jeudi 18 septembre 2008

Mine de rien, l'élever autrement

J’avais dit mon désarroi devant le manque d'accompagnement à être mère. Un an après ce premier billet, je me rends compte que j’ai l’impression d’avoir été mère avant d’être prête et je ne parle pas là de se préparer seulement à donner la naissance dont je vous confiais mon sentiment ici.
C’est dans mon fonctionnement, rassurez-vous mamans dignes et non cogitantes (au mauvais sens du terme !) : je suis une écervelée, non pas sans cervelle, mais jamais sans son mental ! Je vous assure que je me soigne. Oui je confirme qu’un accompagnement du projet d’enfant, de la grossesse, de la naissance et de la parentalité au début mérite d’être reconnu et amplifié. Maintenant à chacun de trouver ses affinités. L’haptonomie en accompagnement à la naissance a fait notre bonheur. Après pour m’accompagner dans ce début de parentalité, je suis allée, avec le petit loup à La Maison Verte fondée par Françoise DOLTO. J’y ai trouvé un accueil, une écoute, un soutien. Le lien social s’est créé pour le bout de chou et, moi, je ne l’ai pas perdu. De plus, les accompagnants/accueillants relativisent nos doutes et perpétuent, le plus possible (et aussi en fonction des équipes), une écoute de la parole et du geste à la DOLTO, un indice du fonctionnement de la Dame . Vous remarquez : seule l’haptonomie a inclue le papa…


*source « Bébés du monde » de Béatrice Fontanel et Claire d' Harcourt, photo extraite du blog suivant ... cela ne vous rappelle rien ? Allez, un petit effort

Mais après, comment créer l’éducation que nous allons apporter au bambin ? Reprenons-nous celle que nous avons reçue ? Celle du père, de la mère ? Fonctionnons-nous en réaction ? Pour certains, cela va de soi, pour d’autres, ils font comme ils peuvent. Nous, nous avons faits comme nous pouvons avec ce mini traumatisme qu’est le fait d’être parent. Beaucoup de rixes conjugaux mais aussi énormément de complicité et de nouveaux liens. Et puis, parce que je voulais détruire mes propres systèmes de fonctionnement, basés sur des peurs et des souffrances, j’ai continué à travailler sur moi. J’ai lu, du DOLTO bien sûr, essentielle, je vous en parlais pour les poses de limites. Elle est la première à nous dire qu’il faut écouter la parole de l’enfant et la respecter. Ce respect a fait partie de mes priorités. Je ne vais pas dire que je n’ai pas manqué de respect à notre petit d’homme, loin de là, je suis encore prise en faute trop souvent mais ce travail de longue haleine prend forme. Mais je voulais allée plus loin, et j’étais soutenue par le papa. Alors comment trouver des « méthodes », une pédagogie de la petite enfance qui nous plaise ? Je manquais de référence et j’ai trouvé, après effort et recherches, un livre majeur reprenant toutes les ressources pour se positionner… autrement. Oui j’avais déjà eu une vague idée grâce au magazine "Grandir autrement" mais j’étais restée sur ma faim car leurs sujets du moment étaient plus sur l’accouchement ou le projet de naissance (mon petit loupiot était déjà trop grand !). Il m’a fallu attendre le livre « Elever son enfant autrement, ressources pour une éducation alternative » de Catherine DUMONTEIL-KREMER, auteur déjà connue pour poser des limites tout en respectant et pour son blog.

Ici toutes les attitudes alternatives sont répertoriées. De la préparation à l’accouchement à la naissance (particulière, à la maison, méthode kangourou pour les prématurés). Nos premiers liens avec le bébé sont relatés : la gestion des pleurs, du coucher (co-sleeping ou autre) mais aussi de nos interactions (massages, comptines, portage). Tous les événements majeurs de son développement et ses étapes : l’alimentation (allaitement ou biberon), l’éveil, l’hygiène (naturelle ou autre, soit la gestion des éliminations). Mais aussi nos rapports aux autres rôles, actif professionnel, parent au foyer, femmes et maris… Je me suis sentie tout d’abord déboussolée devant autant de démarches alternatives… et puis je suis revenue, partie après partie, pour y trouver mon beurre. Parce que notre loupiot va avoir 2 ans, ce ne sont plus les mêmes questions. Un rythme de vie est apparu, les limites se posent, les temps forts aussi. Alors j’ai trouvé dans ce livre « Elever son enfant autrement », des voies pour nous positionner, pour savoir vers quelle éducation nous allons, laquelle s’est instaurée peu à peu. Ce qui est bien c’est la déculpabilisation des parents, la prise en compte de leurs peurs, de leurs fatigues… et les solutions pour les palier. En ce moment, je travaille sur moi, sur mes colères et mes émotions… et bien plus… parce que vouloir une éducation repectueuse n’est pas de tout repos et que cela est rârement une copie de ce que nous avons vécu. Nous sommes pionniers, il faut trouver les enracinements, les bases, les repères. Ce livre nous aide, au coup par coup j’y reviendrais.

J’aurais aimé aussi lire ce livre, "Se préparer à l’accouchement " de Nathalie Le Gret, Annie Perron et Claudine Burban pour reprendre tout ce qui se travaille chez la femme à la naissance. Pour plus tard. Et plus je lis, plus j’ai envie de lire et de continuer à travailler sur l'enfant. Alors, au risque de continuer ma consommation spirituelle, je fouine, cherche, feuillette, fouille, avance, recule, crie, rage et continue mon chemin de parent. Se mêlent VELDMANN, DOLTO, MONTESSORI mais aussi art-thérapie, spiritualité (au sens de cheminement et non de religion), à suivre !

7 commentaires:

Here, There, Elsewhere... and more a dit…

Très intéréssant...
moi aussi je me suis beaucoup posé de questions avant (pendant et après!) la naisance de mes filles -elles ont 18 et 14 ans aujourd'hui et, heureusement que j'ai surtout écouté mon instinct et mon coeur (en accord évidemment avec leur papa) parceque, malheuseusement, il y a toujours eu quelqu'un (famille incluse)pour désapprouver notre façon "alternatif" ou "différente" d'élever nos filles...je ne veux surtout pas vous décourager; bien au contraire, je souhaite vous encourager - vous êtes la seule (+ le père de votre enfant) à sentir et à savoir ce qui est bien pour vous, votre enfant et surtout votre équilibre/avenir familial...

P.S N'oublie pas:
"La vraie moralité ne consiste pas à suivre les chemins battus, mais à trouver la voie véritable pour nous-même et la suivre avec intrépidité"
Gandhi

Good Luck pour la suite..:)

Arlette a dit…

Ton écoute intérieure doit te guider , ta petite voix intérieure est souvent dune grande sagesse.

Toute voie est unique et nous devons la suivre avec tout ce que cela comporte.
Une écoute et un partage peuvent être essentiels pour poursuivre.
Bises

Sacha a dit…

Mes parents m'ont élevé "expérimentalement", non-conventionnellement (accouchement Leboyer, école à la maison, enseignements à la Krishnamurti, retraites dans divers ashrams...) et, sachant qu'ils ont fait de leur mieux, avec les "erreurs" inévitables que tout parent commet un jour ou l'autre, je garde une gratitude profonde particulièrement pour l'attention, l'écoute et l'amour qu'ils m'ont offert sans relâche, Je crois que le mieux qu'un parent peut offrir à son enfant, au-delà des concepts et méthodes, de l'intellect, c'est sa présence vraie. Le reste c'est de la garniture...

Cécile a dit…

J'ai été élevé assez simplement et traditionnellement dans le respect de l'autre et la tolérance.

Malgré quelques erreurs, je leur suis reconnaissante de tout cet amour. Aujourd'hui, quand je pense aux efforts qu'ils ont fourni, aux questions qu'ils ont pu se poser je suis émue aux larmes.

Je suis incroyablement liée à ma famille, avec le +1 et les amis c'est tout bonnement tout ce que je possède. le reste n'a vraiment aucune importance.

L'éducation n'est donc pas une science mais bien une expérience qui demande un dosage plus ou moins équilibré de toutes les valeurs qui te sont chères et de l'amour que tu portes à ton merveilleux petit bout.

Béatrix a dit…

Je suis sure que tu es une très bonne maman,mais c 'es tnormal de se poser toutes ces questions..j 'ai aussi des livres à la maison d'autres enfants du monde..ça relativise les choses!

Vanessa a dit…

h.t.e....a.m: bienvenue entre mes billets. Ravie de vous trouver là, j'étais passée par chez vous, autant pour les billets francophones qu'anglophones, et vous avais perdue de vue. Je ne suis pas du tout découragée, mais au tout début de ma prise de position, j'ai besoin de la faire forte, avec des bases et des racines solides. Faire des billets me permet de mettre en mots cette démarche et pourquoi pas d'en voir les lacunes explicatives. Merci, oui, je vais suivre notre chemin parental, celui rien qu'à nous.

Arlette: écoute et partage oui, merci.

Sacha: la présence vraie! Oui je crois qu'avec l'écoute tout est dit! Je ne peux, tout de même, qu'être envieuse de ton "éducation". La "présence" amanqué par chez moi, quqleus bonnes idées étaient là pourtant. Et loin de vouloir éviter les erreurs (j'assume vouloir en faire, n'être qu'un maman!), j'ai envie d'aller plus avant dans le non-conventionnel. Et au vu de tes textes, Sacha, je suis convaincue du bienfondé! Merci de t'être arrêté sur ce billet.

Vanessa a dit…

Cécile: oui un dosage au quotidien, quelque chose de complètement humain. Mais tu sais à quel point j'ai besoin de faire le point. Et pour moi, la famille c'est celle que l'on se créé... des manques, des manques et des maux, il me faut des mots et des réflexions pour passer à autre chose. Merci de nous suivre, moi et le petit bout.

Béatrix: oui les autres réalités nous poussent à relativiser. Mais tu me connais, j'aime intellectualiser, avant de lâcher prise et de suivre un instinct séparé de mes réflèxes (de survie éducative).