mardi 20 février 2007

Galette rebondie par temps venteux

Est-ce trop tard pour une galette…que nenni! Un passage sur les terres sud-bretonnes dans la famille…et entre une tortue géante, une statue de la maternité africaine, des tableaux partout, partout (même au plafond), un éléphant ganesh pourtant inspiré d’un séjour en Chine ?!...tous ceux-là, hôtes de la maison maternelle…une galette en forme de pain de chez qui ? Dupin pardi !!


Cette grosse miche de pain est en fait une galette des rois (avec ou sans fèves selon la saison bien entendu). Il faut la chauffer jusqu'à la roussir beaucoup beaucoup...l'intérieur est une fine couverture de pâte d'amande, d'écorce d'orange, de fruits confits avec une once de liqueur ou de fleur d'oranger...recette tenue secrète.


Une de mes madeleines de Proust pour ainsi dire...il s’agit d’un de mes passages gustatifs obligés sur la presqu’île Bauloise.

J’adore cette région l’hiver : la tempête, le vent, il bruine tout le temps et seuls les chiens, chevaux, voileux et emmitouflés sortent sur la plage…que du bonheur…et dire qu’il y a quelques années, il nous arrivait, à ma maman et moi, de profiter de cette grande promenade venteuse à toutes heures du jour et de la nuit (en cas d’insomnie…fréquente).

2 commentaires:

Katell Bouali a dit…

Elle est plus qu'appétissante cette galette bauloise! Et la recette est secrète? Dommage...:-(

Vanessa a dit…

Oui, j'ai pourtant attaché la patronne sur son comptoir les pieds à l'air et ramené une chèvre pour lui lècher la voute plantaire..rien à faire et cela fait dix ans que ça dure!!