lundi 22 janvier 2007

Snoopy et Charlie Brown

Par ce temps de grisaille hivernale, je me replonge dans les aventures de Charlie Brown et de son compagnon le chien Beagles Snoopy (oeuvre de Charles M.SCHULZ). Que du bonheur ! Des scénètes de la vie enfantine, qu’il faut lire, relire, reprendre du début…pour découvrir toute la « couleur » des personnages. Magique.
- Charlie Brown est un garçonnet qui manque de confiance en lui, plein de bonne volonté mais très malchanceux. C’est celui qui se pose le plus de questions.

- Snoopy est le chien qui parle, mégalo, écrivain…d’une lucidité incroyable.
- Lucy, apprentie psychiatre, est la « grande-gueule » du groupe. Donneuse de leçons, quelque fois à 5 sous (5 cens exactement), elle mène la vie dure aux autres : Charlie Brown qu’elle désespère de plus en plus, Linus, son frère, pour qui une couverture-doudou est nécessaire à une vie sereine et Schroeder, dont elle est amoureuse, qu’elle exaspère.
- Schroeder, «l’artiste du groupe », replié sur lui même, il s’évertue à interpréter du Beethoven sur un piano pour enfant
- que dire de ces deux-là : Patty, appelée « Monsieur » par son amie Marcie.
- sans oublier Woodstock, le piaf, le meilleur ami de Snoopy


Que fait une BD dans ma littérature picorée ? Cette BD est un condensé de poésie et de philosophie quotidienne, un pure chef d’œuvre de mise en scène et de dialogue/monologue.…
Problématique de l’enfance, qui nous renvoie, tel un miroir, à nos propres interrogations.


Je vais avoir beaucoup de mal à vous inviter à lire ces aventures dessinées mais voici tout de même quelques exemples…dès que j’en lis d’autres qui peuvent s’écrire sans tout perdre de leur saveur je vous en fait part…mais je vous conseille tout de même de filer vous acheter l’intégrale et d'aller sur le site officiel.

Snoopy est assis devant une machine à écrire sur le toit de sa niche
« Conseil de voyage
….
Comment éviter le mal de mer, le mal de la route et le mal de l’air…

Prenez garde à ce que vous manger.

Et restez chez vous. »


***
Que dire de ces moments décris avec tant de poésie : Snoopy patine sur un lac gelé et c’est lui qui parle.
« Voici le patineur pratiquant ses quarts extérieurs…

La glace est un peu rugueuse..

La plupart des patinoires ont une machine chargée de la repolir…

(Woodstock arrive dans la vignette)




Woodstock repolit la notre avec un sachet de thé mouillé! »



entre autres...

2 commentaires:

BelleSahi a dit…

Et oui tu aimes Charlie ! Moi c'est Gaston qui me fait beaucoup rire !

Vanessa a dit…

Bellesahi: oui le comique de situation me plait aussi mais il me faut aussi beaucoup de dialogue pour me lacher des zigomatiques (c'est très dur chez moi!).