton homme, à ce père! Je suis très touchée par tes mots et par ce qui se dessine en filigrane de ta propre enfance... Moi j'ai eu une enfance tellement pépère et heureuse que ton post me met les larmes aux yeux...

Lily a dit…

Bonjour Vanessa
Je suis un peu comme toi pour les anniversaires, je ne les aime pas trop et surtout pas les miens (depuis mon adolescence en fait...); En revanche les bougies des enfants on les souffle avec joie et stupéfaction (déjà une de plus !)...
Ton billet est très beau, sensible et émouvant. J'ose à peine y laisser mon petit grain de sel...

Holly Golightly a dit…

"Peut-être parce que même à un anniversaire je n’étais pas sûr qu’il y aurait une attention pour moi."

Cela me rappelle quelqu'un !
Quel beau billet, Vanessa... Je suis retournée.

BelleSahi a dit…

Un ptit coucou en passant !

Katell Bouali a dit…

Je suis toujours très émue quand je lis tes billets d'amour envers ton comapgnon et ton fils. Il est rare que les hommes se voient dès le plus jeune âge pères. Mon mari me dit qu'il n'est facile pour un homme d'être père car il perd alors sa place de privilégié. Place qu'ils ont toujours lorsque la mère sait rester amante. Ton homme est un papa formidable qui ne pourra que passer somptueusement le flambeau à votre petit bout d'homme.

Vanessa a dit…

fashion victim: j'ai eu de très bons moments tout de même... et je suis là toute guillerette!! Merci de ton commentaire.

Lily: si si j'aime les grains de sel, pose-les où tu veux. Je pense en effet que pour notre petit loup nous allons prendre énormément de plaisir aux bougies et autres "stupéfactions".

Holly golightly: je suis ravie de te retouver entre mes billets, fais comme chez toi, installe-toi, berce-toi de mes mots, de mes affects qui semblent être en écho aux tiens, repose-toi et reprend ton envol.

Bellesahi: que c'est gentil, il est bien dommage que des problèmes informatiques ne m'aient pas permis d'en profiter à propos.

Katell: oui je comprend que cela soit difficile pour eux. Et j'avoue que dans les débuts de vie de notre merveille il a été dur de se consacrer du temps. Pas dans le sens où l'on oubliait d'être homme/femme mais par fatigue intense... Mais je crois qu'il gagne énormément en devenant papa: un amour multiplié (et non divisé) et une relation à entretenir, épanouir au quotidien: des regards intenses destinés juste à lui... une forme de responsabilité saine. De toutes façons, mon homme a l'air comblé.

BelleSahi a dit…

Bises Vanessa ! Bonne journée !