jeudi 22 février 2007

Le café social

Je continue par le café. C’est un breuvage social. Il fait partie intégrante de ma vie même si je ne dois en boire que 10 tasses par an.

Marchandise, richesse de plusieurs peuples. C’est par la colonisation que nous connaissons ces produits « comestibles » (épices, thé, café..) : ils en gardent une richesse d’évocation importante. Un esclavagisme des plus forts sur les plus faibles…v ers une diversification culturelle…u n commerce (que je rêve) équitable… et des saveurs du bout du monde en bouche.



D’autre part, le café est lié à l’enfance. J’ai toujours vu mes grands-parents recevoir leurs amis et mettre ce bel objet, une cafetière Cona, sur la table. Une bonne odeur s’en dégageait et moi, toute gamine, je regardais avec admiration l’alchimie se faire. Ce petit rituel était rare et je n’ai jamais bu de café chez mes grands-parents… seule l’odeur persiste et j’imagine un goût inimitable…Mam : pense à me laisser la cafetière en héritage c’est un si joli souvenir !!

Après, j’en ai bu avec mes amis proches… plus pour être avec eux que pour le goût (en communication non verbale, je me mettais tout simplement en phase !).
Avec Frédérique dans les cafés d’Angers (avec une bouffée de clope que je lui piquais… non, non je ne fume pas… je crapote et même avec les bouffées glanées ici et là je n’ai pas dû fumer plus de deux cigarettes dans ma vie).
Avec Astrid son café à la cafetière italienne, très, très sucré, dans ses appartements… un vrai délice !
Avec Jeanne, son jus de chaussettes dans son vieil appartement de Nantes.
Avec Laurent ou Lucie autour de la machine à café du bureau, le premier pour les discussions philosophiques, la deuxième pour les monologues de nos vies.
Je continue à l’apprécier pour les gens qui me l’offrent : mon beau-père par exemple…

Même l’idée du café/café me plait, ne dit-on pas café littéraire ou philosophique… autour d’un café ne refait-on pas le monde ? Avec les proches, j’y crois !! même si ma préférence va très, très fortement au thé.

7 commentaires:

Katell Bouali a dit…

L'odeur du café est chaude et pleine de promesse d'échanges...des rêves de partance, comme le chocolat chaud épicé à la cannelle. Mais, je ne fais qu'humer le café car je ne bois que du thé ;-)

mam a dit…

je suis très émue de ton souvenir de la Cona qui est donc pour toi.
ton blog est super

MaxiCharly a dit…

Bonjour, Juste pour te dire que nous essayons de remettre la cafetière Cona au gût du jour, tu peux la trouvere à cette adresse : Tu la trouveras sur notre site à cette adresse : http://www.maxicoffee.com/veritable-cafetiere-cona-tasses-size-finition-chrome-p-56.html
Je pense qu'on va faire une petite video pour explique le fonctionnement de cette merveille trop peu connue !
Charly

Astrid a dit…

Combien de souvenirs et surtout d'effluves! Accompagner son petit "expresso" d'une Amande enrobée de chocolat noir (paquet de 100g chez Maison Richard) ;-)

Vanessa a dit…

Katell: oui, j'aime beaucoup entrer dans les magasins de torrefaction, je crois que c'est là que je prend le plus de plaisir.

Mam: je ne pensais pas que tu m'écrirais un jour un commentaire...merci, merci et encore merci...et je ne pensais pas que tu prendrais au mot ma demande (qui en la relisant était un peu autoritaire)...pour la cona rien n'est obligatoire...merci d'y songer seulement.

Maxicharly: oui, une vidéo permettrait de bien se rendre compte du charme de cet objet et merci pour l'adresse.

Astrid: que de souvenirs!!!

Fred a dit…

Le café en temps qu'italienne ( a moitié...!!!) c'est vital, comme le thé pour Vanessa....c'est dire !

Vanessa a dit…

Astrid: oui, oui...avec une petite amande enrobée...ou un petit chocolat de chez Patrick ROGER...

Fred:que de souvenirs miss italienne!!