mercredi 30 avril 2008

Milles et une cuisines juives et Salade Apyo de céleri

J’avais envie de parler de ce livre depuis longtemps, c’est un cadeau de celui-ci et de celle-là. Une vraie merveille à de multiples niveaux.



« Le livre de la cuisine juive » de Claudia RODEN est un livre de cuisine me direz-vous ! Oui bien sûr, un livre de cuisine avec pas moins de 800 recettes, avec aucune photo de plats. Moi qui aime avoir aussi un visuel, j’aurais pu être sceptique. C’était sans compter que ce livre est une vraie manne, une merveille, à mettre entre toutes les mains, même non juives.


« Chaque cuisine raconte une histoire. La nourriture juive raconte celle d’un peuple déraciné, migrant, et de ses mondes disparus. Elle habite les esprits et a été gardée vivante grâce à ce qu’elle évoque et représente. »
Ce livre est une histoire de la cuisine multiethnique de ce peuple, de l’autobiographie, des explications érudites des fêtes, des différentes ethnies qui ont partagée et transmise cette touche culinaire. Des anecdotes sur les recettes, testées et re-testées, les rencontres qui arrivent à l’une d’elles…il a fallu 15 ans à Claudia RODEN pour accumuler toutes ces merveilles et je comprends… il m’arrive de lire ce livre de cuisine comme un roman historique du peuple juif, de l’Europe à l’Orient, du Maghreb à l’Afrique noire… les photos sont en noir et blanc ou sépia et montrent ces hommes et femmes au cœur de ces traditions particulières.
Je n’ai pas forcément appris la cuisine avec ma maman (ou ma famille), j’ai repris un ou deux plats et surtout des ingrédients particuliers. Ce livre remplit ce manque : des accommodations de légumes de tous les pays, des saveurs d’autrefois, des plats mis dans leur contexte… tout est bon et je le recommande… une transmission culinaire... et c'est pourquoi je mets le visage de cette cuisinière, exploratrice...comme si elle était au-dessus de mon épaule.


Cela me fait penser au livre de cuisine de la grand-mère de Rose et aux livres de cuisine des histoires, cuisine secrets de Anh.



Voici la recette de salade de céleri cuit adaptée de ce livre : un Apyo« Cette façon simple de préparer le céleri vient de Turquie et des Balkans ; d’un légume des plus ordinaire, elle fait un plat spécial ».
1 bouquet de branches de céleri
1 cuillérée à soupe d’huile d’olive
1 jus de citron
1 cuillérée à soupe de sucre

Faites cuire à feu doux le tout pendant 30 à 45 minutes (en rajoutant un peu d’eau en cours de cuisson).

Entre les livres et les réflexions

Cela va être plus facile de vous donner mes allers et venues parmi les livres et les réflexions. J’ai beaucoup de plaisir à aller là où je peux récolter plus qu’un avis de lecture, du ressenti, des réflexions…


Mes chouchous par ordre alphabétique (que vous retrouverez dans la colonne de droite « Allez zou ! pour des lectures et des réflexions ») :A lire au pays des merveilles un tour au pays des livres jeunesse, des thèmes en plus des livres et pas mal d’ouverture d’esprit
Cabinet de curiosités le nom indique ce que nous pouvons y trouver, de la philosophie, des sciences naturelles, de la mystique et des mythologies quotidiennes et moins.
Ce que dit Rose, j’y aime ses repas dominicains, ces alibis littéraires, faits de détails et de recettes de cuisine, avec un aller vers le cinéma…un passage intellectuel
Chaperlipopette des livres avec des mises en bouche bien plaisantes, de l’humour et des extraits
Chez Clarabel2 j’y vais surtout pour la catégorie « Miss C vous guide » (j’avoue) parce que les lectures jeunesse sont pleines de vie, d’enthousiasme et d’invitation à la découverte
Chez Gawou la libraire pour les coups de cœur de cette libraire au rayon jeunesse
En Sirénie pour ses réflexions, passant du coq à l’âne, mi-philosophiques, mi-méditatives qui m’emmènent toujours vers une autre
Fenêtres sur la cour J’y aime ses écrits, ses textes d’auteurs mis en lumière par un thème, l’exotisme à travers les pages, les touches d’art ici et là entre souvenirs et coups de « cœurs ».
Happy few pour y trouver quelques touches de midinetterie littéraire mais avec du fond et de la forme
Instants cléments de Frédéric CLEMENT car j’aime ces envolées de mots, ces grains de poésie et de fantaisies (auteur de « Luminus Tout » entre autre)
La chasse au snark sur les pays de Lewis CARROLL, des archives, anecdotes, des traductions et des réflexions sur son œuvre
Lali pour ses tableaux, ses mots, ses lecteurs et son amour des livres sans jamais nous évoquer un titre ni un auteur mais en voulant y mettre nos mots
Le café littéraire de Gaëlle pour ses réflexions poussées d’œuvres
Lectures et autres pour ses longs avis sur les livres et ses recherches pour nous emmener encore plus loin chez l’auteur, sans oublier ses thèmes comme la mythologie etc…
Les roses de décembre pour, pour tout ! Pour l’intertextualité (suivre ses pas dans ses lectures), pour ses réflexions poussées et non conventionnelles, des mots sur des maux sans y faire paraître, des réflexions très poussées sur la vie, l’amitié, la mort, l’écriture, le talent etc.…des philosophes et aussi des traductions, des archives sur J.M.BARRIE et ses contemporains
Librairie "Les cinq continents" pour une évasion vers des livres faits pour les voyageurs
Librairie Neverland parce que cette librairie m’est chère, que je lui souhaite longue vie et que je me rêve dans son canapé, au fond, à parler à brule pourpoint avec son hôtesse sur des thèmes bien achalandés, féériques, romantiques et autre
Lily et ses livres pour ses coups de cœur littéraires, ses avis toujours bien argumentés, ses longs extraits et ses mots qui donnent une vraie atmosphère de lecture
Litote en tête pour suivre en direct une librairie
Livres de Malice pour ses thématiques très bien pondues
Teatime With A Faun car sous des écrits quelque fois durs d’approche ce cache d’innombrables réflexions hors du commun

Words And sounds Cécile parle de musique et j’aime sa façon d’en parler
Mes ressentis littéraires jouent à fleur de peau entre les évocations et l'appel à la lecture: pas de résumé ni plus d'indice..du sujbectif sans avoir l'envie d'être critique.

Envol de créations

Dans le même ordre d’esprit, je me sens toute, mais toute petite, devant autant de talent. Je ne mets aucun détail, je sais, vous êtes en manque! Alors je vous promets de mettre mes chouchous en valeur de temps en temps...

Mes chouchous (par ordre alphabétique que vous retrouverez dans la colonne de droite « Une touche par-ci par-là de création »):
Alexandream le site, j'y aime les sculptures, les hommages à Dali, toute la période des années 80' (allez savoir pourquoi) et bien d'autres choses ... et son nouveau blog
Aquarelle en voyage pour la technique de l'encre, des couleurs, de l'eau et de la lumière sur des paysages d'ailleurs (souvent sous le soleil)
Art and Ghosts pour ses poupées, ses enfants mutines et mystérieuses
Bobi and Bobi pour ses crayonnés de personnages fragiles et cabossés par la vie
Bridget is painting pour ses poissons (surtout) et ses patines, vernis qui me laisse toujours sans voix
Bulle de vie4 pour ses photos très autoportrait et les douceurs de situations véridiques
De l’autre côté des cailloux pour ses illustrations d'après photo, très ressemblantes et très oniriques
Delphine COSSAIS, peintre, le blog pour ses femmes bohèmes, peintre et ses couleurs
Des papillons pour l'envol de créations qu'elle nous propose à chasue fois
Détours des mondes (arts d'Afrique) comme son nom l'indique, un site très complet et précis
entr2rives© (même s’il n’a pas fait plus que démarrer, je le soupçonne de plein de choses)
Estampes japonaises une mine d'or pour tous ce qui se rapporte à ces techniques, de très belles thématiques aussi
Jeremymoncheauxblog pour ses atmosphères
La boîte à images des arrêts sur image très érudites (blog en pause, quel dommage!)
La fille du consul des bijoux de saison par une illusionniste du réel...j'aime ces bijoux à manger, ses légumes et fruits, ses branches de gui, ses coraux...bon, à voir absolument
La main gauche du gothique
La Marchande d'étoiles pour ses poupées dansantes
Laurent et ses croquis de Paris et éphéméride
Le Divan Fumoir Bohémien pour ses découvertes, tiroirs de détails, de tissus, de papiers et d'écrits...une merveille
Le Jardin de Miss Clara pour ses approches du papier, faire des costumes et des merveilles
Ma baraque à dessins pour ses dessins western et un peu pin-up
Ma petite théière pour ses femmes/enfants mystérieuses et ses gri-gris bijoux
Marionettes pour ces têtes entre les monstres et la folie, une autre invitation aux rêves moins douceureux
Mystères et boules de gomme pour son humour, ses thèmes toujours particulier et ses concours
Niniegm créations et discussions pour ses poules et poussins et cette humour
Non dairy Diary pour ses lapins et ces illustrations au plus près d'une chambre de petit loupiot
Pas si bête pour les bestioles pardi!
Pataplume pour cette fraicheur du trait
Prairies virtuelles pour cette invitationa u ras des pâquerettes

Les autres :
Aby (dessins)
acerB blog
Aquanamorphose (soeurs, muses, ophélies, préraphaéllisme)
ASIFA-Hollywood, Animation Archive (en anglais, bouhou)
Biboun attitude
Couleurs éternité (des couleurs, des artistes, de l'art asiatique)
en promenade (les photos): de Bellesahi
Femme, femme, femme (en art et au cinéma) : de Nibelle et Baudoin
Gayou petits dessins
Jardin de gribouilles : blog de Doune
L'atelier gris: de Frédérique Dupuis
La dame aux caramels: de Marie Terray
Le placard à chocolats: de Négresse bleue
Le poignard subtil (art populaire, naif etc)
Paprika’s BD blog : blog de Marianne ESKENAZI

Et mes humbles propositions

mardi 29 avril 2008

Jardins de thé

Jardin : quel beau mot ! Il nous emmène dans des allées, des bosquets d’arbustes et de fleurs, des ombres pénétrantes sous des arbres majestueux mais aussi des plantations de l’autre côté du monde.



*source plantation de thé au Kenya, photo de Fleviez

« Dans le très poétique vocabulaire du thé, on appelle « jardin » la plantation produisant un thé qui ne sera pas mélangé à un autre, et qui portera le plus souvent son nom. La similitude est ainsi entière entre un jardin de thé et un vignoble où nait un grand cru. Le jardin, quant à lui, offre souvent au connaisseur ce qu’on appelle un « grand seigneur », soit un thé de très grande qualité. Ainsi, déguster le thé d’un jardin, ce n’est pas boire un Ceylan mais savourer, par exemple, toute la finesse d’un Pettiagalla ou la saveur fruitée d’un Saint-James des Uva ; ce n’est pas simplement boire un thé vert de Chine, mais s’émerveiller du parfum d’un Lung Ching ou de la rondeur d’un Pi Lo Chun…On entre ici dans l’infinie richesse de l’univers du thé. »
(extrait de « L’ADCdaire du thé »)
Les plantations de thé, jardins, « gardens » ou « estates », nous proposent de suivre les délices du thé et aussi de vivre la dégustation : un thé peut évoquer, sans adjonction de parfums ou d’autres éléments (tels que fleurs ou graines) un paysage, une atmosphère.


*source

La Voie du thé japonaise Chado offre grâce à sa cérémonie du thé Chanoyu les quatre principes proposés par le maitre de thé Sen no Rikyû, de style wabi (concept esthétique associé à la simplicité, à la beauté rustique) : wa, kei, sei et jaku, respectivement, harmonie, respect, pureté et tranquillité de l'esprit. Un vrai « jardin de thé » qui accompagne jusqu’au pavillon de thé Chashitsu.
Le Chaniwa est à lui tout seul un jardin propre à amener l’invité dans un autre monde : « Le jardin de thé est une invitation au voyage, une invitation à quitter le monde de "tous les jours" où peines et souffrances sont lots quotidiens, pour un autre fait de tranquillité, de quiétude, où la notion de temps semble ne plus exister. C'est pourquoi le jardin de thé est coupé "visuellement" de son environnement extérieur (citadin dans la plupart des cas). Plus que dans tout autre archétype de jardins, la notion de limites, et donc de seuils, est ici une caractéristique essentielle.

Le visiteur qui se trouve dans le jardin doit se sentir "hors de sa vie quotidienne", il doit avoir l'impression d'être en pleine nature et focaliser son attention sur les évènements présents qui se déroulent dans le jardin, et dont il est lui-même un acteur majeur. »

(extrait du site Fujijardin, dont un très beau compte-rendu du Chaniwa, à lire absolument autant les caractéristiques que les éléments constitutifs)… je reviendrai sur ce parcours initiatique fait de mousse, de pierres, de clôtures et palissades, de banc d’attente ou de lampe de pierre. Si vous voulez en voir certains c’est ici.

*source Chaniwa de Kyoto

Et vous, quels sont vos jardins imaginaires ? Il ne vous reste que peu de temps, je rajoute une semaine et quelque pour les retardataires qui se veulent Passeurs d'imaginaires.

Où sont passés les cerfs-volants?

Vous vous rappelez : je considère les livres comme voyageurs, j’aime l’idée qu’ils passent de mains en mains, de lecteurs en lecteurs, d’avis en critiques, de plaisir en réticence de lecture…ils se prennent pour des cerfs-volants !
Ils ont aussi voyagé ces derniers temps et certains attendent encore d’arriver à destination…



*source (projet d’écriture à partir de cette image à lire sur ce lien)

Katell a pris son temps pour se délecter de «Je suis un chat» de Natsume SOSEKI…comme cette scène avec le mochi, le livre est long en détails, précis en atmosphère. Katell nous livre son ressenti ici.

« Le bonheur des petits poissons » de Simon LEYS, dont je parlais , a fait une escale chez Lily qui l’a beaucoup aimé ici avant de reprendre son envol chez Sylvie (qui patiente, doucement, en s’impatientant, la pauvre, ce livre devait arriver chez elle en premier !)

Sylvie a lu en primeur (je n’ai pas été plus loin que l’introduction pour l’instant en admirant le projet) « Passeurs d’Espoirs » de Marie-Hélène et Laurent De CHERISEY et reste largement sur sa faim.

Lily a en attente "Quarante-quatre minutes, quarante-quatre secondes" de Michel TREMBLAY. « Tout le monde est occupé » de Christian BOBIN, dont je parlais , et « La pomme rouge » de Francis Garnung, dont je parlais ici, attendent leurs envols.

lundi 28 avril 2008

Après un déséquilibre alimentaire

J’avais parlé de l’éducation alimentaire que j’aimerais mettre à profit avec mon petit d’homme. Comment vais-je faire ? N’est-ce pas par mimétisme qu’un enfant apprend aussi (et surtout). Oui je suis une obèse, pas fière de l’être, quoique des fois. Je dis n’importe quoi, l’obésité est une maladie qui tue, je ne suis donc pas heureuse d’être malade même si j’y ai trouvé des caches pour moi-même et pour les autres…et une telle carapace est difficile à retirer. Alors comme un tatou, j’enlève écaille par écaille en prenant goût à la vie et à une hygiène de vie.


*source Dasypus: Roger HALL

Je ne parlerais pas des causes du surpoids, mes causes sont quelques fois entre ces lignes… voici seulement de quoi sortir des discours convenus ici et un petit schéma :


*source estime de soi et obésité

Mais reprenons, comment donc revenir à la normal et être un modèle pour son enfant ? Pour être claire tout de suite, je suis contre les régimes ! Contre, opposée, farouchement opposée, pour de nombreuses raisons :
- diététique : le régime en lui-même la plupart du temps est une utilisation frauduleuse de la diététique. Ce sont très souvent des régimes déséquilibrés, sources de carences
- pragmatique : les résultats des régimes sont (quand il y en a) à court terme et à long terme le poids est repris voir amplifié.
- psychologique : se focaliser sur la nourriture lui confère un poids de culpabilité possible
Je ne parle même pas des régimes dangereux que nous pouvons retrouver ou découvrir chaque année en cette saison (Atkins, Mayo, Scardale, Montignac, Gesta, soupe au chou, diète protéinée, régime des stars) : une abomination de l’entendement et un cercle vicieux du déséquilibre alimentaire.

Je cherche, tout au long de mon parcours, pour tout, à réfléchir sur le problème, mes réticences à en sortir et les solutions, alternatives le plus souvent, pour aller de l’avant. Voici, comme un carnet de bord, une mise en mots d’une réflexion pour l’aboutir et la digérer, un petit tour de (m)a question.

- ne plus focaliser sur le repas, c’est tellement vrai. Et manger de tout. C’est un seul point car pour moi l’un et l’autre vont de paire. Si nous éliminons une partie de nos aliments nous avons déjà trop focalisé sur la potentielle dangerosité d’un produit. Je ne mets pas le doigt sur les végétariens car les protéines sont aussi végétales. Cela revient aussi à un des fondements de l’hygiène alimentaire d’Okinawa (dont je parlais ici, à ne pas confondre avec le régime, ou japonais) qu’est le nuchi gusui (soit pour un occidental, l’aliment est bon, me veut en bonne santé).
- Reprendre plaisir, se rabibocher avec la nourriture avant même de vouloir la limiter : soit réapprendre le goût, si important, et retrouver un triple équilibre grâce à lui : énergétique, nutritionnel personnel et émotionnel. Pour réapprendre à déguster, voilà un indice. Redéfinir nos envies et les saveurs. Essayer de décaler l’une pour un autre repas, le sucré pour le goûter par exemple. L’étude suivante sur les saveurs est à prendre avec des pincettes mais il est toujours bon de se réapproprier les saveurs.


*source

- Pour redéfinir notre poids et comprendre notre déséquilibre, le Docteur Jacques FRICKER est un premier palier bien intéressant. « Le nouveau guide du bien maigrir » permet de se poser à côté de notre poids et de choisir « en bonne intelligence » d'en perdre ou non.

Il distille aussi des menus « plus adaptés », pour participer à réduire certains types d’aliments trop présents. Pour moi, ce n’est qu’une étape. Il me semble nécessaire de trouver une hygiène alimentaire à tenir toute une vie, non limitative ou restrictive.


- La restriction me semble être aussi un facteur négatif à une hygiène alimentaire sur la vie durant. Une reprise en mains de nos sensations corporelles et faire confiance en son corps me semblent nécessaires. En ce sens les principes du Docteur Jean-Philippe ZERMATI sont forts intéressants, dont un des livres donne la méthode : « Maigrir sans régime ».

Il suffit de réapprendre à suivre ses sensations alimentaires et laisser faire la régulation sensorielle : « Chacun possède naturellement une compétence psychophysiologique lui permettant d’ajuster spontanément sa consommation d’aliments à sa dépense énergétique et de maintenir son poids d’équilibre génétiquement déterminé. » Si vous voulez suivre ses étapes : retrouver ses sensations alimentaires, faire la paix avec les aliments et distinguer émotions et prises alimentaires, je vous conseille de lire ceci. Vous y trouverez, entre autre, un très bon exercice pour retrouver la satiété … et un exercice sur le goût.



- Il est aussi possible d’offrir d’autres propositions alimentaires en allégeant certaines recettes pleines de saveurs, en employant les produits alternatifs : l’agar agar si bien mis en valeur par Cléa et son livre « Agar agar »,

les laits et crèmes végétaux, les ingrédients d’ailleurs ou prendre de bonnes idées de la gastronomie moléculaire d’Hervé THIS, entre autres…(si cela vous intéresse lire ici ou et ici et )


Mes choix alternatifs ne sont pas des pis-aller pour ne pas prendre le problème à la racine, ce n’est pas une fuite mais bien au contraire une éthique de vie, quelque chose que je trouve bien plus essentiel que d’apprendre la norme de poids à quiconque.

Edit: oui, c'est ça La Trolette, ce site sur le Groupe de Réflexion sur l'Obésité et le Surpoids est une vraie mine d'or!

jeudi 24 avril 2008

Ethiopie...en Afrique

Un restaurant éthiopien entre copines, le même plat épicé communautaire, un assortiment Beyayennatou, mangé à la main. La galette éthiopienne, très douce, souple, crêpe spongieuse, à la consistance entre la galette et le blinis, était aussi une révélation. Et non, les filles, pas de blé dans cette indjira, ingera ou injira (pain éthiopien), donc aucun écart :




*source teff

« (…) on trouve l’indjira, un célèbre pain éthiopien au curieux goût aigre, fait à base de farine de teff (une sorte de millet). Le processus de fabrication en est long et complexe, et suit de nombreuses étapes ; la pâte est laissée à fermenter pendant 2-3 jours. Ce pain sert à la fois d’ « assiette » pour présenter la nourriture et de « cuillère » pour l’attraper. Les plus grands peuvent couvrir une petite table, et c’est en nappe que les restaurants la présentent. »
(extrait de « Le livre de la cuisine juive » de Claudia RODEN : une bible…euh une thora ! dont je parle )
...
une Reine de Saba pour finir (euh non pas celle-ci, celle au chocolat) et trois thés éthiopiens (je ne pouvais pas passer à côté de cette boisson plein d'effluves et d'épices ou herbes)…le repas a laissé courir les palabres ici et là, les dessins, les odeurs de fleurs d’oranger et les sourires. Merci infiniment les filles pour ce moment et dire que le restaurant a le nom du fils que Saba a eu avec Salomon….



J’ai pu laisser en « mains propres » le colis… des perles de coraille et du gris/vert, blanc, anthracite et bleu turquoise pour une région intime de ce Clorocebus
Aussi, entre autres, "Ethiopiques" de Léopold Sédar Senghor en référence à l'Éthiopie antique (« Éthiopie » vient du grec et signifie « pays des visages brûlés »), celle qui est à la source du peuplement égyptien, de la culture égyptienne. Rappelez-vous la « Femme noire » de ce poète, poème relevé par Katell

SWAPS, le tour des cadeaux et univers

Quelle difficulté que de vouloir faire plaisir aux autres. Voilà, j’arrête les Swaps pour quelques temps, je reprendrais…plus tard.

Voici un récapitulatif des swappés et swappeurs, des univers entrouverts, des voyages imaginaires et réels...



*source

Swap Scandinavie organisé par Kalistina et Flo.
Swappeuse : Majanissa qui m’a gâtée
Swappée : Chrestomanci avec son colis et mes indices 1 et 2



*source noir de fumée

Swap Noir c’est Noir, Polar, café et chocolat, organisé par Fashion victim et Stéphanie, le blog
Swappeuse : Soeur Anne qui m’a gâtée
Swappée : Tina (qui n’a pas de blog) avec son colis et mon indice ici



*source

Mini Swap thé organisé par Flo :
Swappeuse : Flo qui m’a gâtée
Swappé : Joël avec son colis et mon indice ici



*source Afrique

Swap Afrilire, organisé par Bladelor , le blog
Swappeuse : Emmyne qui m’a gâtée
Swappée : Caroline avec son colis arrivé en mains propres ainsi qu'une mise en bouche



*source Denis PESNOT

Sans oublier le lotobook 1 et 2 organisé par Stéphanie dont je n’ai été qu’une participante lamba, pas gagnante en or, ni cactus…mon premier livre offert est ici et le second , à vous de savoir lequel !


Rajout du 09/12/2008:

2nd Mini SWAP Thé, organisé par Loula
Swappeuse: Katell qui m'a gâtée
Swappée: Francine avec son colis et une mise en bouche

Rajout du 25/03/2009:

SWAP "Si ton petit-déjeuner m'était conté", organisé par N-Talo, le blog
Swappeuse: Nathaline qui m'a gâtée
Swappée: Marmotine avec son colis et des indices, le premier et le second.

De l'Afrique ici ou là

Je ne vous avez pas dit mais ces jours-ci, l’Afrique, très superficiellement, est dans mon quotidien. Parce que je participe au SWAP Afrilire de Bladelor. J’ai choisi mon colis pour ma swappée et ai reçu le mien d'Emmyne. Très superficiellement parce que je le connais que peu encore...j'y ai mis les pieds un jour, au Kenya, avec une rencontre fabuleuse de la faune et des Massaï et j'attendais beaucoup en découvertes...

Pour tout vous dire je l’ai reçu avant-hier, mon colis, j’ai dû attendre que la batterie de mon appareil photo soit à nouveau opérationnelle. Et alors j’ai pu ouvrir mon colis mais j'ai attendu encore pour vous en parler car je finissais de préparer le mien qui devait arriver en mains propres hier...mains propres obligatoirement, vous n'êtes pas d'accord!


Et j’ai été gâtée : de la faune ici et là, sur le papier et ailleurs, de quoi partir avec avec KIPLING ou dans mon enfance ! Des marques pages, un tigre serein (aoutch!), une girafe superbement brodée (je ne lui avais pas dis à ma bienfaitrice mais j’aime beaucoup les girafes et cela tombait sacrément bien...comme une petite collection, à montrer bientôt), accompagné par un crayon …girafe.



Suivi par un éléphant coupe-papier… une main occidentale dans la main africaine m’emmène parmi de superbes lectures, (vous avez vu, la carte était faite pour moi, de l'initiation à l'Afrique...) :



Amadou Hampâté Bâ, « Contes initiatiques peuls » qui me tentait déjà lors de ma recherche pour ma swappée : des traditions africaines, de l’oralité peule et des contes, rien de mieux pour démarrer.
Mariama Bâ, « Une si longue lettre » sur la condition de la femme en particulier au Sénégal, lui aussi je l’avais bien zieuté.
Cheikh Hamidou Kane, « L’aventure ambiguë » : alors là chapeau pour le choix, cela semble être un livre fondateur sur les contradictions des héritages différents de l’Afrique, culturels, religieux, familiaux ou techniques. J’ai hâte !

Merci à Bladelor pour l'organisation et ce blog Afrilire sur ce Swap et merci encore Emmyne: oui Afrilire rime avec plaisir!! D’ailleurs n’hésitez pas à aller sur son univers A lire au pays des merveilles, beaucoup de livres pour enfants, petits et grands, voire même très grands, avec des analyses qui me plaisent drôlement bien...

lundi 21 avril 2008

Autour du plateau de Séder

Dans quelques familles, ce week-end a connu deux longues prières empruntes de récits de plus d’une heure à chaque fois. Nous avons éliminé les Hametz et acheté les Matze.
Et oui c’étaient les deux soirées de début de Pessa'h.
Non juive et non pratiquante, j’aime tout de même ces fêtes et plus particulièrement cette fête de pâques. Mais pourquoi donc si tu n’es pas croyante en ce Dieu ? Et bien parce que c’est important pour mon amoureux. Cela fait partie de ses coutumes et de son chemin spirituel.

C’est une des fêtes que je préfère, parce qu’elle est très quadrillée mais surtout tournée vers le questionnement et l’enseignement.
La veille, nous avons mis de côté les Hametz dans une armoire fermée que je suis la seule à ouvrir et qui peut être condamnée pendant une semaine (pas vendus, ni donnés, ni mis à la poubelle mais l’esprit est là). Les Hametz sont les aliments fabriqués à partir de ces 5 céréales (et à fortiori elles-mêmes) : le blé, l’avoine, le seigle, l’orge et l’épeautre. En fait, il s’agit de reproduire les conditions alimentaires du peuple juif durant la fuite d’Egypte. Le pain n’avait pas eu le temps de lever, il était resté plat. Ainsi de nos jours, pour se rappeler cette période, les juifs éliminent de chez eux tout ce qui permet aux céréales de lever… tout ce qui contient du gluten en fait. Les ashkénazes s’abstiennent également du millet, du riz et des « légumineuses douteuses » comme les haricots, les pois, le mais et les cacahouètes. Les céréales sont remplacées par de la farine de Matza, qui permet de faire pains ou gâteaux et plus particulièrement les Matze, pains azimes de cette fête et de cette semaine.


*source Séder : Shlomo KATZ

La fête très ritualisée commence par une prière et le récit du peuple juif (l'Exode d'Egypte à lire à cette adresse, qui ne veut pas passer en html http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Exode ) autour du plateau de Séder : plateau symbolique où se retrouvent des éléments de la condition de vie du peuple juif avant d’arriver en Israël :



*source plateau

Zeroa : os rôti qui évoque l’agneau pascal que les ancêtres juifs offraient à Dieu.
Btesa : œuf dur dont la forme arrondie symbolise le cycle de la vie et de la mort
Maror : herbe amère qui rappelle l’amertume de la servitude en Egypte
Harosset : mélange à base de noix, de fruits, de vin et d’épices qui caractérise le mortier dont les ancêtres juifs firent usage pour construire les pyramides
Karpass : légumes verts qui symbolise le renouveau


*source du plateau de Séder avec l’exode du peuple juif (il faudra bien un jour que nous en choisissions un pas forcément parmi ceux-là du reste)

L’hébreu côtoie le français et la succession des textes et des rituels de prière permet à toute la famille d’être rassemblée : les adultes comme les enfants, qui dès en âge de lire lisent les questionnements sur la spécificité de cette fête, des quatre fils (un sage, un pervers, un simple et un qui ne sait pas questionner) ou l’explication des chiffres de 1 à 13.
C’est une fête conviviale destinée à tous, chacun lit une partie, les mets sur le plateau vont de main en main, le plateau passe au-dessus des têtes, le vin est sur les lèvres de chacun (à faible dose). C’est aussi une des plus complexes. La prière et la Haggada (le récit), qui prennent beaucoup de temps avant le repas à proprement parlé, sont suivis par tous dans de nombreux livres, qui n’ont pas la même traduction de l’hébreu. Entre les textes à lire, bibliques ou pédagogiques, se trouvent aussi des explications, des compléments, des instructions précises sur les gestes rituels et toutes les différences possibles (jour de Chabbat, présence d’enfants, de vieillards etc). La difficulté est aussi de suivre pour son tour de parole. J’aime suivre avec le livre d’Elie WIESEL, « La Haggadah de Pâque »

… j’écoute le récit, les prières dans cette langue gutturale et chaude et je me laisse bercer par les dessins de Mark PODWAL.



« Les plus courtes sont les meilleures :
C’était un juif d’origine égyptienne, qui ne savait pas lire la Haggada la nuit du séder. Sa femme n’arrêtait pas de lui demander de lire la Haggada, de chanter et de célébrer le séder comme dans toute famille juive et de se réjouir. Finalement, l’homme lui répond : « Qu’est-ce que tu veux ? Qu’est-ce qui se passe ? Il y avait deux types en Egypte, un c’était Moïse, l’autre Pharaon. Ils se sont disputés et après, ils ont fait la paix. Et maintenant ils sont d’accord, ça suffit, tout est fini. Alors maintenant, viens manger ! »
Israël, sépharade »

Extrait de « Contes et fêtes juives » de Colette ESTIN.

samedi 19 avril 2008

En venir au thé

J’avais parlé de mes dérives volontaires de la tisane (entre autre) au thé ici mais est-ce vraiment cela qui m’amène sur la voie du thé ? Je ne pense pas. Francine du tout nouveau blog La théière nomade nous livre ses débuts avec le thé, débuts chaotiques et non volontaires…je voulais moi aussi retracer les débuts, du sachet au bol, à la tasse de porcelaine anglaise au Darjeeling, au mugs fins et Earl grey, en passant par des thés additionnés et dépaysants, les tasses chinoises et les parfums…de la boisson tea-time, à celle de la réflexion, en passant par celle du repas, de l’accueil, d’ailleurs. De quoi souhaiter la bienvenue à ce nouveau blog d'une passionnée.


Il y avait déjà une histoire d’interdit (petit, petit) et un partage. Comme tout excitant je n’avais pas le droit d’en boire dans ma jeunesse mais pourquoi donc ? Oui cette boisson excite mais comme un jus d’orange, non ? Bien sûr que non ! Mais ma famille n’avait sans doute aucune idée du combat entre caféine/théine et tannin… J’aurais pu avoir un thé vert ou un thé noir très infusé. Le goût m’aurait peut-être écœurée de mon envie par son âpreté et son caractère tannique.
Mais voilà, c’était aussi la boisson offerte au tea-time, ou plus précisément aux anciennes réunions familiales du côté grand-maternel, qui se sont taries et sont devenues inexistantes. Toutes ces dames buvaient leurs thés Darjeeling, servis dans un service art déco français (théière haute comme une carafe, blanche avec des lierais d’or). Elles y mettaient du lait et/ou du citron et l’accompagnaient de, voire trempaient, leur part de cake aux fruits confits. Moi avec ma part de gâteau, j’avais l’impression d’être un gamine (pas faux !) et cette boisson me semblait ne convenir qu’aux dames ! Il y avait bien la cafetière Cona qui embaumait la pièce, encore plus, mais juste regarder cette alchimie me plaisait et me satisfaisait… pas le fait de ne pas avoir ma tasse de thé. Il y eu bien sûr mes Madame G chez qui l’interdit était levé. Le thé, boisson non permise, était déjà un signe de convivialité entre femmes.
Le quotidien et le goût ont joué un rôle. Il y eu le début des petits-déjeuners récurrents, en internat et étudiante, à choisir ce fut le thé sans sucre avec tartine beurrée. Et ce thé du dépaysement au coin de la rue: le thé noir parfumé au jasmin aux restaurants chinois lors des diners familiaux mémorables… ou comme temps mort dans mes conflits mère-fille. Thé au jasmin, boisson de repas, privilège de ces moments, effluve d’ailleurs et goûts nouveaux…rouleaux de printemps, lychees, calamars aux pousses de bambous, boules de riz gluant à la noix de coco et au soja sucré.
Et puis les rencontres. Cet oncle, à la moustache british, néerlandais, a accentué encore plus le thé proposé par ma tante. Un privilège offert à chaque hôte arrivant chez eux, présenté au salon avec ces tasses anglaises, petites et très élégantes quand il y avait du monde, mugs à la porcelaine fine quand il n’y avait que nous. Thés de Ceylan bien sûr, en vrac, le même pour tous, additionné ensuite de lait. Un accueil.
Les voyages…au Sri Lanka et au Kenya. Le thé prenait alors une valeur bien symbolique. Dans les hôtels bien sûr mais chez l’habitant aussi. Thé noir offert à toutes heures, additionné de citron ou de lait, pour nous occidentaux. Boissons nationales avec leurs spécificités, bues dans le décor…des souvenirs gustatifs ramenés dans les bagages.
Et le goût de cette boisson de lecture, d’écriture, de dessin…souvent associé à mon refuge (attitude corporelle ci-montrée… que je ne peux plus faire, bien sûr, remplacée par un simple allongé à plat ventre)…a pris de plus en plus de place, en se voulant de moins en moins en sachet, de plus en plus en boules à thé, donc en vrac et de moins en moins parfumés… thés verts par choix aussi.
Et puis ce thé vert de 3 ans, le kukicha, grillé et utilisé en macrobiotique par ma mère…avec du shoyu ou de l’umébosiscomme pharmacopée.

Et maintenant, ce thé, boisson du quotidien, de toutes les couleurs, de toutes les saveurs, additionnées ou inhérentes, boisson du matin, boisson de la pause, boisson de la détente, boisson de la création… et boisson instant de retour sur soi en dégustant.




Un Qi Lan Bio, Oolong de Chine, pour ces derniers jours (le seul avant le seuil de tolérance dépassé de la batterie de l’APN)…
Des feuilles bleues/vertes, très minces à l’odeur fruité avec des notes de caramel et d’épices. Un infusion au zhong, méthode que j’utilise n’en connaissant encore pas d’autres : feuilles mouillées à l’eau chaude préalablement, puis infusées, délayées à la baguette et au couvercle. Le couvercle, chaud, a une odeur minéral, entre le bois et la mer. Le breuvage est rouge et a un goût boisé, de châtaigne, long en bouche, sans amertume et pas sucré. Son odeur est de bois ou d’humus. Les feuilles mouillées sont brisées et vertes. Très bon thé, savoureux et qui reste bien en tête pendant toute la journée.

jeudi 17 avril 2008

Vos métiers "imaginaires"

Le thème des Passeurs d'imaginaires de mars nous amenait entre vocation, tradition et rêve de devenir. Voici vos métiers imaginaires ….


*****
Un métier comme une vocation d’enfant

Il y a de ces métiers qui vous viennent en tête comme un rêve. Enfant, encore dans le quotidien feutré (du moins pour certains) nous nous imaginons la vie active comme un monde d’adulte : des métiers, professions de subsistance, pour l’argent. Des emplois du temps d’absence des parents pour nous faire manger. Alors le métier souhaité est une illusion, une porte ouverte sur notre monde intérieur. Rose nous livre ses vocations et les histoires qui l’ont bercée y sont pour quelque chose : éleveur de Marsupilami ou hôtesse de l’air…


*source "Mon rêve à moi" de Pascale FRANCOTTE

Les métiers sont aussi porteurs de poésie, réels et repris par notre imagination. Que dire des allumeurs de réverbères de Caroline, devenus par simple ouverture des possibles, allumeurs d'étoiles. Tout dans le monde permet de créer ces métiers, loin de notion de subvenance aux besoins, emprunts que de beauté. Les découvreurs de lieux abadonnés présentés par Florizelle ou le pendant pour enfant que sont les sculpteurs de rêves quand ce dernier se fait denrée rare ne sont là que des continuités de nos rêves éveillés.


*vocation de Rozenn FOLLIO-VREL dont voici le blog

Certains ont eu la chance de vivre leur rêve. Il reprend cette enfance, le contexte social, l’éducation parentale et devient une ouverture vers un monde, comme celui que nous propose Zoéchiffon en présentant sa Singer et sa passion pour le tissu et ses découpes. Il ne faut pas oublier le plus beau métier du monde pour certain(e)s, être parent (à ne pas confondre avec le plus vieux, et là c’est une autre histoire). Etre parent, c’est être une fenêtre pour les yeux des enfants, ouverte sur le monde.


*****
Un métier, tradition à perpétuer

Le métier était la principale activité de l’homme, une reconnaissance des pairs. Maintenant nous en avons aussi d’autres. Seulement quelques métiers sont si emprunts de souvenirs, de traditions voués à se perdre, que certains aiment les préserver et se font un devoir d’en être un représentant. Maijo a choisi ainsi de mettre en lumière les sorbetiers équatoriens, un peu de ses origines avec une bonne dose de tradition. Les souvenirs de sa grand-mère et de son magasin hantent encore N-Talo qui nous dévoile les coulisses de la confection avant le prêt-à-porter.



Les métiers peuvent aussi être une occupation non rémunérée, indispensable à l’individu et au groupe : une profession de foi. De père en fils, la transmission écrite d’une filiation est un métier juif (entre autre) : « La mémoire d’Abraham » de Marek HALTER montre au combien est important ce continuum, scribe d’une histoire familiale à imprimeur de métier. Maintenant les traditions sont aussi ailleurs. MAP nous livre enfin le secret de métiers anciens et du quotidien.


En partant dans d’autres contrées, les métiers les plus bizarres apparaissent : une fable…peut-être :
« .. à Leh (Ladakh, état du Jammu & Kashmir dans l'Himalaya indien), alors que j'étais confortablement installé sur le trottoir, à prende le thé devant l'étal d'un bouiboui improbable en écoutant de la musique, j'ai croisé le chemin d'Assim HAMAD, un vieil indien très digne, très blanc de cheveux, très foncé de peau et très noir de regard ... tout droit sorti du temps de l'Inde de Rudyard KIPLING
il s'est installé à mes côtés et nous avons rapidement engagé la conversation sur ce sujet de rencontre universel qu'est et sera toujours la musique, nous amusant tour à tour à essayer de reconnaître le premier et dès leur apparition les différents instruments du morceau qui se jouait ...
par le fait de ce jeu devenus presque de vieux potes, et intrigué de savoir quel pouvait être la vie de ce vieil homme, manifestement originaire d'un autre état de l'Inde, ayant du temps à perdre avec moi, pauvre blanc ignorant presque tout de la valeur du temps, je lui ai demandé ce qu'il faisait dans la vie ...
il a lors sorti de sa besace quelques petits outils à main auxquels je n'ai pas compris grand chose, ce qui n'a pas manqué de l'amuser ainsi que le petit auditoire qui commençait à se former autour de nous ... et il m'a raconté qu'il voyageait beaucoup dans son immense pays, partageant principalement son activité entre Leh et Goa au gré des saisons touristiques
puis il m'a tendu, toujours sortis de sa besace "trousse à outils", ... une dizaine de petits calepins plus ou moins marqués par les outrages du temps, plus ou moins jaunes et sales d'avoir été manipulés tant de fois au cours de sa longue vie, les uns de vieillesse perdant leurs feuilles, les autres s'effritant comme de vieux parchemins...
après un regard pour lui demander l'autorisation de le faire qu'il m'accorda aussitôt d'un signe de la tête et de son sourire, je me mis à feuilleter le premier d'entre eux pris au hasard, qui m'apparut rapidement comme étant ce qu'on ne pourrait appeler autrement que par "livre d'or", dans lequel toutes celles et ceux qui sont passés entre les mains aussi attentives qu'expertes d'Assim ont confié dans toutes les langues leurs impressions parfois les plus intimes sur les sensations et les bienfaits éprouvés à cette occasion ... les uns ne tarissant pas d'éloges sur sa délicatesse, d'autres sur sa douceur ou encore son savoir-faire, d'autres parlant d'un plaisir encore inconnu même avec l'élu(e) de leur cœur, d'autres encore déclarant s'être sentis plus intelligents ou encore l'esprit plus ouvert, plus à l'écoute ... après une telle expérience !
j'ai alors regardé de plus près entre ses mains les outils que le vieil homme m'avait montrés, que j'avais de prime abord et rapidement identifiés comme "de petites vrilles" sans la moindre idée de ce à quoi elles pouvaient bien être destinées, ... mais avec d'autant plus d'attention cette fois-ci qu'Assim s'apprêtait à en faire un usage professionnel auprès d'un client entretemps abordé et convaincu, désormais assis sur un petit tabouret, immobile sous le regard et les attentions de mon nouvel ami :
... avec les gestes précis d'un artisan ... d'un artiste ... d'un orfèvre, Assim HAMAD tenait entre ses doigts en forme de pince l'une de ces mystérieuses "vrilles" délicatement enveloppée d'un peu de coton, qu'il approcha lentement du visage incliné de son "patient" ...
... ah, j'allais oublier de vous dire : Assim HAMAD est nettoyeur d'oreilles ... »
(tiré d’un forum, texte de Maitairoa )


*****
Un métier si insolite

L’imaginaire, pour faire rêver les enfants mais aussi les adultes, en fait, nous amène aussi dans des terrains inconnus. Maijo nous offrait de regarder la lune, pas Madame ou Monsieur Lune, pas le petit bonhomme dessus, passif, mais bien celui qui la rend si mystérieuse : le cacheur de lune. Avec le balayeur de ciel, découvert dans le périple des graines de cabanes que je vous présentais, ils vont faire la paire.



Les métiers insolites, juste imagination d’enfants ou encore imagination d’adultes, pour trouver une touche de poésie dans la vie : ceux présentés ici par GIL sont fabuleux, mes coups de cœur vont vers le pêcheur d’idées, l’éleveur de nuages, le peintre paysagiste sur fenêtre, le recycleur de jours usés, le réparateur de miroirs enchantés, le vendeur d’étoiles…enfin vous voyez, tous ! Des fois, la réalité rejoint la fiction…enfin presque, Sa Marraine nous dévoilait les débuts de sa passion professionnelle : dompteuse de bêtes féroces, comme son arrière-grand-mère, les bêtes étant amenées par les hommes de la famille… dompteuse de scarabées ! J’aime à croire aussi que cet homme fait vraiment ce travail (sans y regarder la pub !)



*****
Un métier comme une passion

D’où peuvent bien venir certains métiers, qui nous taraudent au corps comme si toutes nos pensées étaient centrées sur eux. Des métiers qui prennent aux tripes et toute une vie. "Un léopard sur le garrot" de Jean-Christophe RUFIN montre cet humanitaire derrière le médecin nomade. D’autres vont chercher des initiations dans le monde entier pour venir faire un métier encore plus abouti. Julie TAYMOR, que je présentais , partie vivre en Indonésie pour redécouvrir le jeu des comédiens, les mises en scènes et marionnettes. Fabienne VERDIER partie en Chine pour son initiation à la calligraphie.

Et que dire de ces personnages fictifs qui correspondent à une réalité : Monsieur Jack représentant fictif de la fête d’Halloween chez Tim BURTON ou Santa Claus, son pendant de Noël. Ils sont les responsables des actions produites lors de ces fêtes. Et puis, plus onirique, que serions-nous sans Don Quichotte de CERVANTES, ce pourchasseur de chimères, duelliste de moulin à vent…



*source Alexandrine VAN DUIJN

J’aime les recherches et les découvertes de métiers, de pratiques, ancrés en l’homme et qui font partis d’eux. Que penser des sorciers, marabouts…ou médecins. Ils prennent les savoirs acquis et appliquent pour les autres. Les recherches accumulées sur les médecines du monde, vouées à l’oubli, sont aussi un métier de transmission comme peut nous le montrer entre autre le livre collectif "Panser le monde, penser les médecines" sous la direction de Laurent PORDIE.
En plus, Laurent PORDIE, par cet essai, permet d’entrevoir le développement sanitaire dans le monde à travers les médecines ancestrales. Une façon de refaire le monde…


*****
Un métier, refaire le monde

Le métier est aussi celui qui reste après être devenu adulte. Pas une passion mais plutôt une envie de démiurge, refaire le monde à sa façon. Certains rentrent en politique, d’autres choisissent des voies alternatives. Les Passeurs d'espoir que je vous présentais reprennent cette envie de voir les actions positives individuelles partout dans le monde et relayent l’information. Comme quoi chacun peut refaire le monde sur le pas de sa porte.

*source Apothicaire de Pietro LONGHI

Béatrix, par une fresque saisonnière pour enfants (entre autre, lire toute la catégorie art visuel), refait le monde… « Analogie de la sève nourricière des arbres et le sang qui nous construit: les éléments perturbateurs de la nature le soleil, la chaleur, le vent, le froid ne sont-ils pas eux, nos saisons de l'âme, du coeur et du corps», un métier comme une vie à vivre.
Quelque fois aussi notre métier est de se trouver, de comprendre qui nous sommes. C’est le chemin vers la foi ou vers la spiritualité ou tout simplement un cheminement de réflexion. Moi j’essaye la renaissance en voulant aussi être ouvreuse de possibles…être parent c’est aussi cela non !

Il y a vraiment toute une gamme de métiers convenables et convenants. Nous oublions le pendant économique, mais oui bien sûr car sinon rien ne serait plus amusant ou poétique. Il est beaucoup plus intéressant de voir tous les autres, les « en rêve ». Il suffit de choisir lequel, d’en changer, d’en reprendre un et de s’accomplir. Pas simplement vouloir devenir quelqu’un mais être…nous ne rentrons dans aucune case. Et puis de toute façon, nous ne sommes pas ce que nous faisons, peut-être seulement ce que nous rêvons.

Merci infiniment à Béatrix, Caroline, MAP, sa Marraine, Maijo, Rose, N-Talo, Zoéchiffon et Florizelle (involontairement). Vos partages sont la sève de cette initiative des « Passeurs d’imaginaires ».

mercredi 16 avril 2008

Passagère initiatique

Il est des livres qui apportent bien plus qu’une histoire. « Passagère du silence » de Fabienne VERDIER est arrivé quand je l’attendais. Cette artiste est calligraphe et peintre, pour vous faire une idée allez donc lire l'entretien avec France5 et celui sur Eurasie.


« Son enfance, on la subit ; sa jeunesse, on la décide. Je savais ce que je voulais : peindre ; et d’abord apprendre à peindre en maîtrisant une technique picturale. C’est ainsi que j’allais me retrouver en Chine. Chacun croit que sa vie est unique, et pourtant… »

Ce livre se lit comme un parcours de vie, une mise en route d’une pratique de peinture et il m’intéressait donc à double titre.
Cette jeune femme étudiante aux Beaux-arts, obtient une bourse pour poursuivre ses études en France mais décide de partir en Chine, là où se trouvent encore les maîtres de la calligraphie. Le livre présente une apposition de plein fouet entre l’occident et l’Asie mais aussi entre modernité dans l’art et art au sens noble du terme.

Le livre dévoile les conditions de vie d’une expatriée dans la Chine profonde des années 1980.
Tous, paysans comme étudiants sont surveillés par le parti communiste. La jeune française a refusé tous les avantages d’une expatriée. Ces conditions de vie sont meilleures mais restent spartiates. Elle est éloignée d’office des autres étudiants : ne dort pas en dortoir mais dans une pièce sans fenêtre à côté d’un bureau où un lit a été apporté ainsi qu’une cuvette. Ses démarches auprès des professeurs sont surveillées par son interprète, sa chambre est fouillée par cette veille femme qui passe la ranger, ses allers-venues et ceux de ses amis sont épiés. Les notions d’hygiène et de saleté sont à reconsidérer. Le livre est très subjectif, pas forcément écrit par un écrivain mais la teneur est importante, elle touche de plein fouet : elle parle de sa vie, de ses maladies, de ses tourments, de ces amitiés et de son quotidien au campus, lors des séjours d’études, aux maisons de thé ou en vacances dans la famille de ses nouveaux amis, de ses agressions physiques, des conflits locaux et nationaux, des pressions après révolution culturelle… de ces illusions une fois revenue en Chine en tant qu’attachée culturelle à l’Ambassade.

Fabienne VERDIER est un fort tempérament et le parcours initiatique de son art nous le prouve constamment. D’une part, grâce à lui, de pans entiers de la condition chinoise nous sont révélés. Oui seuls les peintres connaissent la vie des peuples, leur pratique « d’après nature » leur permet de pouvoir se confronter aux ruralités. Et aussi grâce à son imprudence et à sa méconnaissance, des peuples inconnus nous sont présentés, les Yi par exemple. Ces fautes de comportement, ces aléas importants permettent une vision des plus intimistes de la Chine.

*Dürer, La grande touffe d'herbes, qu'il faut à nouveau regarder pour comprendre, après avoir lu le livre

Mais là n’est pas le plus important, je n’ai pas mangé* ce récit autobiographique sur ces éléments là. Ce qui m’a le plus touchée, saisie, anéantie aussi (il suffit de peu de chose, oui, oui, je sais et je me soigne !), est son parcours artistique et surtout de vie.
Toutes les étapes d’apprentissage me sont magnifiques et je sens qu’il me faut vous les présenter, billet après billet. En attendant… Chez un père absent, elle apprend l’humilité, la patience illimitée, aux cours français, elle découvre la calligraphie occidentale comme art de vivre, les techniques contemporaines de l’huile, du chevalet, du dessin d’après-nature.
« Je me suis mise en chemin – c’était une question de survie-, en quête d’une initiation véritable qui m’ouvrirait les portes d’une réalité autre. » : avec sous le bras son viatique « Propos sur la peinture du moine Citrouille Amère » de Shitao, traduit par Pierre Ryckmans, elle part en Chine et j’ai eu envie de la suivre.

Les cours théoriques à l’Ecole chinoise et leurs pendants politiques, son apprentissage des légendes, ses conditions d’artiste comme le matériel commun ou prêté par l’école (cartons à dessins, petit tabouret, thermos pour le thé de la journée, pinceaux, pierre à encre et coupons pour la nourriture), les influences chinoises mises de côté en faveur de celles occidentales, dénigrement des anciens grands maîtres. La jeune Fabienne va vouloir aller plus loin, reprendre l’art de tenir le pinceau, de peindre à l’horizontal, l’art de préparer l’encre et un je ne sais quoi de frondeur et de pertinence vont l’amener à chercher l’enseignement d’un grand maître isolé et oublié, maître Huang Yan. La rencontre est humaine et intense, c’est celle d’une vie, l’apprentissage sera de 10 ans ou rien.
Alors commence une initiation artistique et à la vie. Des arts anciens et des techniques à apprendre et maitriser (marouflage, sculpture de sceaux, utilisation de teinture comme pour la soie, calligraphie), en passant par les philosophies concernées – et concernantes- en faisant sienne une philosophie de vie. « Les penseurs taoïstes de l’Antiquité n’ont jamais parlé d’art et pourtant ce sont eux qui ont fourni la base de notre pensée esthétique : il faut apprendre, puis oublier ce qu’on a appris, retrouver le naturel jusqu’à parvenir à créer sans effort. » Fabienne VERDIER va apprendre les secrets de cet art. Une mise en situation complète, de la pratique du « hua », trait de pinceaux, bâton de calligraphie, pendant des mois, et aussi des apprentissages philosophiques…

« Tu vois, il n’est jamais trop tard pour apprendre et même si, dans la vieillesse, l’étude n’apporte plus une lumière étincelante mais la flamme vacillante d’une bougie, celle-là est encore préférables à l’obscurité. »

Lily m’a mise sur la voie et je l’en remercie. Oui j’avais besoin de ce livre initiatique, il me faut le lire et le relire pour en manger* chaque pensée, chaque apprentissage aussi pour le mettre en pratique lors de mes pages blanches. Vous ne vous étonnerez pas de savoir que je lis les « Propos sur la peinture du moine Citrouille Amère » de Shitao, traduit par Pierre Ryckmans, surtout après avoir lu de cet auteur intelligent "Le bonheur des petits poissons", que j’ai lu « Entretien avec Fabienne VERDIER » de Charles JULIET et que cette renaissance à soi me parle.

Malice vous en propose une belle mis en bouche et Flo en parlait comme dépaysement total. Vous trouverez aussi une très belle présentation beaucoup tournée vers l’art ici et de très longs extraits ici, ici et , avant que je vous en donne plus.
Pour aller plus loin vous trouverez ici un récapitulatif des étapes majeurs du livre, un compte-rendu de séminaire, lié au livre, sur la pensée chinoise et son art et enfin ici les éléments de l’apprentissage de Fabienne VERDIER à cet art et à la pensée chinoises, très, très bien détaillés autant dans leur délimitation que pour les éléments du caractère de cette française qui ont agit en complément (et peut-être nécessaires à cet apprentissage très dur physiologiquement entre autre).

* manger, ingérer une lecture comme une forme d’intelligence, terme créé par Miguel de UNAMUNO, relevé et magnifié par Holly Golightly.

mardi 15 avril 2008

Carottes et aubergines indiennes

Voici de quoi préparer une douceur exotique aux filles et ne pas trop manger le soir après tous les délices qu’elles ont offerts à la dégustation : une évasion indienne…

Gajar halava (halava de carottes) :
C’est bon mais peu présentable : vous devrez ramener le plat à gratin ou attendre encore plus pour que le confit de carotte se détache bien et reste en petites portions à froid. Voici donc le plat amené au goûter et la part que je n'ai pas pu réserver à mon amoureux...
1kg de carottes
¼ litre de lait
200g de sucre
150g de beurre
4 graines de cardamome pilées (retirés de la capsule)
3 cuillérées à soupe de pistaches non salées et non grillées (ici remplacées par des noix)
3 cuillérées à soupe d’amandes effilées (facultatif)

Lavez, pelez et râpez les carottes, puis faites les revenir dans une casserole à fond épais avec la moitié du beurre pendant bien 25 minutes tout en remuant assez fréquemment.
Rajoutez le lait, le reste de beurre et la cardamome, laissez cuire en tournant régulièrement une quinzaine de minutes (jusqu’à ce que le confit se détache légèrement des parois). Rajoutez les pistaches légèrement broyées et continuez un peu la cuisson jusqu’à un léger changement de couleur. Mettez le tout sur un plat à gratin pour laisser refroidir. Rajoutez les amandes effilées sur le dessus. A manger avec un fromage blanc, une faisselle…


Aubergines au yaourt à l’indienne:
2 aubergines
3 yaourts
2 échalotes
1 cuillérée à soupe d’huile de sésame
Du persil,
De la ciboulette
2 graines de fenugrec

edit: j'ai oublié ce qui fait indien: un mélange d'épices, curry, cannelle, graines de coriandre moulues

Faites dorer dans l’huile les échalotes émincées. Puis rajoutez les aubergines avec la peau en petits cubes et remuez bien pendant quelques minutes le temps que l’huile se soit immiscée partout. Faites cuire avec un peu d’eau, les épices et les graines de fenugrec jusqu’à ce que les aubergines aient changé de couleur et de texture (molle et brune).
A part, préparez la sauce : yaourt, persil et ciboulette ciselé. Rajoutez les aubergines cuites et refroidies, ajoutez à l’envie jus de citron et sel. Servez très rapidement.

samedi 12 avril 2008

"Seuls les vieux ont de la fraîcheur, (...)

"(...) une fraîcheur au second degré, conquise sur la vie."

*source photo Izis Immigrés du Banat yougoslave en France (vers 1949-1950)

"Ici la nature se renouvelle avec tant de force que l'homme, à côté, paraît sans âge. Les visages durcissent et s'altèrent tout de suite, comme des coins enfoncés au coeur de la bagarre: tannés, cicatrisés, labourés par la barbe, la variole, la fatigue et le souci. Les plus tranchants, les plus beaux, même ceux des gosses, sont comme si une armée de bottes avait passé dessus. Jamais on ne voit, comme chez nous, de ces visages lisses, ruminants, inexistants à force de santé et sur lesquels tout reste à inscrire." (extraits de "L'usage du monde" de Nicolas BOUVIER)

mercredi 9 avril 2008

On épouse jamais ses parents...

Malade, le nez qui coule, des brumes dans la tête... pas moyen de me concentrer pour écrire... alors un petit moment de "conte de fée"...


j'aurais des choses à dire sur ce film de Jacques DEMY, sur ce conte de PERRAULT... "Peau d'Ane" ne me plait que quand elle a sa peau de bête et j'ai toujours eu du mal à y retrouver un souvenir d'un rêve enfantin de petite fille... alors un peu de kitsh, un principe ethnologique de l'inceste interdit "à fleurs bleues de Fée des Lilas" pour aujourd'hui et du discours dans les lendemains...