lundi 2 juillet 2007

Jaune de momie au corps défendant des Egyptiens

Avez-vous suivi cette incroyable découverte : une momie non identifiée retrouve son histoire, et quelle histoire. Hatshepsout est la cinquième reine-pharaon de la XVIIIème dynastie de l’Egypte Antique.


En plus de cette belle statue, nous avons retrouvé une image, une forme : une femme en fin de vie devenue obèse, atteinte de diabète et avec une dentition fragile.

J’ai toujours été fascinée par les rites de l’Egypte ancienne et le processus de momification a contribué à quelques petits cauchemars enfantins : être momifiée vivante…cauchemar qui a perduré et a pris une autre tournure : donner mes organes avant d’être morte… La thanatopraxie (dont une version est l’embaumement) est une pratique qui m’intrigue autant pour les humains que pour les animaux aux musées d’histoire naturelle.

Mais plus particulièrement concernant les momies égyptiennes, je ne peux pas m’empêcher de penser au manque de connaissance sur leur conservation, au manque d’éthique de certains archéologues ou encore pire au pillage de tombes que ces derniers siècles ont connus. Sommes-nous sûr de ne pas avoir détruit des trésors archéologiques ? La perte est immense…il se pourrait même que certains grands personnages égyptiens soient sur des tableaux de la Renaissance. En effet, le pigment jaune de momie ou brun momie ou encore brun égyptien vient de là.




*source photo du brun de momie prise du site d’un professeur de physique/chimie de Nantes, n’hésitez pas à aller la voir en grand (avec son histoire) et des ingrédients d'un embaumement (qui se retrouvent dans le pigment) ici

« Le jaune de la momie est une couleur sacrilège puisqu’il est obtenu en broyant les chairs desséchées des corps embaumés et les bandelettes de lin imprégnées de résine, de poix ou de bitume retrouvées dans les nécropoles égyptiennes.
Ce pigment très particulier n’est pas une découverte des peintres. Cette sinistre mixture, qui apparait au cours de l’Antiquité, est utilisée comme remède. Les apothicaires d’Europe l’importent et la prescrivent à partir du XIIème siècle. Mais, à la Renaissance, le jaune de la momie est récupéré par les artistes, qui apprécient ses teintes jaunes ombrées. On l’emploiera dans la peinture jusqu’au XIXième siècle. » (extrait de « Couleurs, pigments et teintures dans les mains des peuples » de Anne VARICHON).



Ce livre, bible, véritable source d'inspiration de tous mes billets de la catégorie "L'homme coloré", propose une histoire, une ethnologie, une technique, des usages, aux pigments.

8 commentaires:

BelleSahi a dit…

J'apprends toujours plein de choses avec toi ! Merci !

Vanessa a dit…

Bellesahi: de rien, j'adore faire des billets de ce style!

Marraine a dit…

J'avais entendu parler de l'origine malsaine de certaines couleurs, en revanche la reine Hatshepsout... elle a été découverte récemment? Je connais bien son nom, c'est fou qu'on ait juste découvert sa momie ou qu'elle n'aiet pas été détruite ou vandalisée...

fashion victim a dit…

Cette histoire de jaune est horrible... J'apprends plein de choses en venant te lire, j'adore!

Vanessa a dit…

Marraine: la momie a été découverte à même le sol en 1903 avec une autre dans un sarcophage attribuée à la nourrice d'Hatshepsout. Il n'avait pas réussi à identifier la première, qui est restée dans la tombe ou les caves du musée du Caire. Un molaire a été retrouvée dans un vase funéraire frappé du cartouche de la reine Hatshepsout et en cherchant la momie correspondante, les experts ont fait le lien, en juin 2007.

fashion victim: oui certaines histoires sont bien glauques... Je suis ravie que cette catégorie te plaise!

Marraine a dit…

excellent....

Lysalys a dit…

Oh la, je ne peinturlurerai plus jamais de la même façon !
Très intéressant en tout cas.
Tu vois, je me décide à parcourir plus longuement ton blog et j'apprécie beaucoup de te découvrir un peu plus.

Vanessa a dit…

Lysalys: tout le plaisir est pour moi...si tu aimes les couleurs la catégorie "L'homme coloré" te plaira!