samedi 19 avril 2008

En venir au thé

J’avais parlé de mes dérives volontaires de la tisane (entre autre) au thé ici mais est-ce vraiment cela qui m’amène sur la voie du thé ? Je ne pense pas. Francine du tout nouveau blog La théière nomade nous livre ses débuts avec le thé, débuts chaotiques et non volontaires…je voulais moi aussi retracer les débuts, du sachet au bol, à la tasse de porcelaine anglaise au Darjeeling, au mugs fins et Earl grey, en passant par des thés additionnés et dépaysants, les tasses chinoises et les parfums…de la boisson tea-time, à celle de la réflexion, en passant par celle du repas, de l’accueil, d’ailleurs. De quoi souhaiter la bienvenue à ce nouveau blog d'une passionnée.


Il y avait déjà une histoire d’interdit (petit, petit) et un partage. Comme tout excitant je n’avais pas le droit d’en boire dans ma jeunesse mais pourquoi donc ? Oui cette boisson excite mais comme un jus d’orange, non ? Bien sûr que non ! Mais ma famille n’avait sans doute aucune idée du combat entre caféine/théine et tannin… J’aurais pu avoir un thé vert ou un thé noir très infusé. Le goût m’aurait peut-être écœurée de mon envie par son âpreté et son caractère tannique.
Mais voilà, c’était aussi la boisson offerte au tea-time, ou plus précisément aux anciennes réunions familiales du côté grand-maternel, qui se sont taries et sont devenues inexistantes. Toutes ces dames buvaient leurs thés Darjeeling, servis dans un service art déco français (théière haute comme une carafe, blanche avec des lierais d’or). Elles y mettaient du lait et/ou du citron et l’accompagnaient de, voire trempaient, leur part de cake aux fruits confits. Moi avec ma part de gâteau, j’avais l’impression d’être un gamine (pas faux !) et cette boisson me semblait ne convenir qu’aux dames ! Il y avait bien la cafetière Cona qui embaumait la pièce, encore plus, mais juste regarder cette alchimie me plaisait et me satisfaisait… pas le fait de ne pas avoir ma tasse de thé. Il y eu bien sûr mes Madame G chez qui l’interdit était levé. Le thé, boisson non permise, était déjà un signe de convivialité entre femmes.
Le quotidien et le goût ont joué un rôle. Il y eu le début des petits-déjeuners récurrents, en internat et étudiante, à choisir ce fut le thé sans sucre avec tartine beurrée. Et ce thé du dépaysement au coin de la rue: le thé noir parfumé au jasmin aux restaurants chinois lors des diners familiaux mémorables… ou comme temps mort dans mes conflits mère-fille. Thé au jasmin, boisson de repas, privilège de ces moments, effluve d’ailleurs et goûts nouveaux…rouleaux de printemps, lychees, calamars aux pousses de bambous, boules de riz gluant à la noix de coco et au soja sucré.
Et puis les rencontres. Cet oncle, à la moustache british, néerlandais, a accentué encore plus le thé proposé par ma tante. Un privilège offert à chaque hôte arrivant chez eux, présenté au salon avec ces tasses anglaises, petites et très élégantes quand il y avait du monde, mugs à la porcelaine fine quand il n’y avait que nous. Thés de Ceylan bien sûr, en vrac, le même pour tous, additionné ensuite de lait. Un accueil.
Les voyages…au Sri Lanka et au Kenya. Le thé prenait alors une valeur bien symbolique. Dans les hôtels bien sûr mais chez l’habitant aussi. Thé noir offert à toutes heures, additionné de citron ou de lait, pour nous occidentaux. Boissons nationales avec leurs spécificités, bues dans le décor…des souvenirs gustatifs ramenés dans les bagages.
Et le goût de cette boisson de lecture, d’écriture, de dessin…souvent associé à mon refuge (attitude corporelle ci-montrée… que je ne peux plus faire, bien sûr, remplacée par un simple allongé à plat ventre)…a pris de plus en plus de place, en se voulant de moins en moins en sachet, de plus en plus en boules à thé, donc en vrac et de moins en moins parfumés… thés verts par choix aussi.
Et puis ce thé vert de 3 ans, le kukicha, grillé et utilisé en macrobiotique par ma mère…avec du shoyu ou de l’umébosiscomme pharmacopée.

Et maintenant, ce thé, boisson du quotidien, de toutes les couleurs, de toutes les saveurs, additionnées ou inhérentes, boisson du matin, boisson de la pause, boisson de la détente, boisson de la création… et boisson instant de retour sur soi en dégustant.




Un Qi Lan Bio, Oolong de Chine, pour ces derniers jours (le seul avant le seuil de tolérance dépassé de la batterie de l’APN)…
Des feuilles bleues/vertes, très minces à l’odeur fruité avec des notes de caramel et d’épices. Un infusion au zhong, méthode que j’utilise n’en connaissant encore pas d’autres : feuilles mouillées à l’eau chaude préalablement, puis infusées, délayées à la baguette et au couvercle. Le couvercle, chaud, a une odeur minéral, entre le bois et la mer. Le breuvage est rouge et a un goût boisé, de châtaigne, long en bouche, sans amertume et pas sucré. Son odeur est de bois ou d’humus. Les feuilles mouillées sont brisées et vertes. Très bon thé, savoureux et qui reste bien en tête pendant toute la journée.

7 commentaires:

n-talo a dit…

j'aime le thé, je ne suis pas une connaisseuse mais à force d'en boire, je sais celui que j'aime et celui que je n'aime pas ... un peu comme le vin

Bridget a dit…

Je suis intriguée par ce thé qui reste en tête toute la journée! Merci pour ces voyages autour de ta théière d'Alice!

Vanessa a dit…

N-talo: oui c'est cela, savoir lequel nous plait.

Bridget: de rien, avec plaisir pour ces effluves virtuelles

Delphine R2M a dit…

J'aime bien ta façon de raconter tes souvenirs...

Vanessa a dit…

Delphine: merci, j'aime les partager de cette manière... aussi un peu moins de pathos

Loula a dit…

C'est marrant comme on arrive tous au thé par un chemin différent, mais ce qui est sûr, c'est que c'est toujours un cheminement...

Vanessa a dit…

Loula: et comment. Et puis certaines fois, cela ne fait que commencer... j'ai une autre théothèque à présenter: que des natures...les swaps ont cela aussi de bons: découvrir d'autres univers et aller de l'avant dans un domaine...hum oolong et vert (pour l'instant).