mercredi 4 juillet 2007

Une mikka-bozu: oui trop souvent

S’il fallait répondre à la question : pourquoi avoir choisi le titre de mon blog Je Suis Comme Je Suis ? Je répondrais que je ne rentre pas dans le moule attendu et la réponse pourrait être très longue. Mais aussi que je suis trop souvent une mikka-bozu :



*source image Hokusai, , Boy Viewing Mt. Fuji, 1830s

« Au Japon, on appelle mikka-bozu (celui qui quitte au troisième jour) celui qui ne peut pas poursuivre une chose plus de trois jours après avoir décidé de commencer. Cela vient de la sagesse traditionnelle, qui dit l’on continue à exercer une chose qu’on a décidé de faire souvent en fonction de ce que l’on peut faire au-delà du troisième jour. D’une manière ou d’une autre, il y a toujours une baisse soudaine de la motivation vers le quatrième jour, quelle que soit la chose décidée. Cette perte de motivation est particulièrement déstructurée lorsqu’on choisit quelque chose sur des motifs superficiels telle que la curiosité simple, ou ne pas vouloir être à part, ou juste sur les conseils d’un tiers, sans comprendre vraiment pourquoi c’est bon et vraiment nécessaire.
L’esprit humain fonctionne d’une manière telle qu’il y a toujours une dichotomie inhérente comme celle de M. Hyde et du Dr Jekyll. C’est pourquoi, derrière la décision d’entreprendre une chose, se cache toujours l’envie de laisser tomber. Au-delà de toutes les raisons qui engagent à commencer quelque chose de nouveau, il y a des excuses pour rationnaliser l’abandon. Lorsqu’une personne est sur le point d’entamer quelque chose, on ne voit que le côté brillant, mais personne n’imagine qu’il y a également un côté négatif resté caché au fond de soi. Cet aspect négatif n’apparait que lorsque l’intérêt commence à décroître. Cela ne signifie pas que tout le monde a un caractère faible manquant de volonté et de persévérance. C’est simplement que l’esprit humain possède une nature à deux facettes qui agit comme un mécanisme de sécurité. Si l’on pouvait s’en tenir à toutes les décisions prises, il y aurait danger à persister même après avoir réalisé que c’est une erreur, et on serait incapable de reconsidérer le bien-fondé de la décision. » (extrait de « Zen, exercices visualisés » de Shizuto MASUNAGA).

13 commentaires:

caroline_8 a dit…

Oh, tu sais, nous sommes tous comme nous sommes; c'est à dire pas parfait!
Toi, c'est l'inconstance... peut être. Tu n'en donnes pas du tout l'impression. Mais c'est vrai que sans l'intéret (pas pécunier)on pourrait dire: à quoi bon! Alors on est tous des mikka-bozu...

BelleSahi a dit…

Alors je suis aussi une mikka-bozu ! Quoique ! ça dépend pour quoi quand même !!!

Marraine a dit…

c'ts pour ça que j'essaie de tout faire très vite! ;-)... Sauf qu'il y a des trucs qui traînent, comme aujourd'hui, -ça fait plus de quatre jours...

Vanessa a dit…

Caroline: oui c'est ça, j'ai en moi une certaine inconstance... mais je reviens souvent vers les mêmes intérêts (pour aller plus loin...)

Bellesahi: oui certaines choses nous font asssez de bien par pratique que nous persévérons.

Marraine: je n'arrive pas à faire vite!! Bouhou..mais je reviendrais, niarg!

cathulu a dit…

C'est très intéressant tout ça...je vais y réfléchir plus avant quand j'aurai récupéré mes neurones :)

Vanessa a dit…

Cathulu: la suite est du même accabit, pour commencer et perdurer il faut que cela nous fasse du bien! C'est bien ça le principal.

Katell Bouali a dit…

heureusement que nous ne sommes pas parfaits ;-) Je trouve très joli le fait d'être mikka-bozu! Et cela te va très bien!

Vanessa a dit…

Katell: vu sous cet angle, le compliment me va droit au coeur.

Nolwenn a dit…

Ooooh mon Dieu (façon de parler purement rhétorique), tu as mis un mot, une appellation sur... MOI ! ;)

Moi qui me répète "ma pauvre, tu souffres sans doute d'un sérieux problème de concentration couplé avec une volonté très faible"... j'avais tort, ouf !

Merci Vanessa, Merci !

Anonyme a dit…

C'est en effet une belle problématique illustrée par une magnifique estampe japonaise. Estampe qui suggère à la fois le mystère et la simplicité de notre condition. Estampe qui mériterait un titre et une date pour considérer à sa juste valeur le travail de Hosukai. Merci

Vanessa a dit…

Nolwenn: bienvenue au club!

Anonyme: en effet, il me faudrait prendre ce pli.... Hokusai, Boy Viewing Mt. Fuji, 1830s (?)

Nick Cy a dit…

Très enchanté de connaître votre blog.
A mon avis vous êtes plutôt curieuse à tout et avez beaucoup de pensée dans la tête. Probablement avec une sorte d'impatience pour entrer dans une nouvelle expérience.C'est une qualité artistique, celà veut dire que vous n'êtes pas un technicien qui n'est qu'un spécialiste d'une chose (que notre société actuelle veut former. Faire plusieur choses, de là obtenir une vision du monde synthétique. C'est une sagesse en disparition. Dommage...

Vanessa a dit…

Nick Cy: merci de cette lecture. Je m'y retrouve, avec cette impatience et ce passage dans une autre étape de vie. Espérons qu'elle ne dure pas trop, sinon je risquerais de rester purement intellectualisante et sans action.