vendredi 23 mai 2008

Les pensées des enfants dérangent

Quand notre petit crapouillot nous a fait parent, j’ai dû assumer mon rôle de référent. L’éducation, poser des limites, respecter, ouvrir le champ des possibles, soutenir comme un tuteur à une plante, voilà ce qui nous attend (entre autre). J’ai toujours trouvé que les livres pour enfants apportent un plus. Loin de n’être qu’un divertissement, ils ont des atouts formidables. Ils aident tout d’abord à s’approprier la langue maternelle (ou les langues), par ce jeu du langage, des jeux de mots, les images adaptées ou justement décalées, l’enfant se confronte avec ses modes de communication. Du babillage à un vocabulaire plus fourni mais aussi des gestuelles. Ils permettent de recentrer les parents sur le temps à consacrer aux enfants : lecture à voix haute et lecture interactive. Et puis ils sont là pour ouvrir le champ des émotions, le questionnement et les valeurs.

Je fouine, cherche, fouille, tout ce qui peut être lecture jeunesse essentielle. Les livres qui parlent d’un thème fort, sensible, un peu atypique ou carrément tabou. Ces livres qui permettront de communiquer sur des valeurs mais plus encore qui commenceront le chemin pour se forger (eux même) un esprit critique, un questionnement adapté à leur âge. Ma famille trouve que les livres dans la bibliothèque du petit loup ne sont pas de son âge, ou pire, proposent des thèmes dont il ne faut pas parler. Je dois lui concéder que certains thèmes, durs, viendront petit à petit mais je n’ai pas envie de mettre de censure sur un sujet, à partir du moment où son traitement est intelligent et non cloisonnant.
Alors j’ai acheté « La visite de la petite mort » de Kitty CROWTHER dont je parle , Lily m’avait harponnée et Sylvie continuait ici via un autre beau livre, « Le canard, la mort et la tulipe » de Wolf ERLBRUCH, . Et puis « L’enfant silence » de Cécile ROUMIGUIERE et Benjamin LACOMBE dont Lily parlait si bien .
En attendant je voulais vous parler d’un autre coup de cœur « Gisèle de verre » de Béatrice ALEMAGNA.


Très beau livre-objet, illustré de découpages, coloriages, dessins ou calques, permettant à chaque fois une illustration simple et une plus métaphorique. Nous y découvrons une enfant née de verre, attrait de toute la population car nous pouvons lire en elle littéralement.



Toutes ses pensées sont offertes à son entourage. Seulement après l’attrait, elle est expulsée parce que ces idées et réflexions ne sont plus aussi douces qu’avant et va partir par le monde chercher accueil.
Cette histoire se relit avec plaisir et soulève de bien nombreuses questions. Le refus d’être confronté aux désarrois des humains, même nos proches. « Celui qui écoute la vérité n’est pas inférieur à celui qui la dit » de Kahlil GIBRAN en est le fil conducteur. Plus insinueux, le refus de considérer les enfants comme des personnes confrontées elles-aussi à des prises de conscience fulgurantes mais aussi en dehors de cette étape du développement normal, refus de croire qu’un enfant ne vit pas dans une bulle ouatée, pleine de rêves, d’insouciance. J’y vois aussi cette malsaine attirance des foules pour les êtres hors norme, une foire à monstres. De normes physiques nous en sommes aux normes de non-handicap ou psychologiques (sans compter les raciales toujours à la dent dure !). L’autre fait peur et le regarder en face, le respecter n’est pas encore évident !

5 commentaires:

Siréneau a dit…

Bonjour Vanessa, oui, sacrée idée une créature de verre, transparente ou du moins lisible, pourtant rien de ce qu'elle pense ne doit être étranger à ceux qui lisent en elle, différence entre le penser et l'écrire, puisque c'est écrit, malgré elle donc c'est déjà passé à l'acte, oh là là, ça me fait penser à l'Idiot de Dostoeïvski, les être de verre, de ver-ité dérangent. Tu en auras des choses à raconter au petit bout de chou :)

les chéchés a dit…

très belles illustrations... c'est un album que je ne connaissais pas... merci pour la découverte...

Virginie Gervais-Marchal alias niniegm a dit…

Je te suis, je fais pareil, je pense que certains livres jeunesse permettent l'approche des sujets dits sensibles, sans le choc des images (et là c'est une anti-télé qui parle)et le poids des mots destinés aux adultes...

lily a dit…

Hello Vanessa !
Les livres jeunesse sont en effet selon moi un excellent moyen de discuter avec ses enfants de thèmes difficiles, la mort, la violence, la guerre, le racisme...
Je pense qu'à partir d'un certain âge on peut leur parler de tout ou presque et même il le FAUT, parce qu'ils ne nous ont pas attendu pour y penser, et en même parfois en cauchemarder.
Les livres permettent de prendre du recul, de discuter, bref de ne pas garder, enfant, le poids trop lourd de questions sans réponses...
Bref, Vanessa, je suis mille fois d'accord avec toi et je vais "cliquer" sur Gisèle de Verre :))
A bientôt !

Vanessa a dit…

Siréneau: écrit et pensée, verité, mais oui il y a tellement de chose à développer

Les chéchés: de rien

VGM: oui une adaptation bien particulière.

Lily: oui c'est vrai, il le faut parce que les questions existent déjà...