jeudi 16 août 2007

Makko-ho "F", exercice *6/6*

« Le problème quand on apprend des mouvements comme ceux du Yoga, c’est que tout le monde essaie de se conformer à leur forme extérieure qui est donnée en exemple. Nombreux sont ceux qui essaient des mouvements qui excèdent leurs capacités et qui se font mal. La forme extérieure n’est pas aussi efficace pour transmettre l’essence d’un mouvement que ne l’est sa forme globale. On apprend les formalités de la cérémonie du thé en en observant la forme. La façon de préparer et de servir le thé doit être maîtrisé sous la forme d’une séquence continue et bien enchaînée. C’est la même chose quand on apprend le shiatsu. Quand on apprend à travailler avec les méridiens en shiatsu, on ne doit pas respecter la forme extérieure. Ce qui est requis, c’est la maîtrise d’une certaine forme. Quand j’enseigne le shiatsu, je dis : « Ne considérez pas l’apparence extérieure de mes techniques. Observez-en la forme globale. » C’est exactement ainsi que l’on doit apprendre les exercices d’imagerie. Vous ne devez pas vous préoccuper de l’apparence extérieure de ces mouvements. Observez le processus qui est le mouvement continu qui modèle la forme globale. Vous devriez détecter le flux du Ki dans ce processus. Le flux est ce qu’il y a de plus important. La recherche du flux du Ki nous conduit à prendre conscience des méridiens. » (Extrait de « Zen, exercices visualisés, travail des méridiens pour le bien-être » de Shizuto MASUNAGA).

Voici le dernier exercice de base, en sachant que MASUNAGA propose, pour encore plus d’harmonisation du corps et de l’esprit, de multiplier les exercices sur les méridiens les plus déséquilibrés, en gardant le minimum par jour des 6 exercices que je vous ai montré. Le Makko-ho visualisé « F » met en évidence les méridiens du foie et de la vésicule biliaire.

Les méridiens du foie et de la vésicule biliaire jouent un rôle important dans le métabolisme et sur un plan psychique. Ils sont impliqués dans toutes les formes d’action et de prise de décision. Un blocage énergétique au niveau de ces méridiens sera à l’origine de troubles digestifs, de maux de tête, de tensions musculaires, de troubles psychiques et de syndromes dépressifs.
Rappel : les explications sur les méridiens me viennent du livre « Shiatsu pratique » de Denis LAMBOLEY.


Rappels :
- ne pas vouloir à tout prix atteindre la position mais tendre vers elle
- ne pas forcer en extension mais sentir un bon étirement
- respirer lentement et doucement, pendant l’expiration les lignes de tension se détendent et le corps s’étend de lui-même
- quand il s’agit d’un exercice sur les deux côtés du corps, exécuter le mouvement sur le côté le plus souple
- prendre plaisir à faire le mouvement qui nous plait le plus, quitte à augmenter les respirations


L’image est plus là pour visualiser l’exercice et savoir le reprendre chaque jour que pour l’exactitude de la position.
Asseyez-vous par terre les deux jambes écartées. Détendez-vous et écartez les jambes au maximum. Certains peuvent complètement allonger les jambes et faire le grand écart, mais la plupart des gens font un angle obtus avec leurs jambes. L’important est de garder les genoux tendus pour maintenir les jambes au sol. Ensuite, accrochez-vous les mains bien haut au-dessus de la tête et tournez les paumes vers le plafond. Raidissez les coudes et inclinez-vous sur un côté. Penchez-vous jusqu’au pied en tenant la paume du même côté tournée vers le bas. Regardez toujours en avant lorsque vous vous penchez d’un côté. Au lieu de tourner le torse face à la direction où vous vous inclinez, faites face à l’avant et penchez-vous de côté.

Respirez comme ceci au minimum trois fois en tenant la position. Les lignes de tension sont les méridiens mis en avant dans cet exercice.




Persévérez, vous ne le regretterez pas !

3 commentaires:

cathulu a dit…

Grosse feignasse que je suis,j'attendrai la reprise du cours de yoga...

Lamousmé a dit…

bon définitivement j'attendrais tes cours particuliers!!!! mouhahhahaha

Vanessa a dit…

Cathulu: oui mais bon là c'est pas du jeu!!! ;-)

Lamousmé: entendu, dès que tu passes à la maison tu n'y coupes pas!