mercredi 23 janvier 2008

Autour de la table: une transmission

J’aime faire la cuisine, et pourtant, depuis un an (et quelques), je n’y arrive plus. Avant, je rentrais du travail, sortais mes livres de cuisine selon mon envie. Légumes, fêtes, végétarien ou macrobiotique, pour tous (si invités). J’en sortais au moins 3, regardais les ingrédients, choisissais une recette que je pouvais dévier un peu (rien de plus embêtant que de reproduire exactement). Au tout début, je n’ai dû faire que cela, reproduire. Je ne savais pas faire à manger (toujours pas) et encore moins cuisiner… sans parler des produits particuliers que j’achetais. J’avais ce rapport au livre de cuisine comme à celui d’une agence de voyage : je compare, je juge les temps de préparation, l’originalité de cette dernière (si possible ne pas cuisiner la courgette comme hier ou avant-hier !). La cuisine est surtout une envie de faire plaisir à table. De transmettre déjà une bonne chose à partager.
Lily a acheté un livre de cuisine (pour les blondes, elle qui est brune !) pour se redonner envie d’être à son plan de travail. Elle nous parlait aussi des bonbons de nos enfances à la sauce d'aujourd'hui et tout de suite j’ai pensé à ces livres-ci.


Ils ont fait parti de ma désinhibition culinaire. Avec eux, je sais que je peux improviser, utiliser des touches de couleurs, mettre un peu d’espièglerie dans le résultat. Je pioche en effet beaucoup dans ces recettes de cuisines farfelues, où le plat est assez loin du plat familial traditionnel. J’aime aussi énormément les clins d’œil, les anecdotes : le repas dominical de Rose est un régal, je confirme Lily. Sans anecdote, quasiment moins de saveurs.
Pour reprendre le thème des Passeurs d'Imaginaires de janvier, les grands-parents, je crois que je me vois bien en grand-mère de cette sorte : des jeux gourmands à chaque visite, comme je le faisais avant l’arrivée de notre crapouillot. Une odeur d’épices dans la maison… des découvertes de saveurs, de textures, de goûts… comme dans l’antre magique d’une bonne sorcière. Utiliser tout ou presque rien, se dénicher quelque chose de bon, juste pour se retrouver, tous ceux qui s’aiment, autour d’une table pour simplement passer un bon moment ensemble. La cuisine comme un grand bol d’amour à prendre, reprendre, lécher jusqu’à la dernière goutte.

Mais pourquoi donc parler de Gilles CHOUKROUN ? Parce que son livre sur les épices est un vrai régal.


Il resitue le contexte de ces denrées, à l’origine rares… propose des associations nouvelles et permet à chaque fois de proposer un plat rénové. Langoustines panées aux pistaches...

milch-shake de courgettes et chèvre





Le second est encore plus jouissif. Il se met à table et selon le contexte nous propose des déviations. Comment faire en amoureux, à Paris ou ailleurs, avec la marmaille, avec les copains, sur le pouce, festif, avec des boites de conserves.

J’aime l’idée des croquettes de vache-qui-rit,
les lentilles en boite surcuites au pain d’épices, l’utilisation très prononcée de réglisse (en bâton ou en rouleau, zigoto)…ou cette salade de fruits rouges et de fraises tagada ou encore ces bonbons de dattes...


Attention, il est question parfois de découvertes culinaires et non de pure gastronomie, mais j’aime les deux que voulez-vous. Autant faire de l’amusement que rechercher mes herbes et fleurs comestibles dans les balades, autant ouvrir une boite de conserve (sans la reconnaitre au repas) que de choisir des produits du terroir, marier les époques, les influences et le style fast-food, avec des produits de luxe. Pour vous faire une idée, son site est à lire avec ce petit modérato .

5 commentaires:

maijo a dit…

Quel beau billet cuisine, tu me donnes presque envie d'investir la mienne, à cette heure tardive...

Lily a dit…

Merci Vanessa pour ce très beau billet. J'aime les épices ! et le livre de Choukroun me tente par conséquent beaucoup !
Oui je vais tenter de m'y remettre !
L'image d'une grand-mère gâteau, généreuse, dont la maison distille à chaque visite des senteurs de cannelle chaude me plait beaucoup...
Je réponds à ton mail cette apm.
Belle journée !

rose a dit…

ah évidemment, ton article me parle ! c'est vrai qu'il y a des moments où faire la cuisine peut paraître contraignant, répétitif... mais comme toi j'aime le caractère ludique de la cuisine : il y a toujours un ingrédient à essayer, une petite variante à tester. J'aime bien ton image d'agence de voyage ! Et j'ai tendance à me laisser inspirer par tout, le livre en cours, les films, les promenades... et aussi, mais pas seulement, les livres de cuisine !

Béatrix a dit…

Moi je n'aime pas la cuisine routine de tous les jours mais j'adore inover, créer et décorer par contre je suis bien incapable de suivre une recette de cuisine..je zappe mais çâ va je retombe toujours sur mes pieds!bisous Vanessa.

Vanessa a dit…

Maijo: en plus toi tu as des cobayes nombreux, hi, hi...

Lily: oui, une grand-mère chez qui le repas est toujours des retrouvailles et des invitations à découvrir et partager...cannelle, gingembre, muscade, clous de girofle, lavande, mandarine, basilic...et un soupçon de poudre de cade, de papier d'arménie...

Rose: que j'aimerais avoir ta culture littéraire... mais bon, ça y est je commence à te copier (et j'ai tellement de billets en retard chez toi...aubergines, aujourd'hui je vous dévore des yeux!).

Béatrix: il y a des fois, je ne retombe pas sur mes pieds et le résultat est catastrophique (surtout avec des produits bruts et spéciaux, comme le tofu, le sésame noir, les céréales complètes...). Bien à toi ;-)